Ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes - Rapport sur les plans et les priorités 2015-2016

Force de réserve du Canada

La Force de réserve est composée de membres des Forces armées canadiennes (FAC) enrôlés pour un service autre que le service militaire à temps plein sans interruption. La Force de réserve joue trois rôles importants dans les FAC, soit : offrir des membres opérationnels, formés et prêts à intervenir; assurer une présence des FAC et tisser des liens avec la communauté; faire preuve de sens civique, leadership et engagement à l’égard du pays.

La Force de réserve repose sur un modèle de longue date de « citoyen-soldat » et sert de ressource à la fois stratégique et opérationnelle en fournissant de la profondeur et de l’ampleur aux capacités des FAC. Elle constitue un lien essentiel avec les collectivités et les Canadiens. Les membres de la Force régulière sont engagés pour un terme précis, et les membres de la Force de réserve sont engagés pour une période indéfinie. Ils doivent par conséquent se tenir prêts à effectuer leurs tâches en temps opportun, s’il y a lieu.

La Réserve comporte quatre sous-éléments : la Première réserve, les Rangers canadiens, le Service d’administration et d’instruction des organisations de cadets (SAIOC) et la Réserve supplémentaire. La Force de réserve représente un riche héritage et une tradition de service au Canada grâce à sa présence dans les collectivités locales du pays. Une Force de réserve viable, formée et ayant l’équipement nécessaire pour répondre aux besoins et aux difficultés opérationnelles du ministère de la Défense nationale et des FAC constitue un facteur essentiel à la réussite stratégique et opérationnelle des FAC.

Dans le budget de 2012, on a annoncé que l’effectif de la Force de réserve demeurera à 27 000 membres ce qui, combiné avec les 68 000 membres de la Force régulière, soutiendra l'implémentation continuée de la Stratégie de défense Le Canada d’abord (SDCD). Les efforts continus au sein de la Défense nationale et des FAC permettront d’optimiser les ressources de la Force de réserve et les structures requises afin de s’assurer que le lien essentiel avec les communautés du Canada est maintenu et qu’il continuera d’évoluer dans le cadre du vaste éventail de difficultés en matière de défense et de sécurité que le Canada devra régler maintenant et dans l’avenir

Première Réserve

La Première réserve est une force principalement constituée de professionnels des FAC à temps partiel, répartie à la grandeur du Canada et prête à mener, selon un préavis raisonnable, des opérations nationales et internationales ou à participer à de telles opérations dans le but de protéger et de défendre le Canada. Il s’agit d’une force totalement intégrée à la chaîne de commandement des FAC.

La Première réserve constitue aussi une communauté militaire diversifiée et la gestion relève principalement des responsables de la mise sur pied de la force (Marine, Armée de terre, Force aérienne, Services de santé, Juge-avocat général et force d’opérations spéciales), tandis que d’autres membres sont autogérés (Cadre de la Première réserve). Les tâches, les rôles et les missions précises découlent des responsables de la mise sur pied de la force. Les modèles d’emploi et d’instruction de ces derniers ainsi que leurs méthodes d’intégration varient. Le point commun est la contribution à la mission de la Défense et à la prestation des capacités des Forces armées canadiennes.

La Première réserve contribue à l’ensemble de la capacité des FAC à produire des effets stratégiques relativement à la défense des intérêts du Canada au pays et à l’étranger. Elle comprend des membres professionnels et bien formés des FAC qui effectuent, pour la plupart, du service à temps partiel et qui contribuent à la défense et à la sécurité du Canada en maintenant la disponibilité opérationnelle demandée.

Grâce à l’expérience acquise dans de nombreuses opérations nationales et expéditionnaire, la Force de réserve a démontré qu’elle était un élément essentiel des FAC. Le développement continu des rôles, des missions et des tâches opérationnelles au sein de chaque service a permis de s’assurer que les membres de la Réserve reçoivent l’instruction, le perfectionnement et le matériel requis pour travailler de concert avec la Force régulière et fournir les capacités requises pour assurer la réussite des missions au pays et à l’étranger.

Les membres de la Première réserve sont recrutés par l’entremise des centres de recrutement des FAC, qui sont dirigés par du personnel de la Force régulière ainsi que de la Force de réserve. On attire les candidats au moyen de publicités nationales et d’initiatives de l’unité.

Les membres de la Première réserve doivent suivre une instruction chaque année. L’instruction à temps partiel consiste habituellement en une instruction individuelle visant à respecter les normes professionnelles ou générales ou à conserver les habiletés acquises (p. ex., qualification annuelle relative au maniement des armes ou certificat de secourisme), alors que l’instruction annuelle de deux semaines est habituellement utilisée pour la formation en groupe. Les cours doivent être offerts de manière à respecter les demandes relatives à la carrière civile, aux études et aux obligations familiales. Dans la mesure du possible, les cours sont répartis en blocs de deux semaines, et on a recours à l’apprentissage distribué lorsque c’est possible. Cela ne s’applique généralement pas aux cours comme l’instruction de base ou l’instruction initiale professionnelle. Parce que les réservistes ne sont pas chargés d’effectuer la même variété de tâches que les membres de la Force régulière, ils ne reçoivent pas toujours une formation aussi élargie. Cela dit, bon nombre de descriptions de groupes professionnels sont les mêmes pour les deux groupes. Les compétences sont enseignées selon les mêmes normes, et l’instruction commune et intégrée a une incidence positive sur l’emploi, les opérations, le transfert de catégorie de service et l’intégration accrue des FAC. La composante de la Première réserve englobe les éléments suivants :

  • la Réserve navale;
  • la Réserve de l’Armée canadienne;
  • la Réserve aérienne;
  • le Cadre de la Première réserve (CPR) du Commandement du personnel militaire (COMPERSMIL), qui inclut à son tour la Réserve des Services de santé des FC et le CPR du Quartier général de la Défense nationale;
  • la Réserve du Commandement des forces d’opérations spéciales du Canada; et
  • la Réserve des Services juridiques.

Dans le cadre d’opérations internationales, le rôle de la Première réserve est de renforcer, de maintenir et de soutenir les forces déployées. Pendant les récentes opérations internationales, le personnel de la Première réserve constituait d’ailleurs jusqu’à 20 p 100 des forces déployées. Pour ce qui est des opérations nationales, la Première réserve fournit le personnel pour des opérations côtières, aériennes, et des opérations dans l’Arctique, ainsi que pour les groupes‑bataillons territoriaux. Les unités de réserve sont implantées dans les collectivités canadiennes partout au Canada. En tant que résidents de ces collectivités, les membres de la Première réserve collaborent donc régulièrement avec les premiers intervenants lorsqu’on fait appel à eux en cas de situation d’urgence. Leur participation contribue ainsi à atténuer l’effet des crises et à faciliter le retour à la normale. Les opérations nationales de la Première réserve comprennent du secours en cas de catastrophe, la recherche et le sauvetage, les opérations de sécurité et de souveraineté, le soutien à l’exécution de la loi et le soutien d’événements d’envergure. Les membres de la Première réserve continueront de se voir offrir de nombreuses occasions de servir pendant les opérations actuelles et futures.

On améliore constamment les soins offerts aux réservistes blessés ou malades et à leurs familles, ainsi que l’accès à un vaste éventail de programmes et de services du MDN, des FAC et Anciens Combattants Canada. Le travail se poursuit concernant l’intégration des enjeux de la Force de réserve et le regroupement des politiques et des programmes à l’échelle des FAC, ainsi que la mise en œuvre des recommandations de l’Étude sur la capacité d’emploi de la Première réserve (ECEPR) afin d’améliorer et de mettre à jour les politiques et les directives de gestion interne qui régissent la Première réserve et de confirmer les missions, les rôles et les tâches de ses éléments grâce à un examen approfondi. Les principales recommandations de l’ECEPR comprenaient l’établissement d’un effectif de base de la Première réserve de 4 500 membres, ce qui a été atteint; l’élaboration de directives stratégiques pour la Première réserve, lesquelles ont été communiquées l’année dernière; l’examen des ressources humaines et des autres politiques administratives, processus qui est en cours; et l’amélioration du suivi, de la gestion et du calcul du financement de la Première réserve afin d’accroître la prévisibilité. Certains progrès ont été réalisés relativement à l’examen du financement de la Réserve. Cependant, ce travail n’en est qu’aux étapes préliminaires et s’adaptera aux missions, aux rôles et aux tâches qui seront confirmés.

Au cours des trois dernières années, on s’est tourné de plus en plus vers le service à temps partiel pour un plus grand nombre de postes. En effet, le nombre de postes à temps plein a diminué afin de respecter les priorités en matière de mise sur pied de la Force de réserve, de soutien aux opérations, de perfectionnement professionnel de la Réserve et de soutien à l’institution. Le nombre de membres de la Première réserve est établi à 27 000, et l’effectif moyen rémunéré au cours de la dernière année était de 22 023. Parmi les membres de la Première réserve employés à temps plein, près de 4 500 effectuent un service continu et participent à de l’instruction en appui direct au contrôle et à l’administration de la Force de réserve au sein d’unités, d’écoles et de quartiers généraux partout au pays. En tout, environ 2 000 réservistes suivent ou donnent des cours ou fournissent un soutien à court terme à des unités pendant l’année. Enfin, chaque année, environ 430 membres de la Première réserve participent à des opérations nationales et internationales à tout moment.

Les contributions des Réservistes dans le cadre des opérations et les liens établit dans les communautés dans lesquels cette force évolue sont essentielles pour le Canada.  Les FAC doivent continuer de recruter, former, soutenir et maintenir une Première réserve prête à l’action, compétente, motivée et pertinente en tant que ressource à la fois stratégique et opérationnelle pour le Canada et les FAC, et ce, pour de nombreuses années à venir. La Réserve fournira notamment un soutien continu aux opérations de déploiement, et elle continuera de faire preuve de leadership et de professionnalisme en apportant des contributions importantes à la capacité et aux interventions des FAC lorsqu’elle est sollicitée pour des opérations et des exercices au pays et dans le monde.

Réserve navale

La Réserve navale forme et prépare ses membres pour renforcer la Force régulière au pays et à l’étranger en service à temps partiel ou à temps plein. Les réservistes de la Marine sont affectées à des opérations des FAC au pays, notamment dans les approches maritimes de l’Amérique du Nord et à l’étranger. La Réserve navale vise à fournir un bassin de personnel stratégique, durable et compétent pour la Marine royale canadienne (MRC) et les FAC, selon un concept de « Marine unique ».  Elle continue de rajuster sa structure en fonction de l’orientation des FAC concernant l’emploi dans la Première réserve et de mettre en œuvre le concept de « Marine unique », de manière à s’intégrer parfaitement dans les processus et les structures de mise sur pied et d’emploi d’une force et, ainsi, d’atteindre les objectifs stratégiques de la MRC. En outre, par l’intermédiaire de ses divisions, la Réserve navale fait le pont entre la Marine et les collectivités de partout au Canada, et elle contribue, par sa présence à l’échelle nationale, aux efforts de la MRC visant à tisser des liens avec les Canadiens.

Réserve de l’Armée de terre

La Réserve de l’Armée canadienne comprend 123 unités réparties dans 117 villes et collectivités d’un bout à l’autre du pays. Le rôle de la Réserve de l’Armée de terre, une composante intégrale de l’Armée canadienne (AC), consiste à maintenir et à appuyer l’AC dans le cadre de sa mission.

Après une période de cadence opérationnelle très soutenue, la Réserve de l’Armée de terre concentre maintenant ses efforts sur la reconstitution et l’expansion afin d’atteindre son objectif d’effectif financé de 19 471 soldats à temps partiel.  L’effectif actuel de la Réserve de l’Armée de terre comprend 18 456 réservistes à temps partiel et à temps plein. Elle continue de fournir à la Force régulière des renforts pour les opérations nationales et internationales, ainsi que des remplaçants, à tous les niveaux de responsabilité, tant dans les forces terrestres que dans les FAC en général. Les demandes en ce sens seront analysées en fonction des besoins propres de la Réserve de l’Armée de terre en personnel d’encadrement et de gestion.

Sur le plan national, la Réserve de l’Armée de terre contribue aux lignes d’opération 1 et 2 de l’Armée canadienne par l’entremise des groupes‑bataillons territoriaux, des compagnies d’intervention nationale et des groupes‑compagnies d’intervention dans l’Arctique. Ces capacités naissantes constituent le cadre d’emploi de la force par lequel la Réserve de l’Armée de terre tirera profit de structures et de capacités d’unités existantes et, à terme, prendra la direction des forces terrestres dans le cadre d’opérations nationales, avec le soutien de la Force régulière, s’il y a lieu.

Sur le plan international, le rôle de la Réserve de l’Armée de terre a été élargi de façon à fournir 20 p. 100 de l’effectif de la Force terrestre dans le cadre des opérations expéditionnaires grâce aux renforts individuels et à l’accroissement de la capacité formée.

Réserve aérienne

L’Aviation royale canadienne (ARC) est une organisation de force totale – sa structure militaire est composée du personnel de la Force régulière et de celui de la Force de réserve, qui sont entièrement intégrés et relèvent d’une même chaîne de commandement. La Réserve aérienne est mise sur pied en collaboration avec la Force régulière, contrairement à d’autres éléments qui sont mis sur pied séparément. Elle est considérée comme étant une « réserve opérationnelle » puisque ses réservistes sont entièrement interchangeables avec leurs collègues de la Force régulière et, à ce titre, ils reçoivent la même instruction, sont tenus de respecter les mêmes normes et possèdent les mêmes compétences. Les membres de la Réserve aérienne sont employés à l’échelle du pays et constituent un lien important avec nos collectivités. L’intégration étroite de la Réserve aérienne au sein des effectifs de la force totale fournit une capacité d’appoint permettant de s’assurer que l’ARC est en mesure de produire des effets stratégiques pour les FAC, particulièrement pendant les périodes de cadence opérationnelle accélérée, en vue d’appuyer la Stratégie de défense Le Canada d’abord.

La Réserve aérienne a lancé un plan de campagne en 2013 visant à relever ses défis et à profiter des occasions présentées pour être en mesure, dans un proche avenir, de devenir entièrement durable tout en maintenant ou en augmentant sa valeur pour l’ARC. Ce plan de campagne est composé de 5 lignes d’opération : stabilisation, éducation, direction, maintien et croissance. À l’heure actuelle, l’effectif de la Réserve aérienne comprend environ 1 950 réservistes, mais on espère augmenter ce nombre à environ 2 300 afin de pouvoir offrir à l’ARC une réserve solide et fiable en mesure de continuer à contribuer aux opérations aériennes présentes et futures.

Réserve des Services de santé des FC

La Réserve des Services de santé, qui compte environ 1 600 membres, est divisée en deux groupes fonctionnels : les unités de la Première réserve, ou ambulances de campagne, et le Détachement Ottawa du 1er Hôpital de campagne du Canada. L’une des tâches fondamentales des ambulances de campagne consiste à mettre sur pied du personnel formé pour soutenir et maintenir en puissance le Groupe des Services de santé des FAC et lui fournir des renforts dans le cadre d’engagements au pays et à l’étranger, pour offrir des services de santé au groupe‑brigade auquel il est affilié ainsi que pour mener des activités de sensibilisation dans les communautés. Pour sa part, le Détachement Ottawa du 1er Hôpital de campagne du Canada est formé de cliniciens spécialistes et sert à renforcer le Groupe des Services de santé dans le cadre d’opérations internationales et dans les cliniques militaires au Canada.

Pour l’année financière (AF) 2015-2016, les priorités de la Réserve des Services de santé seront les suivantes :

  • Examen de la force de campagne. Examen des capacités des ambulances de campagne de la Réserve, dont les établissements et l’équipement, afin de s’assurer qu’elles ont une structure de campagne adéquate pour répondre aux besoins actuels et futurs de la mission. Cet examen sera mené parallèlement à celui de la Force régulière afin de garantir l’interopérabilité et la compatibilité de l’instruction;
  • Élaboration d’un programme de gestion des carrières de la Réserve des Services de santé. Élaboration d’un programme exhaustif de gestion des carrières et création de conseils de promotion pour assurer une relève viable au sein des unités de la Réserve des Services de santé. Ce programme sera lié à des plans d’avancement professionnel et d’instruction pour permettre aux militaires de profiter de possibilités de perfectionnement professionnel et d’acquérir l’expérience requise pour occuper divers emplois au cours de leur carrière;
  • Amélioration de la capacité clinique des ambulances de campagne et du Détachement Ottawa du 1er Hôpital de campagne du Canada au moyen d’un recrutement ciblé et d’un plan de recrutement et d’instruction harmonisé. Ainsi, la Réserve des Services de santé pourra continuer d’assurer le renfort et le maintien en puissance du Groupe des Services de santé des FAC, pour que celui-ci puisse remplir les tâches et respecter les engagements opérationnels qui lui sont confiés dans le cadre de la Stratégie de Défense Le Canada d’abord (SDCD) et des six missions essentielles s’y rattachant, et fournir des services de santé de pointe aux groupes‑brigades affiliés du Canada. La Réserve des Services de santé continuera de participer aux examens annuels des groupes professionnels militaires afin de veiller à la coordination avec l’ensemble de la stratégie de recrutement du Groupe des Services de santé;
  • Initiative de soutien aux blessés de la Réserve – équipes de liaison médicale de l’ambulance de campagne (ELMAC). Coordination, soutien et liaison avec les unités pour faciliter le processus de suivi médical de l’ensemble du personnel revenant d’opérations de déploiement; initiative axée principalement sur les réservistes de classe A. Cela signifie qu’on communiquera trois fois avec chaque réserviste après le déploiement. La deuxième fonction principale des ELMAC consiste à tenir des séances d’information annuelles sur l’admissibilité aux soins de santé dans toutes les unités de la Première réserve (Réserve de l’Armée de terre, Réserve navale et Réserve aérienne) qui relèvent du secteur de responsabilité des ambulances de campagne de la Réserve. De plus, conformément à l’importance accordée par le chef d’état‑major de la Défense (CEMD) et le médecin général à la santé mentale, l’ELMAC a commencé à offrir une séance d’information supplémentaire sur la santé mentale propre à la Première réserve;
  • Possibilités d’entraînement relatives à la disponibilité opérationnelle après la mission en Afghanistan. Continuer à mettre au point une instruction collective qui augmentera les capacités d’intervention opérationnelle nationales des ambulances de campagne de la Réserve, en plus de fournir l’entraînement nécessaire aux impératifs de la SDCD;
  • Soutien de la disponibilité opérationnelle de la Première réserve. L’essai relatif aux examens médicaux périodiques (EMP) pour les réservistes de classe A n’a pas été concluant; il se poursuivra donc pour la présente année d’instruction afin de fournir des données plus fiables sur le personnel et les ressources nécessaires pour offrir ce service à l’échelle nationale. Ainsi, on pourra s’assurer que les membres de la Première réserve ayant subi les EMP peuvent respecter les engagements opérationnels nationaux et internationaux à court préavis; et
  • Mise en œuvre du Cadre de mesure du rendement (CMR) de la réserve des Services de santé des FC. Ce CMR vise à quantifier les activités de la Réserve qui a été intégré au cadre élargi du Groupe des services de santé. La collecte et l’évaluation des données ont été réalisées en vue de convertir le potentiel et la capacité de la Réserve des Services de santé en capacités opérationnelles.

Réserve des Services juridiques

Pour l’AF 2015‑2016, l’effectif prévu au cadre de la Première réserve (CPR) du juge‑avocat général est de 64 postes d’avocats militaires entièrement pourvus. Les avocats militaires de la Réserve seront employés en service de classe A et offriront des avis juridiques dans tous les domaines du droit militaire. Ils continueront également d’être employés en service de classe B (service temporaire et plein temps) de temps à autre, et en service de classe C lors d’opérations à l’étranger.

Réserve supplémentaire

La Réserve supplémentaire est gérée par le Directeur – Gestion du soutien de la Réserve (D Gest SR). Conformément aux politiques actuelles en place, au 1er avril 2015, la Réserve supplémentaire comptera environ 15 000 membres. Toutefois, on a demandé de réduire la période de service des membres de la Réserve supplémentaire afin que celle‑ci passe de 10 ans à 5 ans. Si cette demande est approuvée, la Réserve supplémentaire comptera alors environ 9 000 membres.

Le D Gest SR examine également l’âge de la retraite de ses militaires actuels afin d’assurer une meilleure comptabilisation du personnel pouvant être embauché après 55 ans. Si on autorise la libération des militaires qui ont plus de 55 ans et qui n’ont pas choisi de prendre leur retraite à 60 ans parce qu’ils n’atteignent pas l’objectif de la Réserve supplémentaire, on pourrait alors compter environ 12 000 membres. Si on autorise la réduction de la période de service à cinq ans et qu’on accepte de libérer ceux qui n’ont pas choisi de prendre leur retraite à 60 ans, la Réserve supplémentaire comprendrait environ 8 000 membres.

Service d’administration et d’instruction des organisations de cadets

Le Service d’administration et d’instruction des organisations de cadets (SAIOC) est formé d’officiers du Cadre des instructeurs de cadets (CIC), d’officiers du service général et de militaires du rang du service général qui, selon les termes de leur enrôlement ou de leur transfert, ont convenu d’exécuter les tâches et l’entraînement qu’on leur demande, mais dont le rôle principal consiste à assurer la supervision, l’administration et l’instruction de cadets ou de Rangers juniors canadiens (RJC) qui sont membres des organisations de cadets indiquées dans l’article 46 de la Loi sur la Défense nationale. Ils ont pour mandat de veiller à la sécurité et au bien‑être des cadets et des Rangers canadiens tout en développant en eux le sens du leadership et du civisme, en encourageant leur bonne condition physique et en stimulant leur intérêt envers les activités navales, terrestres et aériennes des FAC. De temps à autre, ils peuvent être aidés par des membres de la Force régulière ou des membres du personnel d’autres sous‑éléments de la Force de réserve.

Rangers canadiens

Les Rangers canadiens (RC) sont des réservistes qui fournissent une présence militaire dans les collectivités éloignées, isolées et côtières du Canada, signalent des activités ou des phénomènes inhabituels et effectuent des patrouilles de surveillance et de souveraineté au besoin. L’une des tâches attribuées à l’Armée canadienne est d’appuyer la souveraineté du Canada et les objectifs de sécurité dans le Nord. Les Rangers canadiens contribuent à cet objectif en fournissant une présence militaire dans ces régions nordiques, côtières et isolées peu peuplées du Canada qui ne pourraient être prises en charge convenablement ou économiquement par d’autres éléments des Forces armées canadiennes. Les Rangers canadiens soutiennent également le Programme des Rangers juniors canadiens, financé par les FAC, qui s’adresse aux jeunes âgés de 12 à 18 ans habitant dans des régions éloignées. Les Rangers canadiens comprennent maintenant 179 patrouilles, et leur effectif actuel s’établit à environ 5 000 membres à l’échelle du pays.

Conseil de liaison des Forces canadiennes

Le Conseil de liaison des FC (CLFC) est un groupe formé de plus de 200 dirigeants d’entreprise et cadres d’institution d’enseignement civils qui, à l’échelle du Canada, consacrent temps et efforts à la promotion de la Première réserve en mettant en valeur les avantages que retire le marché du travail civil de la formation et de l’expérience acquises au sein de la Force de réserve. Appuyé par un secrétariat militaire à temps plein et par un réseau national d’officiers de la Réserve, le CLFC aide les réservistes et les unités de la Réserve pour les questions qui ont trait au soutien fourni par l’employeur.

Le mandat du Conseil est d’accroître la disponibilité des réservistes pour leur permettre de réaliser leurs tâches militaires en obtenant la collaboration des dirigeants d’organisation au Canada. À titre d’élément habilitant, le Conseil encourage les employeurs et les établissements d’enseignement civils à accorder un congé sur une base volontaire et sans pénalité aux réservistes appelés à participer à des activités, à des tâches ou à une instruction militaires.

Les activités opérationnelles du CLFC sont fondées sur deux tâches importantes de défense : la mise sur pied des effectifs des éléments de la force et la gouvernance des programmes (contribuant ainsi directement à l’atteinte de deux des objectifs stratégiques du vice-chef d’état-major de la Défense) et la mise sur pied et le maintien en puissance de forces afin de contribuer au gouvernement, à la société canadienne et à la communauté internationale.

Le Conseil gère cinq programmes. Parmi ceux-ci, le Programme ExécuTrek et le Programme d’approche visent à sensibiliser et à renseigner les employeurs, les dirigeants d’universités et d’autres organisations sur la valeur du service au sein de la Réserve. Deux autres programmes, soit le Programme d’aide aux réservistes et le Programme d’appui des unités de la Réserve, servent à appuyer les réservistes qui doivent négocier avec leur employeur lorsqu’ils ont des difficultés à obtenir un congé pour participer à une opération ou à un entraînement militaires. Enfin, le Programme de prix et de reconnaissance vise à honorer les organisations canadiennes qui ont grandement appuyé les réservistes à leur emploi. Tous ces programmes ont été mis sur pied afin d’améliorer de façon importante le soutien des employeurs et des éducateurs envers les réservistes. À cet égard, le Conseil continue de jouer un rôle important pour favoriser la disponibilité constante des réservistes en vue d’opérations nationales et internationales.