Services de santé mentale des Forces armées canadiennes

Les principaux fournisseurs de services de santé mentale à l'intention des membres des FAC se trouvent dans le Groupe des Services de santé des FC.

Dans de nombreux cas, le premier point de contact pour beaucoup de membre des FAC qui connaissent des difficultés de santé mentale est leur médecin de premier recours à la clinique locale des FAC. Ce dernier offrira l'aide nécessaire ou aiguillera le militaire vers la ressource la plus appropriée. Dans le cas d'une urgence, un militaire peut avoir accès à un médecin pendant la revue des malades quotidienne.

Après les heures normales de travail, on conseille aux militaires de communiquer avec le service d'urgence de leur centre hospitalier local.

Au sein des Services de santé des FC, il y a des services spécialisés de santé mentale. Ces services fonctionnent à deux niveaux. Le service primaire ou le premier échelon de service est appelé le programme psychosocial. Le second échelon est dénommé les programmes de santé mentale.


Programmes de santé mentale

Les programmes de santé mentale qui sont des services spécialisés en santé mentale sont disponibles dans les plus grandes bases des FAC. Des composantes de ces programmes seront accessibles dans les plus petites bases selon la taille de la population et la disponibilité des ressources locales. Son personnel est habituellement constitué de psychiatres, de psychologues, de travailleurs sociaux/travailleuses sociales, d'infirmiers/d'infirmières en santé mentale, de conseillers/conseillères en toxicomanie et en dépendance au jeu et d'aumôniers des Services de santé.

Accès

Vous avez besoin d'une recommandation d'un médecin pour avoir accès aux programmes de santé mentale. Il n'y a aucun accès direct à ces programmes.

Types de services

Les plus grands centres offriront habituellement les programmes suivants :

  • Programme de santé mentale générale - Il englobe l'évaluation, et le traitement individuel ou en groupe de ceux qui souffrent de diverses problèmes de santé mentale tels que la dépression, l'anxiété, l'inquiétude excessive, l'insomnie, etc.
  • Programme de soutien pour trauma et stress opérationnels - Il offre des services d'évaluation, des traitements individuels ou de groupe pour les militaires victimes de stress opérationnel. Il fournit de l'aide aux militaires en service actif et à leur famille qui vivent des problèmes découlant des opérations militaires.
  • Programme de traitement de l'alcoolisme et de la toxicomanie - Il offre des services d'évaluation et des traitements individuels aux personnes ayant une dépendance ou un problème d'alcool, de drogues ou d'autres comportements compulsifs. Selon le besoin, le militaire peut bénéficier d'un traitement en services de consultations externes ou en établissement fermé. Les militaires ont droit à un service de suivi d'une année à la suite du traitement.

À tous les emplacements, quand les services ne sont pas disponibles au sein des FAC, les militaires doivent être dirigés vers une ressource civile appropriée.

Le programme psychosocial

Le programme psychosocial est disponible à toutes les cliniques des FAC. Son personnel est habituellement constitué de travailleurs sociaux/travailleuses sociales, d'infirmiers/d'infirmières en santé mentale et de conseillers/conseillères en toxicomanie et en dépendance au jeu.

Accès

Les membres des FAC peuvent avoir accès directement et ce sans rendez-vous, au programme psychosocial ou être aiguillé par un médecin ou d'autres personnes telles que leur superviseur.

Types de services

  • Brève intervention : Les services de counselling à court terme qui peuvent faire intervenir un militaire et sa famille. Les problèmes comprennent des difficultés d'adaptation, des problèmes en milieu de travail et de mariage ou d'autres problèmes de famille y compris la violence familiale.
  • Intervention en cas de crise : Le personnel est disponible pour une intervention d'urgence.
  • Consultation en matière de toxicomanie et de dépendance au jeu : Analyse initiale, éducation et consultation en matière de dépendance liée à l'alcool, aux autres drogues et au jeu.
  • Services d'information : Les membres des FAC peuvent avoir accès à diverses informations psycho-éducationnelles de la part du personnel du programme psychosocial.
  • Demandes administratives : Déménagements imprévus, statuts particuliers et mutations pour motifs personnels ou évaluations pour les affectations à l'extérieur du pays.
  • Évaluations pré/post-déploiement : Avant le déploiement, tous les militaires doivent se livrer à une évaluation pré-déploiement afin de déterminer l'état de préparation au déploiement. À la fin d'un déploiement, tous les militaires doivent se livrer à un questionnaire et une entrevue post-déploiement.

Programme de traitement de l'alcoolisme

Il offre des services d'évaluation et des traitements individuels aux personnes ayant une dépendance ou un problème d'alcool, de drogues ou d'autres comportements compulsifs. Selon le besoin, le militaire peut bénéficier d'un traitement en services de consultations externes ou en établissement fermé. Les militaires ont droit à un service de suivi d'une année à la suite du traitement.

À tous les emplacements, quand les services ne sont pas disponibles au sein des FAC, les militaires doivent être dirigés vers une ressource civile appropriée.

Obstacles à demander de l'aide

Les membres des FAC comme de nombreux civils hésitent à admettre qu'ils ont un problème personnel. Pour beaucoup d'entre eux, il y a souvent une certaine réprobation associée à la demande d'aide. Certains y voient un signe de faiblesse. Pour d'autres, c'est la peur qu'en allant chercher de l'aide, cela aura une incidence négative sur leur carrière. Malheureusement, cela signifie parfois que les problèmes s'aggravent jusqu'à ce qu'ils échappent à son emprise et finalement ceux-ci ont des conséquences sur la carrière du militaire. Il est important que les superviseurs créent un lieu de travail qui encourage les militaires à se prendre en main et à bénéficier des services qui sont à leur disposition.

Dans d'autres cas, des militaires refusent de demander de l'aide parce qu'ils estiment que leur commandant a accès à leur dossier médical ou que leurs renseignements personnels seront consignés dans leur relevé d'emploi. Il est important de savoir que les renseignements médicaux des membres des FAC sont confidentiels. L'accès à ces renseignements est réservé aux personnes qui fournissent les soins au militaire. Les commandants ont le droit de savoir les restrictions que la condition du militaire peut avoir sur son employabilité ainsi que le pronostic, mais ils n'ont pas à connaître la nature du problème ou la série de traitements. (Divulgation de renseignements médicaux ou de travail social aux officiers commandants CANFORGEN 039-08).


Centres de soins pour trauma et stress opérationnels

Intégrés aux services de santé mentale des FC, les programmes spécialisés du CSTSO offrent aux patients présentant des blessures de stress opérationnel des services d’évaluation et de traitement uniformes et très complets faisant appel à des pratiques exemplaires fondées sur les preuves. Ces programmes sont offerts à Halifax, Gagetown, Valcartier, Ottawa, Petawawa, Edmonton et Esquimalt. Des éléments des programmes du CSTSO sont également offerts aux plus petites bases, selon la taille de la population et les ressources locales disponibles.

Les programmes du CSTSO comprennent l’évaluation et le traitement, individuel ou en groupe, des militaires qui vivent des difficultés résultant de leurs tâches opérationnelles. Les membres de la famille des militaires étant encouragés à participer aux soins, les séances psychoéducatives organisées à leur intention constituent un volet important du programme. Le personnel du CSTSO se consacre en outre à l’éducation des spécialistes de la santé, tant militaires que civils, dans le domaine de l’évaluation et de la gestion du stress découlant des opérations militaires. Les programmes du CSTSO adoptent une approche de traitement interdisciplinaire mettant à contribution des psychiatres, des psychologues, des travailleurs sociaux, des infirmières en santé mentale, des conseillers en toxicomanie et des aumôniers spécialistes de la santé mentale.

Date de modification :