Commission d’enquête – Allégations d’agression sur un civil afghan commise par les Forces de sécurité nationale afghanes et intervention des Forces canadiennes à la suite de ces incidents (caviardé)

Formats Alternatifs

Sommaire exécutif

Table des matières

Partie 1 – SOMMAIRE

1.1 En juin 2008, le Toronto Star a publié une série d’articles concernant la situation de militaires qui souffraient du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). En plus d’affirmer que les FC n’en faisaient pas assez pour ceux qui étaient atteints du SSPT, le journal a rapporté que des militaires canadiens auraient été témoins de cas d’agressions sexuelles commises sur des Afghans mineurs par la Force nationale de sécurité afghane (FNSA) et qu’ils ne seraient pas intervenus. Il a aussi avancé qu’un interprète employé par le Canada aurait participé à une agression sexuelle. Les articles ont aussi mentionné que la chaîne de commandement des FC avait ordonné aux militaires d’ignorer les agressions commises par la FNSA. Enfin, le journal a rapporté que des militaires souffraient du SSPT, parce qu’ils n’avaient pas pu intervenir durant les agressions sexuelles. La source principale d’information pour les articles était le Cpl Travis Schouten, qui a été affecté en Afghanistan de septembre 2006 à février 2007.

1.2 En réponse aux articles publiés en juin 2008, selon lesquels des membres des FNSA auraient sexuellement agressé un enfant dans les lignes canadiennes et le soldat qui aurait été témoin de l’agression aurait reçu l’ordre de ne pas signaler l’incident, le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) a immédiatement ouvert une enquête. Il a finalement conclu qu’aucun Canadien ni aucun employé du Canada n’avaient participé aux agressions sexuelles commises sur des Afghans mineurs. Parallèlement, parce que la SNEFC n’a compétence que pour les crimes qui pourraient avoir été commis par des Canadiens, le chef d’état-major de la défense (CEMD) a ordonné au chef d’état-major de l’Armée de terre (CEMAT) de convoquer une commission d’enquête (CE) chargée d’enquêter sur les allégations dont les articles font mention. La Commission a entrepris son enquête le 7 octobre 2008 et a présenté la version définitive de son rapport le 15 janvier 2010. Dans le cadre de son enquête, elle a communiqué avec 800 personnes qui auraient pu avoir été témoins des faits allégués et a recueilli le témoignage sous serment de 105 personnes.

1.3                                                                                                   le Col Simon Hetherington, qui a entendu parler d’agressions qui auraient été commises pendant qu’il était chef de cabinet du CEMAT, en septembre 2007. Le Col Hetherington a dit durant son témoignage qu’il « aurait informé » le CEMAT, le CEM Ops du Directeur général – État-major de l’Armée de terre (DGEMAT) ou le CEMAT p.i., mais aucun de ces officiers ne se souvient d’avoir reçu une telle information à l’époque. Toutefois, il est certain que l’état-major du CEMAT disposait de l’information concernant les possibles agressions sexuelles en septembre 2007.

                                                                                                      . Un SITREP hebdomadaire a été envoyé du théâtre le 3 octobre 2006, dans lequel                                                                                                                               lité que des agressions sexuelles sur des mineurs aient été commises dans le théâtre et de la nécessité de revoir la politique des FC.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Malgré tous les efforts qu’elle a faits, la CE n’a pas pu discerner la vérité dans ces témoignages contradictoires. Toutefois, il est certain qu’en octobre 2006, le Quartier général du COMFEC avait reçu l’information concernant les possibles agressions sexuelles et que cette information n’a pas été transmise aux chaînes de commandement respectives du JAG et du COMFEC aux fins d’examen ou de suivi.

PRINCIPALES CONSTATATIONS

Les allégations du Cpl Schouten

1.4 La Commission a constaté que le Cpl Schouten affirme avoir été témoin de ce qui serait à son avis une agression sexuelle commise sur un garçon afghan par deux membres de la FSNA en janvier 2007, à la Base de patrouille Wilson (BPW), un complexe que partagent un certain nombre de membres des FC et un détachement de la Police nationale afghane (PNA). Aucun autre témoin n’a corroboré le témoignage concernant l’incident                                  . Quoi qu’il en soit, le Cpl Schouten a choisi de ne pas intervenir, et il n’a pas signalé l’incident et n’en a pas parlé à qui que ce soit pendant qu’il était en Afghanistan. Par conséquent, aucune mesure d’intervention n’a été prise, rien n’a été fait pour confirmer les allégations et aucune enquête n’a été menée à l’époque où le Cpl Schouten était en Afghanistan. Le Cpl Schouten n’a jamais signalé l’incident à sa chaîne de commandement des FC.

1.5 À son retour au Canada, le Cpl Schouten a parlé de l’incident qui pourrait s’être produit pour la première fois à un aumônier des FC, en toute confidence, en juin 2007, de même que de certaines questions qui le préoccupaient relativement à sa période d’affectation en Afghanistan. L’aumônier a organisé une rencontre avec le commandant d’unité (cmdt) du Cpl Schouten. Durant la rencontre, le Cpl Schouten n’a pas soulevé la question de son allégation d’agression sexuelle.                                                                                                                                                                                                                                                                                                          .

1.6 Plus tard, soit en septembre 2007, durant une réunion avec le groupe du programme de soutien social aux victimes de stress opérationnel (SSVSO), le Cpl Schouten a de nouveau affirmé qu’il avait été témoin d’une agression sexuelle. Dans ce cas, un rapport a été acheminé aux chaînes de commandement respectives du SMA(AP) et du CEMAT, dans un contexte où les responsables voulaient expliquer pourquoi le Cpl Schouten souffrait du SSPT et aviser la chaîne de commandement que le Cpl Schouten avait communiqué avec les médias. À ce moment, toute la chaîne de commandement des FC cherchait à résoudre               du Cpl Schouten. Toutefois, même si au moins un membre clé de l’état-major du CEMAT savait que le Cpl Schouten avait allégué qu’une agression sexuelle avait pu être commise, le commandant n’en a jamais été informé, et aucune mesure n’a été prise pour régler ce problème particulier.

1.7 Finalement, en mai 2008, le Cpl Schouten a accordé une entrevue à un journaliste du Toronto Star et lui a parlé de l’incident. Le premier d’une série d’articles du journaliste a été publié le 14 juin 2008. La plupart des personnes interrogées par le membre de la Commission qui écrit les présentes lignes n’avaient jamais entendu parler des allégations du Cpl Schouten avant de lire les articles.

Communication de l’information sur les incidents et mesures prises en Afghanistan

1.8 En plus d’être informée de l’incident dont le Cpl Schouten a été témoin, la Commission a reçu plusieurs rapports de membres du personnel des FC qui avaient été témoins d’actes sexuels entre des membres de la FSNA et des enfants, ou qui soupçonnaient que de tels actes avaient été commis. Ces rapports faisaient état de cas de relations sexuelles orales et de caresses des parties génitales sous les vêtements. Un rapport indiquait qu’un membre du personnel médical des FC avait traité des garçons et des filles ayant subi des lésions au rectum attribuable à une agression sexuelle. Ces agressions n’ont pas été signalées ou les rapports n’ont pas été acheminés au-delà du niveau du peloton.

1.9 La Commission a aussi reçu des rapports indiquant que l’Armée nationale afghane (ANA) avait pris des mesures disciplinaires à l’égard de ses membres qui avaient eu une relation sexuelle avec des enfants.

1.10 La Commission a constaté que la chaîne de commandement des FC en Afghanistan a été informée à six occasions de la possibilité que des membres de la FSNA aient eu des rapports sexuels avec des enfants. Tous ces incidents, sauf un, seraient survenus avant l’incident rapporté par le Cpl Schouten. Lorsque des mesures ont été prises, elles ne l’ont été qu’au niveau de l’unité. Les rapports n’ont jamais été acheminés à un commandement supérieur (FOI-Afg).

  1.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         la question a été abandonnée, et le problème n’a pas été signalé au commandant du groupement tactique ni aux responsables de la FOI-Afg.                                                                                                                                                                  .
  2. Une conseillère juridique a transmis à son cmdt d’unité une preuve dérivée qu’une agression sexuelle pourrait avoir été commise. Le cmdt a conclu qu’il ne s’agissait que de rumeurs. Il n’a pris aucune mesure, n’a pas signalé le problème et n’a pas poussé la question plus loin. Cette LEGAD a aussi transmis des renseignements sur l’incident au LEGAD principal de la FOI-Afg, qui était son supérieur immédiat.
  3. Par suite de ces deux incidents, le LEGAD principal de la FOI-Afg a fait parvenir un rapport au LEGAD du COMCEF par l’intermédiaire de la chaîne de commandement du JAG, dans lequel il recommandait, compte tenu des allégations d’agressions sexuelles sur des enfants qui auraient été commises par la FSNA, que le JAC revoie la politique à l’égard de ce problème. Cette recommandation n’a pas été transmise au commandant de la FOI-Afg qui était dans le théâtre, et personne n’en a discuté avec lui. Même si le rapport a été retourné au bureau du LEGAD du COMFEC dans deux rapports de situation hebdomadaires distincts,                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                
  4. En août 2006, deux soldats ont informé leur commandant de section qu’ils avaient vu un garçon faire une fellation à un membre de la FSNA à l’entrée de la BPW. Le commandant de section aurait signalé l’incident à son commandant de peloton, mais celui-ci a affirmé qu’il n’en avait aucun souvenir. Les deux soldats qui ont signalé l’incident ont été tués au combat plus tard.
  5. En août 2006, un autre soldat a affirmé qu’il avait été témoin d’un acte semblable depuis un poste d’observation (PO) à la BPW et a signalé l’incident de manière officieuse à deux sergents. L’information n’a pas été communiquée à un échelon plus élevé.
  6. En 2007, un commandant de groupement tactique a immédiatement pris des mesures lorsqu’il a entendu parler de la possibilité que des agressions sexuelles puissent être commises et a donné l’ordre à ses subordonnés d’intervenir s’ils étaient témoins de tels incidents et de les signaler en passant par la chaîne de commandement. Son intervention a en fait résolu le problème durant toute la période d’affectation de son unité. Malheureusement, bien que l’intervention du cmdt ait été tout à fait pertinente, son ordre a été donné verbalement et l’information n’a pas été communiquée à un échelon supérieur, au commandant de la FOI-Afg. Comme le problème semblait réglé, l’information n’a pas été transmise au contingent suivant.

1.11 La Commission n’a trouvé aucune preuve que quelqu’un au sein de la chaîne de commandement opérationnelle des FC ait pu ordonner aux militaires d’ignorer les agressions sexuelles commises sur des mineurs par des membres de la FSNA. Tous les membres des FC interrogés à ce sujet l’ont nié avec véhémence, même le Cpl Schouten.

Communication de l’information sur les incidents et mesures prises au Canada

1.12 La Commission a trouvé des éléments de preuve indiquant que l’information sur les allégations du Cpl Schouten a été communiquée à la chaîne de commandement des FC, au Canada, en septembre 2007. Après une rencontre du personnel du programme de SSVSO avec le Cpl Schouten, un lieutenant-colonel des FC a informé les chaînes de commandement respectives du SMA(AP) et du CEMAT que le Cpl Schouten avait été témoin d’une agression sexuelle en Afghanistan. L’intention était en fait d’alerter la chaîne de commandement à propos de la détresse du Cpl Schouten et de l’intention du Cpl Schouten de parler aux médias. Les responsables cherchaient à obtenir une aide additionnelle pour le Cpl Schouten, pour l’aider à régler               .

Le SMA(AP) considérait aussi à juste titre qu’il revenait à la chaîne de commandement des FC de donner suite aux allégations d’agressions sexuelles.

1.13 En septembre 2007, tous les membres de la chaîne de commandement du CEMAT et des FC étaient parfaitement au courant des préoccupations du Cpl Schouten                ; par conséquent, l’information que le lieutenant-colonel a communiquée à un membre clé de l’état-major du CEMAT concernant les problèmes du Cpl Schouten n’était pas une surprise. Toutefois, l’information concernant l’allégation d’agression sexuelle était nouvelle, et les intéressés en ont reconnu l’importance. Néanmoins, la Commission n’a trouvé aucune preuve indiquant qu’elle aurait été communiquée à la chaîne de commandement du CEMAT.

1.14 Tous les membres clés des chaînes respectives du CEMAT et des FC ont affirmé n’avoir jamais été informés avant la publication des premiers articles de journaux, en juin 2008, que le Cpl Schouten avait allégué avoir été témoin d’une agression sexuelle. De l’automne 2007 au moment de la publication des articles, toute leur attention avait été tournée vers la résolution des plaintes du Cpl Schouten à propos de                          .

CONCLUSION

1.15 À partir de ses principales constatations, la Commission a conclu qu’aucun commandant n’avait ordonné aux militaires qui étaient sous son commandement d’ignorer les agressions sexuelles commises par des membres de la FSNA. De plus, les leaders des FC s’attendaient à ce que les membres des FC interviennent s’ils étaient témoins de telles agressions. La Commission a constaté qu’à l’époque où les premiers soupçons d’agression sexuelle ont été éveillés, les FC participaient à une opération très difficile et en constante évolution, au cours de laquelle un grand nombre de leurs soldats ont été tués ou blessés, et qu’elles avaient un nombre élevé de problèmes graves à régler simultanément.

1.16 D’un autre côté, la Commission constate qu’au sein du contingent des FC affecté en Afghanistan, l’information obtenue était suffisante dès 2006 pour justifier la prise de mesures à l’égard des agressions sexuelles qui étaient peut-être commises sur des mineurs par des membres de la FSNA. Dans les cas où les incidents ont été signalés et où les responsables ont pris des mesures directes, les mesures prises étaient les bonnes; toutefois, comme l’information n’a jamais été communiquée aux commandants d’unité ou à l’état-major principal, ni au sein de la FOI-Afg ni au sein du COMFEC, les FC n’ont jamais pris de mesures particulières et permanentes. La raison principale est qu’il y a eu un manque de communication à de nombreuses reprises au niveau intermédiaire de la chaîne de commandement, plus particulièrement au sein de l’équipe provinciale de reconstruction (EPR) à Kandahar et par le LEGAD de la FOI-AFG, le LEGAD du COMFEC et un membre de l’état-major de la Force terrestre.

1.17 La CE conclut donc que même si les FC avaient été en mesure de régler le problème dès l’automne 2006, aucune mesure concrète n’a été prise avant que la chaîne de commandement des FC ne soit informée des incidents grâce aux articles de journaux publiés en juin 2008.

AUTRES FAITS CONSTATÉS PAR LA COMMISSION

1.18 Tout indique qu’en Afghanistan les hommes exerçant un pouvoir utilisent depuis toujours des jeunes hommes ou des garçons à des fins sexuelles. L’utilisation de mineurs à de telles fins est une pratique illégale en vertu du droit international, du droit afghan et de la loi canonique islamique. Le gouvernement afghan a expressément condamné cette pratique, dont la généralisation dans l’Afghanistan contemporain est directement liée au degré d’efficacité du contrôle du gouvernement central. Dans le sud de l’Afghanistan, où les FC mènent leur opération, le pouvoir du gouvernement afghan est le plus faible. Cette pratique est donc plus courante qu’ailleurs dans le pays.

1.19 La Commission a aussi constaté que presque tous les membres des FC qui ont été affectés en Afghanistan ont entendu le terme « jeudi de l’amour entre hommes » [Man Love Thursday] avant ou durant leur période d’affectation. Ce terme renvoie à l’habitude qu’ont les hommes de se réunir le jeudi soir, soit la veille du jour saint des musulmans. L’interprétation de ce terme varie : le « jeudi de l’amour entre hommes » peut tout aussi bien être perçu comme la tradition qui pourrait au mieux être décrite comme étant l’équivalent afghan de l’heure de l’apéritif que comme une activité homosexuelle à laquelle les membres de la FSNA sont nombreux à participer. Un petit nombre des membres des FC croyaient que des mineurs subissaient régulièrement des agressions sexuelles le « jeudi de l’amour entre hommes ». Même si le terme est connu presque partout, personne n’a parlé de ce qu’il pouvait signifier durant le cours de sensibilisation aux différences culturelles donné avant les déploiements ni au sein de la chaîne de commandement des FC.

1.20 La perception qu’avaient les membres des FC du « jeudi de l’amour entre hommes » était en grande partie fondée sur des rumeurs et des sous-entendus alimentés par des idées préconçues. Au mieux, le terme témoigne d’un manque de sensibilité aux réalités culturelles, car il reflète une très mauvaise, et souvent fausse, perception de la culture afghane. Au pire, le terme est dérogatoire, encourage l’intolérance et les préjugés à l’égard des différences culturelles et donne à penser que les relations sexuelles avec des mineurs sont excusables.

1.21 La plupart des activités que les soldats attribuaient au « jeudi de l’amour entre hommes », y compris les relations sexuelles consensuelles, sont légales au Canada, et les soldats ne doivent pas s’ériger en juges. Toutefois, toutes les relations sexuelles avec un mineur sont illégales en vertu du droit international, du droit afghan et de la loi canonique islamique. Il faut intervenir chaque fois qu’une personne est témoin de telles relations ou qu’elle en soupçonne l’existence.

1.22 Certains membres du personnel se sont sentis mal à l’aise en raison de ce qu’ils avaient vu ou cru voir, mais tous les membres des FC se font dire par leur société et dans leur instruction officielle qu’ils doivent être ouverts et accepter les différences culturelles. Les militaires croyaient généralement que les activités homosexuelles des jeudis soir étaient communes dans la société afghane. Comme ils n’avaient pas reçu d’ordres ni de directives particulières qui les auraient éclairés sur les pratiques légales dans une culture étrangère, certains soldats croyaient que les Afghans trouvaient excusable la pratique d’agresser sexuellement les enfants et ont donc cru qu’ils ne pouvaient pas signaler les agressions sexuelles sur des enfants.

1.23 La Commission a constaté qu’un certain nombre de problèmes systémiques ont contribué à la situation. Par exemple, il n’est pas certain que la disposition sur les crimes graves des règles d’engagement (RDE) porte sur les relations sexuelles consensuelles avec un mineur, car le critère des lésions corporelles graves ne s’applique pas à de telles relations. Les erreurs commises durant l’instruction sur les RDE donnée avant le déploiement pourraient avoir laissé entendre aux militaires que la culture l’emporte parfois sur la loi au regard de l’application des RDE. L’ambiguïté de la règle n11 du Code de conduite des FC (obligation de signaler les infractions et de prendre les mesures qui s’imposent) et l’absence d’un modèle devant être obligatoirement utilisé pour signaler les infractions pourraient avoir donné à penser aux soldats qu’ils n’étaient pas tenus de signaler les crimes ou les infractions graves aux termes du droit en matière de droits de la personne commis par des personnes ne faisant pas partie des FC.

1.24 La Commission a aussi constaté que le manque de clarté en ce qui concerne le partage des responsabilités liées à l’obligation de signaler les infractions entre les LEGAD et les commandants opérationnels qu’ils appuient pourraient avoir contribué au problème. Les LEGAD croyaient à juste titre que les avis qu’ils fournissaient aux membres de l’état-major opérationnel devaient être transmis à tous les niveaux de la chaîne de commandement. Malheureusement, dans le cas qui nous occupe, les décisions prises à un niveau inférieur de l’état-major opérationnel et de l’état-major des LEGAD ont fait en sorte que les décideurs n’ont pas été informés des avis juridiques importants que les LEGAD avaient donnés, ni au sein de la chaîne de commandement opérationnelle ni au sein de la chaîne de commandant du JAG.

1.25 La Commission a constaté que, bien que le Code de conduite des FC soit un guide fantastique pour les militaires qui participent à des combats régis par le DCR, il ne donne pas de directives suffisantes à l’égard de certaines des questions de plus en plus complexes régies dans le droit international en matière de droits de la personne (DIDP) et il pourrait ne pas répondre à tous les besoins des militaires qui participent à une campagne de contre-insurrection comme celle que les FC mènent actuellement en Afghanistan. Par exemple, le Code de conduite n’indique pas qu’il est obligatoire de signaler les crimes graves ou les cas de violation des droits de la personne, à moins qu’ils constituent une infraction au droit des conflits armés (DCA). L’exercice du commandement de mission dans cette situation d’ambiguïté des exigences a fait en sorte que l’information concernant des décisions prises au niveau de l’unité n’a pas été communiquée à un niveau supérieur. Ainsi, des rapports faisant état d’agressions sexuelles sur des enfants n’ont jamais été transmis au commandant de la Force opérationnelle interarmées du Canada. Par conséquent, la chaîne de commandement dans le théâtre et au pays, le gouvernement afghan et le gouvernement canadien n’ont jamais été avisés des préoccupations de membres des FC à l’égard de la possibilité que des mineurs aient été victimes d’agressions sexuelles.

1.26 En ce qui concerne le traitement des traumatismes liés au stress professionnel (TSP), la Commission a constaté que les soins donnés avant et pendant le déploiement sont fantastiques dans le cas des personnes dont les problèmes de santé mentale sont reconnus ou qui ont fait savoir qu’elles en souffraient; toutefois il reste des problèmes à régler après le déploiement. La terminologie se rapportant aux TSP et au SSPT étant peu précise, il est très difficile de déterminer l’envergure du problème posé par les TSP/le SSPT dans les FC. La chaîne de commandement, le personnel médical et le personnel administratif des FC ne comprennent pas en quoi consiste exactement le programme de traitement des personnes souffrant d’un TSP/du SSPT dans les FC ni ce qu’est le rôle de chacun dans le processus. Personne ne sait vraiment si la chaîne de commandement considère que les militaires qui souffrent d’un TSP/du SSPT devraient être tenus pleinement responsables de leurs actions. La confusion qui règne en ce qui concerne l’application des dispositions relatives aux congés de maladie fait obstacle au traitement des personnes souffrant d’un TSP/du SSPT. Il est aussi préoccupant qu’il arrive souvent que le plus proche parent (PPP) des militaires ne participe pas pleinement aux démarches permettant de déceler la présence d’un TSP/du SSPT.

1.27 Durant son mandat, la Commission savait très bien que le problème des enfants agressés par des membres de la FSNA devait être mis en contexte. À l’époque où les incidents se sont produits, selon les rapports, le personnel des FC participait à une nouvelle mission, qui était très complexe et dangereuse. Les militaires vivaient dans des conditions très difficiles et étaient constamment soumis aux attaques mortelles d’un ennemi déterminé. Assurer leur survie et combattre étaient leurs missions principales, et le reste était secondaire. De plus, les agressions sexuelles touchaient une question culturelle sensible, et la politique, les directives et la formation des FC sur cette question n’étaient pas claires. Par conséquent, même si l’on peut comprendre que des soldats aient omis d’avertir leur chaîne de commandant qu’ils avaient été témoins d’activités sexuelles qui auraient dû être considérées comme étant illégales ou qu’ils soupçonnaient que de telles activités puissent avoir lieu, il reste que dans l’ensemble, les FC n’ont pas géré efficacement le problème.

1.28 Bien qu’elle sache que certaines mesures ont déjà été prises, la Commission a formulé un nombre important de recommandations dans le présent rapport qui, si elles sont acceptées, donneront lieu à la mise en place de mécanismes qui feront ressortir l’importance d’intervenir pour arrêter toutes les agressions commises sur des civils, lorsqu’il est possible de le faire sans danger, et qui rendront obligatoire la communication de l’information sur toutes les formes d’agression dont le personnel des FC est témoin ou informé.

1.29 La Commission a obtenu la pleine collaboration du gouvernement afghan, du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), de l’Organisation des Nations Unies (ONU), de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et de la chaîne de commandement des FC pendant qu’elle effectuait son enquête et elle souhaite remercier toutes les personnes qui y ont participé pour leurs efforts.

Résumé des constatations

1.30 Le Cpl Schouten, qui est membre de la Force opérationnelle 3-06, affirme avoir été témoin, en janvier 2007, de ce qu’il a cru être une agression sexuelle sur un jeune garçon afghan par deux membres de la FSNA, à la Base de patrouille Wilson, en Afghanistan. Bien que la RDE en vigueur lui ait donné le plein pouvoir d’intervenir pour arrêter l’agression, le Cpl Schouten a délibérément choisi de ne rien faire.

1.31 Le Cpl Schouten était seul lorsqu’il a été témoin de l’incident. Personne d’autre n’en a été témoin. Son allégation ne peut ni être corroborée ni être rejetée.

1.32 Le Cpl Schouten n’a pas signalé l’incident à sa chaîne de commandement opérationnelle pendant qu’il était en Afghanistan. Il ne l’a pas signalé non plus à sa chaîne de commandement une fois de retour au Canada.

1.33 Durant les démarches qu’il a faites afin d’obtenir de l’aide pour son SSPT, le Cpl Schouten a mentionné à l’aumônier Johns et à l’équipe du SSVSO qu’il avait été témoin d’une agression sexuelle en Afghanistan.             le Cpl Schouten est resté convaincu qu’il a été témoin d’une agression sexuelle sur un jeune garçon afghan.

1.34 La Commission a constaté que les FC n’ont pris aucune mesure officielle pour donner suite à l’incident décrit par le Cpl Schouten avant que la chaîne de commandement ne soit informée de l’allégation par l’entremise des médias, en juin 2008.

1.35 À la suite de la publication des articles de journaux, en juin 2008, la chaîne de commandement a immédiatement demandé au SNEFC de mener une enquête et a décidé de convoquer la CE actuelle pour qu’elle enquête sur les allégations dont les articles font état.

  1. L’enquête du SNEFC a permis de conclure qu’aucun mineur afghan n’a été agressé sexuellement par un Canadien.
  2. La CE actuelle a présenté son premier rapport à l’autorité convocatrice le 15 avril 2009, et son rapport définitif, le 15 janvier 2010. Elle a fait un nombre important de constatations et de recommandations à partir de l’enquête qu’elle a effectuée sur la question.

1.36 Les militaires affectés à une opération à l’étranger reçoivent durant l’instruction préalable au déploiement dirigée par la chaîne de commandement les ordres et les directives des FC concernant la protection des civils et les mesures à prendre lorsqu’un crime grave est commis. Cette instruction porte sur des éléments essentiels, soit le droit des conflits armés, le Code de conduite des FC, les règles d’engagement, les considérations culturelles, et l’apprentissage est renforcé par une série d’exercices d’entraînement en campagne.

1.37 À cet égard, la Commission a constaté ce qui suit :

  1. La règle no 11 du Code de conduite des FC est ambiguë en ce qui concerne l’obligation de signaler les infractions et les crimes graves commis aux termes du DCA, lorsque ce sont des membres de la population d’un pays étranger qui les ont commis.
  2. Aux termes des règles d’engagement des FC, les militaires peuvent employer la force pour empêcher qu’un crime grave ne soit commis, mais ils ne sont pas tenus d’intervenir. Toute attente relative à l’intervention des militaires est implicite ou transmise verbalement, et les militaires participant à une opération des FC ne pensent pas nécessairement qu’ils doivent intervenir.
  3. Il n’est pas certain qu’en vertu des RDE actuelles et des définitions figurant dans le manuel sur l’emploi de la force, une relation sexuelle consensuelle avec un mineur serait considérée comme un crime grave.
  4. Le terme « viol », tel qu’il est employé dans la section sur les crimes graves des RDE et du manuel sur l’emploi de la force, est désuet. Selon la définition traditionnelle, un viol survient lorsqu’un homme force une femme qui n’est pas son épouse à avoir une relation sexuelle avec lui contre son gré. Le terme « viol » ne fait pas référence au large éventail des actes sexuels qui constituent une « agression sexuelle », selon la définition qui en est donnée.
  5. Sauf dans les cas prévus en vertu des dispositions sur les crimes graves du DCA et des RDE, les membres des FC n’ont pas le pouvoir d’obliger des civils afghans à respecter le droit international, canadien ou afghan. Cette tâche revient au gouvernement afghan.
  6. Aux termes du droit international, canadien ou afghan, rien n’empêche les membres des FC de signaler une infraction aux droits de la personne à des autorités canadiennes, afghanes ou d’une organisation internationale. Toutefois, il n’existe actuellement aucun mécanisme qui permettrait aux FC de signaler au gouvernement afghan des crimes qui ont été ou qui pourraient avoir été commis par des Afghans contre des Afghans. Il n’existe pas non plus de modèle uniformisé pour la présentation de rapports sur les infractions et les crimes graves commis aux termes du droit en matière de droits de la personne.
  7. Conjuguées à la sensibilité aux réalités culturelles acquise à l’échelle nationale, les erreurs commises durant le volet sur les RDE de l’instruction préalable au déploiement pourraient avoir donné à penser à des membres des FC que certaines pratiques illégales sont en fait tolérées dans la culture afghane.
  8. Le MAECI a proposé que les conventions internationales signées par le pays hôte constituent la norme par laquelle sont mesurés les infractions et les crimes graves aux termes du droit en matière de droits de la personne.
  9. Le Code de conduite des FC est fondé sur le DCA, mais il ne tient pas compte de tous les aspects de l’ensemble grandissant des règles du droit international en matière des droits de la personne. En outre, les commandants des FC et les militaires ont actuellement une connaissance très limitée du DIDP.
  10. Les agressions sexuelles sur des mineurs (qui comprennent tout acte sexuel commis avec un mineur) sont interdites en vertu du droit international, du droit canadien, du droit afghan et de la loi canonique islamique.

1.38 La Commission a constaté que certains autres membres des FC ont été témoins d’actes sexuels qui auraient été commis avec des enfants afghans par des membres de la FSNA entre février 2006 et août 2007, qu’ils en ont entendu parlé ou qu’ils ont vu des éléments de preuve directs.

1.39 La plupart des membres des FC affectés en Afghanistan savaient ou soupçonnaient que des membres de la FSNA entretenaient des rapports homosexuels consensuels. Un petit nombre croyait que des membres de la FSNA avaient aussi régulièrement des rapports homosexuels avec des mineurs.

1.40 Un certain nombre de membres des FC ont aussi entendu dire (preuve de seconde ou de troisième main) que des agressions sexuelles auraient pu avoir été commises sur des mineurs ou ont eu vent de rumeurs persistantes à ce sujet. Dans trois cas, l’information à ce sujet a été transmise au commandant ou au commandant adjoint d’unités des FC qui se trouvaient en Afghanistan. Comme il n’y avait aucune preuve directe pour confirmer les allégations, aucune mesure n’a été prise dans deux de ces cas, et le problème n’a pas été signalé non plus. Pour ce qui est du troisième cas, des mesures directes et efficaces ont été prises; toutefois, l’échelon supérieur n’a pas été informé des mesures prises, et elles n’ont plus été appliquées après le départ de l’unité concernée.

1.41 Aucun membre de la chaîne de commandement opérationnelle des FC n’a ordonné à quelque moment que ce soit à des membres des FC d’ignorer des comportements de membres de la FSNA qui contrevenaient aux lois.

1.42 Le commandant de la FOI-Afg n’ayant jamais été informé de la question des agressions sur des enfants, les FC n’ont jamais informé les autorités supérieures de la FSNA ou du gouvernement afghan des inquiétudes que suscitaient les agressions sexuelles commises sur des mineurs et les soupçons qu’elles auraient pu être commises.

1.43 Au QGDN, les chaînes respectives du SMA(AP) et du CEMAT ont été informées dès septembre 2007 de l’incident dont le Cpl Schouten affirme avoir été témoin. Toutefois, elles ont reçu l’information dans un contexte où les responsables voulaient expliquer les raisons pour lesquelles le Cpl Schouten souffrait du SSPT et aviser la chaîne de commandement que le Cpl Schouten avait l’intention de communiquer avec les médias. Le SMA(AP) a à juste titre tenu pour acquis qu’il revenait à la chaîne de commandement de prendre les mesures nécessaires pour gérer l’allégation d’agression sexuelle. L’information qui concernait l’état-major du CEMAT n’a pas été transmise au commandant d’unité ni à l’état-major principal. Par conséquent, aucune mesure n’a été prise avant que la chaîne de commandement ne soit informée de l’incident qui se serait produit, au moment de la publication des articles de journaux, en juin 2008.

1.44 La Commission a constaté que les FC ont mis en place un processus complexe pour le traitement des personnes souffrant de problèmes de santé mentale ou de traumatismes liés au stress professionnel. À cet égard, elle a conclu ce qui suit :

  1. Le dépistage préalable au déploiement est systématique et efficace.
  2. Les soins donnés dans le théâtre aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale (SM)/d’un TSP étaient fantastiques et très efficaces.
  3. La période de repos accordée après le déploiement a donné des résultats mitigés, mais il y a des améliorations après chaque période d’affectation.
  4. La mise en place du processus de dépistage des problèmes de SM effectué après le déploiement est un progrès important. Toutefois, il reste des problèmes à régler avant qu’il ne soit possible de faire passer les tests de dépistage à toutes les personnes visées étant donné la très grande mobilité des militaires après les déploiements. Il faut aussi déterminer à compter de quel moment dans le cycle post-déploiement il serait souhaitable d’entreprendre ce processus de dépistage.
  5. Bien que les FC jouent un rôle d’avant-garde dans le traitement des personnes souffrant d’un TSP/du SSPT et qu’elles disposent d’installations de premier ordre, elles doivent régler certains problèmes relativement au traitement qu’elles offrent.
    1. Les membres de la chaîne de commandement, le personnel médical et le personnel administratif des FC comprennent mal le processus en place dans les FC pour le traitement des personnes souffrant d’un TSP/du SSPT et le rôle que chacun joue dans l’ensemble du système des FC par rapport à la mise en œuvre des programmes de traitement.
    2. La terminologie se rapportant à la SM/aux TSP/au SSPT est mal comprise et rend fort difficile l’évaluation de l’envergure du problème lié aux personnes souffrant de problèmes de SM/d’un TSP/du SSPT dans les FC.
    3. On ne sait pas vraiment si les FC considèrent que les militaires qui souffrent de problèmes de SM/d’un TSP/du SSPT sont responsables de leurs actes.
    4. La chaîne de commandement des FC ne comprend pas le rôle essentiel qu’elle doit jouer pour aider les militaires qui souffrent de problèmes concomitants liés à leurs problèmes de SM/à leur TSP/à leur SSPT, comme la consommation excessive d’alcool ou de médicaments et la consommation de drogues.
    5. Le système en place dans les FC pour l’octroi de congés de maladie aux militaires souffrant de problèmes de SM/d’un TSP/du SSPT ne permet pas d’assurer une gestion efficace de ces militaires et de leur traitement. Certaines lacunes dans les rapports entre la chaîne de commandement et le personnel médical minent les efforts que font les FC pour aider les militaires à retrouver autant que possible toute leur capacité de fonctionner.
    6. Chacun a droit à la protection de ses renseignements médicaux. Toutefois, les militaires ne comprennent pas bien le rôle que joue la chaîne de commandement des FC dans le traitement de ceux qui souffrent de problèmes de SM/d’un TSP/du SSPT. Les militaires doivent comprendre que si les renseignements médicaux ne sont pas divulgués, leur chaîne de commandement et le personnel administratif pourraient ne pas avoir toute l’information voulue, car ils ne peuvent intervenir qu’en fonction de l’information dont ils disposent lorsque les actes commis par un militaire nécessitent la prise de mesures.

1.45 La Commission a également fait les constatations suivantes :

  1. Il faudrait réécrire le Code de conduite des FC.
  2. Il faudrait apporter des modifications au manuel sur l’emploi de la force des FC.

Sommaire des recommandations

1.46 La Commission a recommandé que les mesures opérationnelles immédiates suivantes soient prises :

  1. Réviser la RDE sur les crimes graves : remplacer le terme « viol » par « agression sexuelle » (qui comprend tout acte sexuel avec un mineur).
  2. Obliger tous les membres des FC à signaler à leur chaîne de commandement toute infraction et tout crime grave commis aux termes du DCA ou du droit en matière de droits de la personne.
  3. Indiquer que l’obligation de signaler les infractions et les crimes graves signifie qu’il est aussi obligatoire de signaler les cas dont les militaires ont entendu parler ou ont été informés indirectement.
  4. Obliger les responsables à acheminer tous les rapports sur les infractions et les crimes graves à la FOI-Afg.
  5. Les commandants respectifs du COMFEC et de la FOI-Afg devraient clarifier les attentes relatives à l’intervention des membres des FC ayant eu connaissance qu’un crime grave a été commis.

1.47 La Commission a recommandé que les mesures opérationnelles à long terme suivantes soient prises :

  1. Le gouvernement du Canada et les FC devraient avoir des discussions avec le gouvernement afghan en vue de l’instauration d’un mécanisme pour la transmission de l’information sur les crimes commis par des Afghans contre des Afghans.
  2. Le gouvernement du Canada et les FC devraient informer le gouvernement afghan du fait que les FC sont obligées de signaler au gouvernement afghan et au gouvernement canadien tous les cas où une infraction ou un crime grave a été commis aux termes du DCA ou du droit en matière de droits de la personne.
  3. Le gouvernement du Canada et les FC devraient s’assurer que le gouvernement afghan comprend la disposition sur les crimes graves des ROE et la façon dont elle sera appliquée.
  4. Les FC devraient avoir des discussions avec le MAECI en vue d’instaurer un mécanisme pour la transmission au sein des FC de l’information sur les cas où une infraction ou un crime grave a été commis aux termes du DCA ou du droit en matière de droits de la personne.
  5. Le JAG devrait revoir le mandat des LEGAD qui sont affectés à une opération de déploiement, afin de s’assurer que les commandants opérationnels comprennent parfaitement bien tous les avis juridiques qui pourraient avoir une incidence sur leur mission.
  6. Les LEGAD devraient être tenus d’informer les commandants qu’ils appuient de tout incident ayant été porté à leur attention qui pourrait être considéré comme un incident d’importance.
  7. La FOI-Afg devait établir un plan prévoyant les mesures à prendre si jamais il fallait retirer un enfant (ou un civil afghan) d’une situation où il pourrait être victime d’un acte qui constitue une infraction ou un crime grave aux termes du DCA ou du droit en matière des droits de la personne, en attendant que le problème soit réglé avec le gouvernement afghan.
  8. Les FC devraient mettre en place un mécanisme pour la transmission au gouvernement afghan et au gouvernement canadien de rapports signalant la présence d’enfants soldats en Afghanistan.
  9. Au cours du processus de planification opérationnel entrepris pour chaque mission des FC, le JAG devrait diffuser un exposé officiel normalisé sur les lois pertinentes du droit international, du droit canadien et du droit du pays hôte, que tous les planificateurs d’opérations et les instructeurs pourraient utiliser pour aider les militaires à se préparer à leur mission.
  10. Les FC doivent s’assurer que les contingents qu’elles affectent à une opération de déploiement comprennent pleinement quel rapport ils ont avec chacun des éléments de la force de sécurité du pays hôte.

1.48 La Commission a formulé les recommandations suivantes relativement à l’instruction préalable au déploiement :

  1. L’instruction sur le DCA devrait être modifiée : elle devrait comporter un volet sur le DIDP.
  2. L’instruction sur le Code de conduite devrait être modifiée : il faut mettre en relief l’obligation de signaler tous les cas où une infraction ou un crime grave a été commis aux termes du DCA ou du droit en matière des droits de la personne.
  3. La trousse sur les droits de la personne qui a été préparée par le Centre de formation pour le soutien de la paix (CFSP) devrait être modifiée et devrait obligatoirement être remise à tous les membres des FC participant à une opération à l’étranger. Elle devrait informer sur le fait que les actes illégaux sont toujours illégaux, et qu’ils ne peuvent pas être excusés sous prétexte qu’ils sont acceptables dans une culture.
  4. Le cours de sensibilisation aux différences culturelles devrait être modifié : il doit permettre aux participants de comprendre le point de vue des Afghans à l’égard des amitiés entre hommes (y compris des contacts physiques), de la tradition hoojira et de l’homosexualité.
  5. L’instruction sur les RDE devrait être modifiée : elle doit tenir compte des changements recommandés relativement à la formulation de la disposition sur les crimes graves.
  6. Les RDE devraient indiquer que les militaires doivent appliquer, sans égard pour la culture, le critère des lésions corporelles graves, qui constitue l’essence de la disposition sur les crimes graves des RDE.
  7. Les commandants, les LEGAD et les équipes de mentorat des FC devraient recevoir une trousse d’information juridique enrichie. La trousse devrait leur permettre d’approfondir leur connaissance du DIDP, du Code pénal afghan et de la charia.

1.49 La Commission a formulé les recommandations suivantes relativement à la rédaction d’une nouvelle version du manuel sur le code de conduite des FC :

  1. Le manuel devrait être modifié, de façon à ce qu’il permette aux intéressés de bien comprendre le DIDP.
  2. Toute information ambiguë sur ce qui doit être signalé devrait être supprimée. Les membres des FC devraient être tenus de signaler tous les cas où une infraction ou un crime grave a été commis aux termes du DCA ou du droit en matière de droits de la personne, peu importe qui a commis l’infraction ou le crime.
  3. Les membres des FC devraient être tenus de transmettre l’information sur les cas d’infraction ou de crime grave dont ils ont entendu parler ou ont été informés indirectement. Un rapport est un rapport.
  4. Les FC doivent établir un modèle uniformisé pour la présentation de rapports sur toutes les infractions et tous les crimes graves commis aux termes du DCA ou du droit en matière de droits de la personne.
  5. Les FC devraient diffuser un arbre de décision indiquant la façon dont les rapports signalant de telles infractions ou de tels crimes doivent être traités :
    1. Tous les rapports doivent d’abord être faits verbalement; ils doivent ensuite être rédigés puis acheminés à tous les échelons de la chaîne de commandement, jusqu’à la FOI-Afg;
    2. Les commandants doivent être encouragés, à tous les niveaux, à discuter de la transmission de l’information sur les infractions avec leurs homologues du pays hôte;
    3. Le commandant de la FOI doit informer le gouvernement du pays hôte et le gouvernement du Canada (ambassadeur ou représentant désigné du MAECI) du contenu du rapport.
  6. Le Code de conduite des FC devrait servir de base pour l’application des codes d’éthique professionnels établis pour les spécialistes (avocat, aumônier et policier militaire) affectés à une opération.
  7. Le Code de conduite devrait porter sur les questions d’ordre moral et éthique en plus des obligations juridiques.
  8. Il faudrait déterminer si le JAG devrait être l’auteur du manuel sur le code de conduite. La Commission recommande que l’ACD le rédige avec l’aide du JAG, de l’EMIS et du chef d’état-major d’armée (CEMA).

1.50 La Commission a formulé les recommandations suivantes relativement au manuel sur l’emploi de la force des FC :

  1. La définition du terme « crime grave » devrait être modifiée; il faudrait parler d’agression sexuelle, qui doit englober tout acte sexuel commis avec un mineur.
  2. L’ensemble du manuel, plus particulièrement la partie sur l’obligation de signaler les infractions, devrait concorder avec le Code de conduite des FC.
  3. Le manuel devrait traiter des mesures attendues au sein des FC par rapport à l’emploi de la force.
  4. Le manuel devrait renfermer des lignes directrices sur les responsabilités liées à l’interprétation des RDE dans un contexte opérationnel et établir l’obligation de consigner par écrit les explications fournies.
  5. Le manuel devrait traiter des questions d’ordre moral et éthique liées à l’emploi de la force.
  6. Le manuel devrait renfermer des lignes directrices sur les responsabilités liées à l’instruction sur les RDE.

1.51 La Commission a formulé les recommandations suivantes relativement au programme de traitement des personnes souffrant de problèmes de SM/d’un TSP/du SSPT au sein des FC :

  1. La Commission a rédigé l’ébauche d’un document exposant les grandes lignes du programme de traitement des personnes souffrant d’un TSP/du SSPT, selon ce qu’elle comprend de ce programme. Les FC devraient examiner et réviser le document, puis l’utiliser pour aider et former leurs membres, la chaîne de commandement, leur personnel médical et leur personnel administratif, afin qu’ils connaissent le rôle qu’ils doivent jouer dans le processus de traitement.
  2. Les FC devraient revoir et clarifier la terminologie se rapportant aux problèmes liés à la SM/aux TSP/au SSPT.
  3. Les FC devraient examiner entièrement les dossiers médicaux de tous leurs membres pour établir une base de données statistiques sur la situation dans les FC en ce qui concerne la SM/les TSP/le SSPT. Il s’agit d’un premier pas essentiel qui permettra de comprendre l’envergure du problème dans les FC et de déterminer si le système de traitement fonctionne dans les FC.
  4. Sauf dans les rares cas où une personne souffre d’une véritable psychose, les FC devraient tenir tous les militaires qui souffrent de problèmes de SM/d’un TSP/du SSPT pleinement responsables de leurs actions dans le cadre des processus disciplinaire et administratif.
  5. Les FC devraient éliminer les congés de maladie et instaurer un processus de retour en service pendant la période de rétablissement, comme l’a proposé la Commission.
  6. Il faudrait déterminer le meilleur moment pour faire passer les tests de dépistage des problèmes de SM après le déploiement; il serait souhaitable qu’ils soient effectués après le congé de débarquement. Le formulaire de dépistage post-déploiement devrait être lié au Système de gestion des ressources humaines (SGRH), avec des indicateurs d’avertissement, de façon à ce qu’il suive la personne concernée jusqu’à la réinstallation et à ce que toutes les parties en soient remplies.
  7. Dans le cadre du processus de traitement des personnes souffrant d’un TSP/du SSPT, le médecin-chef de la base devrait être nommé à titre d’arbitre pour la mise en œuvre des programmes de traitement dans le système médical des FC et à titre de personne-ressource principale pour la liaison entre la chaîne de commandement locale et le personnel médical.
  8. Le Directeur général – Services de santé devrait réviser les documents d’information dont il dispose sur les problèmes de SM/les TSP/le SSPT et veiller à ce que toutes les personnes concernées puissent bien comprendre le processus de traitement dans les FC, le rôle de la chaîne de commandement, les questions liées à la protection des renseignements personnels, et à ce qu’elles puissent comprendre généralement le rôle que le plus proche parent peut jouer dans le processus.

1.52 La Commission a formulé les recommandations suivantes relativement à la diffusion au public de son présent rapport :

  1. Étant donné la nature sensible du présent rapport sur le plan des relations internationales, un comité formé du CEMD et de représentants du Bureau du Conseil privé et du MAECI devrait être mis sur pied et chargé d’évaluer et de décider s’il convient de publier l’ensemble ou une partie du présent rapport.
  2. Les allégations ayant été rendues publiques, il faudrait établir un rapport public. La Commission en a rédigé une ébauche aux fins d’examen.
  3. Le présent rapport renferme beaucoup de renseignements de nature sensible. Par conséquent, sa publication devrait être précédée dans tous les cas d’un examen complet de la Loi sur la protection des renseignements personnels, de la Loi sur l’accès à l’information et de la Loi sur la protection de l’information
Date de modification :