DOAD 5003-5, Mesures administratives en matière de grossesse

1. Introduction

Date de publication : 2001-06-26

Application : Le présent document est une ordonnance qui s'applique aux membres des Forces armées canadiennes (FAC).

Document annulé : OAFC 56-29, Grossesse, sections 3 et 4

Autorité approbatrice : Cette DOAD est publiée avec l'autorisation du Directeur - Politique du personnel militaire (D Pol PM).

Demandes de renseignements : Directeur – Politique et griefs (Carrières militaires) (DPGCM)

2. Aperçu

Contexte

2.1 Les FAC s'engagent à respecter les politiques relatives à l'intégration des femmes et à l'équité en matière d'emploi, ainsi qu'à favoriser un milieu de travail qui permet de concilier les fonctions militaires et les responsabilités familiales.

2.2 Les FAC vont aider les militaires enceintes à maintenir leur santé et leur bien-être, ainsi qu'à assurer leur sécurité pendant leur grossesse et la naissance de leur enfant. À l'appui de cette politique, les militaires se verront octroyer les congés nécessaires avec indemnités pour pouvoir se rétablir après leur accouchement et prendre soin de leur nouveau-né, sans soucis financiers ou professionnels indus.

3. Principes directeurs

Soins de santé

3.1 Une militaire de la Force régulière ou de la Force de réserve en service de classe « B » ou « C » qui est enceinte, ou croit l'être, doit communiquer avec l'établissement des services de santé des Forces canadiennes (SSFC). Des tests de laboratoire seront ordonnés afin de confirmer la grossesse. La militaire sera examinée par un médecin, et des limitations temporaires s'appliquant aux fonctions seront fixées pendant une période particulière. Des renseignements supplémentaires sur l'aspect médical des mesures administratives en matière de grossesse sont fournis dans l' Instruction SSFC 3100-23, Militaires enceintes - Gestion médico-administrative.

3.2 Pour ce qui est du suivi pendant la grossesse et de l'accouchement, les militaires peuvent décider de faire appel à un fournisseur de soins de santé civil, par exemple un obstétricien, un médecin généraliste qui fournit des soins obstétricaux ou une sage-femme là où la loi provinciale le permet.

Soins de santé civils

3.3 Si la militaire choisit de faire appel à un fournisseur de soins de santé civil, elle doit fournir des détails à l'établissement des SSFC de sorte que des liens soient établis entre le fournisseur civil et cet établissement.

3.4 L'établissement des SSFC doit :

  1. remplir toutes les ordonnances de routine prescrites par le fournisseur de soins de santé civil;
  2. fournir, selon ses moyens, des tests diagnostiques et des échographies;
  3. autoriser à l'avance, aux frais du ministère, tout test effectué par un établissement de soins de santé civil.

3.5 Toute militaire enceinte qui est suivie par un fournisseur de soins de santé civil doit communiquer avec l'établissement des SSFC le plus proche afin que les limitations s'appliquant aux fonctions et les congés recommandés soient approuvés par un médecin militaire (MM).

4. Fonctions

Tâches

4.1 Les décisions qui sont prises relativement aux fonctions au cours de la grossesse d'une militaire doivent découler des consultations entre le commandant (cmdt), le MM et la militaire. S'il existe un doute quelconque quant aux dangers éventuels d'une tâche particulière, y compris des périodes de service temporaire ou des cours, un MM doit d'abord attester de l'aptitude de la militaire à assumer une telle tâche.

4.2 Le cmdt d'une militaire enceinte doit s'assurer qu'elle effectue des tâches :

  1. qui sont conformes aux limitations s'appliquant aux fonctions fixées par le MM;
  2. qui ne nuisent pas à sa santé ou à celle du fœtus.

Limitations obligatoires s'appliquant aux fonctions

4.3 Voici des limitations s'appliquant aux fonctions qui sont jugées obligatoires pour toute militaire enceinte :

  1. elle ne peut participer à des tâches dans le cadre des Nations Unies ou dans des postes isolés;
  2. elle ne peut participer à des tâches dans une chambre à gaz;
  3. elle ne peut participer à des parades, à des marches et à des exercices militaires et elle ne peut effectuer la levée de poids trop lourds;
  4. elle doit effectuer l'entraînement physique à son propre rythme;
  5. elle ne peut recevoir sans danger les immunisations de routine;
  6. elle doit avoir des périodes de sommeil et des repas réguliers;
  7. elle doit pouvoir se reposer à des intervalles raisonnables pendant le service;
  8. elle ne peut servir à bord d'un navire en mer, que ce soit ou non à titre de membre de l'équipage du navire;
  9. elle ne peut participer à des tâches qui comportent du service en campagne ou des exercices ou des opérations en campagne;
  10. elle ne peut participer à des tâches qui exigent des efforts physiques et comportent des sports de contact et des exercices difficiles;
  11. elle ne peut effectuer des vols dans un aéronef muni de sièges éjectables, si ces vols exigent la confirmation de l'aptitude au vol opérationnel.

Aéronefs sans sièges éjectables

4.4 Les tâches à bord d'aéronefs ne disposant pas de sièges éjectables peuvent être permises, sauf dans les cas suivants :

  1. un problème médical rendant inapte au vol est diagnostiqué;
  2. la grosseur de l'abdomen empêche la militaire de se servir des ceintures de sécurité ou restreint sa liberté de mouvement;
  3. la militaire aura à effectuer des envolées de plus de six heures pour des envolées longue distance;
  4. la militaire aura à se rendre à un endroit où les installations de soins médicaux ne satisfont pas aux normes médicales des FAC.

Avant de terminer l'instruction élémentaire

4.5 Une militaire dont la grossesse est confirmée avant qu'elle termine son instruction élémentaire et qui demande sa libération doit être libérée aux termes du numéro 4(c) du tableau ajouté à l'article 15.01 des ORFC.

4.6 Une militaire dont la grossesse est confirmée avant qu'elle termine son instruction élémentaire, mais qui ne demande pas sa libération doit :

  1. si elle est médicalement apte à le faire et si sa période d'absence due à sa grossesse ne dépasse pas une période d'absence qui serait normalement jugée acceptable s'il s'agissait d'une maladie à court terme ou d'une blessure, continuer l'instruction;
  2. dans tous les autres cas, mettre fin à l'instruction et accomplir d'autres tâches en attendant d'avoir réussi l'instruction élémentaire lorsqu'elle sera médicalement apte à le faire.

Avant la qualification dans un groupe professionnel

4.7 Dans le tableau suivant figurent les mesures à prendre dans le cas où la grossesse de la militaire est confirmée avant qu'elle obtienne sa qualification dans un groupe professionnel militaire.

Si une militaire enceinte a terminé son instruction élémentaire et entreprend des études ou de la formation subventionnées (ci-après appelées formation), et qu'un MM est d'avis...alors...

qu'elle ne peut continuer la formation,

elle doit mettre fin à sa formation et il faut lui confier des tâches cadrant avec sa formation et son expérience antérieures jusqu'au début de son congé de maternité.

qu'elle peut continuer la phase de formation en cours, mais non la phase suivante,

il faut lui confier, à la fin de sa phase de formation en cours, des tâches cadrant avec sa formation et son expérience antérieures jusqu'au début de son congé de maternité.

qu'elle peut terminer toutes les phases de formation avant la date d'accouchement prévue,

il faut lui permettre de le faire.

4.8 Il faut réinscrire à un cours ultérieur une militaire qui doit abandonner sa formation relative à un groupe professionnel militaire en raison d'une grossesse.

5. Mesures administratives

Indemnité et congés de maternité et parentaux

5.1 Si un militaire décide de prendre un congé de maternité ou un congé parental, il doit présenter une demande conformément à la DOAD 5001-2, Indemnité de maternité et indemnité parentale, laquelle fournit des détails au sujet de la politique, des procédures, de l'admissibilité et du processus de demande à cet égard.

Congé de maladie

5.2 Un congé de maladie peut être accordé pendant la période de congé de maternité, conformément à l'article 16.16 des ORFC, pour toute période au cours de laquelle, selon l'avis d'un MM, une militaire est inapte à exercer ses fonctions.

5.3 L'octroi d'un congé de maladie pendant la période de congé de maternité peut avoir une incidence sur l'admissibilité de la militaire à l'indemnité de maternité et aux prestations de maternité de l'assurance-emploi.

5.4 Si la militaire ne demande pas un congé de maternité, on peut lui accorder un congé de maladie pour toute période au cours de laquelle, selon l'avis d'un MM, elle est inapte à exercer ses fonctions.

5.5 Dès que le MM juge qu'elle est apte à reprendre son service, la militaire reprend ses fonctions normales ou assume des tâches restreintes, compte tenu de toute limitation médicale jugée nécessaire par le MM en raison de son état de santé.

Tenue

5.6 Une militaire enceinte doit porter l'uniforme de maternité prévu pour son élément lorsque les autres tenues réglementaires ne sont plus confortables ou convenables.

Libération

5.7 Une militaire enceinte qui fait partie de la Force régulière peut demander sa libération conformément à l'OAFC 15-2, Libération - Force régulière.

5.8 Il faut offrir, à une militaire enceinte qui demande sa libération, des conseils au sujet de la nécessité d'obtenir une protection d'assurance pour les soins médicaux et hospitaliers.

5.9 La demande de réenrôlement d'une militaire qui a été libérée et qui est jugée médicalement apte à reprendre le service, sera considérée sans condition.

Délégation de solde

5.10 Les militaires sont autorisées à continuer leur délégation de solde pendant leur période de congé de maternité ou de congé parental. Toutefois, le montant total mensuel de cette délégation ne doit pas dépasser le montant total mensuel des indemnités de maternité ou indemnités parentales qu'elles recevront.

Logement

5.11 Une militaire occupant un logement pour une personne qui devient enceinte doit se trouver un autre logement, soit un logement pour plusieurs personnes ou un logement dans le secteur privé. Si, pour des raisons indépendantes de sa volonté (médicales, opérationnelles, etc.), elle ne peut quitter le logement pour une personne avant son hospitalisation, on lui permettra d'y demeurer jusqu'à 17 semaines après la date de la naissance de son enfant ou jusqu'à la fin de son congé de maternité, selon la dernière de ces dates. Au cours de cette période, la militaire doit se trouver un logement pour plusieurs personnes ou un logement dans le secteur privé.

Congé sans solde

5.12 Les conséquences d'un congé sans solde (CSS) sont expliquées dans l'A-PP-005-LVE/AG-001, Manuel de la politique des congés des Forces canadiennes.

6. Responsabilités

Tableau des responsabilités

6.1 Dans le tableau suivant figurent les responsabilités liées aux mesures administratives en matière de grossesse.

Le ou les...est ou sont chargé(e)s...

cmdt

  • de s'assurer que les tâches assignées aux militaires enceintes sont appropriées compte tenu de leur état de santé et des limitations s'appliquant aux fonctions.

personnel des établissements des SSFC

  • d'accorder les congés de maladie;
  • de recommander les limitations s'appliquant aux fonctions;
  • d'offrir aux militaires des conseils sur les différentes options disponibles en matière de santé;
  • de fournir des renseignements, des conseils et de l'orientation en matière de santé au cours de la grossesse;
  • de prendre les mesures nécessaires pour les tests initiaux et les consultations avec d'autres fournisseurs de soins, comme des travailleurs sociaux ou diététistes;
  • de fournir aux militaires des documents sur les limitations s'appliquant aux fonctions;
  • d'agir à titre d'agent de liaison entre les FAC et tout système civil, ce qui comprend la responsabilité de fournir les renseignements et les documents médicaux nécessaires au fournisseur de soins de santé civil et à des fins de préinscription à l'hôpital;
  • d'approuver les tests à effectuer dans un établissement civil de soins de santé;
  • de veiller au paiement des factures.

militaires

  • de communiquer avec l'établissement de SSFC le plus proche afin de confirmer la grossesse;
  • d'informer le personnel des SSFC de leur choix quant au fournisseur de soins de santé;
  • de s'assurer que leur superviseur est au courant des limitations s'appliquant aux fonctions et des absences éventuelles du milieu de travail;
  • de présenter une demande, selon leur désir, de congé de maternité ou de congé parental, ou les deux.

7. Références

Lois, règlements, politiques des organismes centraux et DOAD – politique

  • Chapitre 9 des ORFC, Service de réserve
  • Chapitre 15 des ORFC, Libération
  • Chapitre 16 des ORFC, Congé
  • Chapitre 34 des ORFC, Services de santé
  • DOAD 5003-0, Restrictions applicables au service militaire et limitations individuelles
  • Manuel d'administration financière (MAF), volume 3, chapitre 98, paragraphes 159-173

Autres références

  • DOAD 5001-2, Indemnité de maternité et indemnité parentale
  • DOAD 5024-0, Logement du MDN
  • OAFC 15-2, Libération - Force régulière
  • A-AD-265-000/AG-001, Manuel sur la tenue des Forces canadiennes, chapitre 2
  • A-PP-005-LVE/AG-001, Manuel de la politique des congés des Forces canadiennes
  • Instruction SSFC 3100-23, Militaires enceintes – Gestion médico-administrative