D’un point de vue éthique, que feriez-vous? La joie de donner

La Feuille d'érable
Mars 2017

Les membres de la direction de l’unité se sont mobilisés pour planifier un dîner de départ et trouver un cadeau approprié pour le Col Jones, leur populaire chef qui doit partir en affectation à l’extérieur de l’unité dans un mois. Le Capt Smith a été désignée par le Lcol Brown, son chef de section, comme responsable de la sélection et de l’achat du cadeau pour le Col Jones. Cette tâche inattendue a rendu le Capt Smith un peu nerveuse. Le Lcol Brown est un chef de section « non interventionniste », et il a précisé aux membres de la section qu’il n’aimait pas recevoir de courriels en copie conforme ou être dérangé dans son bureau. Le Capt Smith était donc un peu intimidée à l’idée d’avoir à lui rendre compte directement de cet important projet.

Le choix du cadeau

Après mûre réflexion, le Capt Smith a consulté ses pairs et en est arrivé à trois idées de cadeau assorties d’options de prix. La première option a été proposée par un collègue capitaine, qui a généreusement offert de donner une carte-cadeau pour une nuitée dans une suite de luxe d’un hôtel bien connu de la ville. Le capitaine avait gagné la carte cadeau comme prix d’entrée à une exposition locale sur les rénovations domiciliaires. Il n’avait pas le temps de l’utiliser et était heureux de l’offrir au Col Jones. La deuxième option était un imprimé encadré d’un éminent artiste de guerre, d’une valeur approximative de 500 $. La troisième et dernière option consistait en des billets pour un match des Toronto Maple Leafs, l’équipe de hockey favorite du colonel.

Compte tenu de l’aversion du Lcol Brown pour les communications internes, le Capt Smith a décidé de se tourner vers les chefs de section de l’unité pour les sonder sur le choix du cadeau. Selon les résultats du sondage, la première option (la carte cadeau pour une nuitée dans un hôtel local) était la plus populaire, suivie de près par la deuxième option (l’imprimé encadré). Malgré les coûts de l’imprimé, les chefs de section croyaient qu’il s’agirait d’une bonne deuxième option si la première devait être abandonnée. La troisième option soumise par le Capt Smith (les billets de hockey) a été complètement écartée par l’unité.

Mise à jour sur le projet

Deux semaines plus tard, le Lcol Brown a demandé au Capt Smith une mise à jour sur le projet. Elle lui a fait part des diverses options qu’elle avait présentées aux chefs de section, et de la nette préférence de ceux-ci pour l’option 1. Le Lcol Brown a indiqué au Capt Smith que, selon lui, l’option 1 ne convenait pas au grade de colonel et qu’il ne pouvait approuver cette décision. Il a ajouté que l’option 2, bien que coûteuse, était un choix approprié. Le Lcol Brown a clos l’entretien en informant le Capt Smith que l’option 1 n’était plus valide, sans lui donner d’instruction concernant l’achat de l’imprimé encadré.

Le problème

À deux semaines du dîner de départ, le Capt Smith disposait de peu de temps pour réfléchir à d’autres idées de cadeau. À la hâte, et à ses propres frais, elle s’est procuré l’imprimé encadré. Lorsque l’enveloppe de don a circulé dans l’unité, elle a réalisé avec désarroi que les fonds recueillis ne suffiraient qu’à couvrir la moitié de la somme qu’elle avait engagée. Les membres de l’unité, apparemment mécontents que leur option préférée n’ait pas été retenue, s’étaient montrés moins généreux que prévu. Le Capt Smith, qui n’avait reçu aucune contribution du Lcol Brown pour le cadeau, était maintenant à court de 250 $. Préoccupée, elle a discuté de la situation avec son supérieur immédiat, le Maj Philpott, qui lui a donné 100 $ de sa poche pour aider à compenser la différence.

Une semaine plus tard, le Lcol Brown a remis son cadeau au Col Jones lors de son dîner de départ. Que feriez-vous si vous étiez le Capt Smith? Que pensez vous de la façon dont le Lcol Brown a géré la situation?

Faites nous parvenir votre rétroaction ainsi que des suggestions pour les scénarios futurs.

Date de modification :