Indemnité de retour de congé (IRDC): Conseils à l'intention des parents et des partenaires

Langues officielles

Certaines des informations suivantes proviennent d'un organisme qui n'est pas assujetti à la Loi sur les langues officielles, et elles sont mises à votre disposition dans la langue d'origine seulement.

Les militaires et leur famille attendent avec impatience leur visite à la maison. Il s’agit pour la plupart des familles d’un moment heureux et d’une occasion de se reposer et de reprendre contact à mi-parcours. Cette période peut toutefois comporter quelques difficultés. Des problèmes de communication, de faux espoirs et la fatigue peuvent susciter des sentiments d’anxiété, de colère et de rancune chez certains soldats et parmi les membres de leur famille. Voici quelques conseils qui peuvent aider à profiter au maximum de cette période ensemble.

Conseils à l’intention des parents et des membres de la famille élargie

Il est normal de vouloir préparer un retour parfait pour l’IRDC de votre fils ou de votre fille en déploiement. Essayez toutefois d’abandonner toute idée préconçue au sujet de la journée du retour et du congé de mission, et laissez les choses se dérouler naturellement. Vous trouverez ci-dessous certaines situations auxquelles vous devriez vous attendre.

Les plans peuvent changer. Il n’est pas rare que les besoins du service ou de la mission de l’unité l’emportent sur les projets de congé. L’IRDC peut être annulé inopinément ou retardé pour une période indéterminée. Tandis que vous planifiez ou anticipez un congé, n’oubliez pas que les projets peuvent changer, et qu’il est fort probable qu’ils changeront.

Essayez d’avoir des attentes réalistes. Vous pouvez vivre des fluctuations émotionnelles pendant le séjour de votre fils ou de votre fille à la maison. Vous pouvez vous sentir très heureux d’être de nouveau réunis. Vous pouvez aussi ressentir du stress ou de la tristesse en sachant que le congé est de courte durée et que votre fils ou votre fille repartira, peut-être pour retourner dans une région dangereuse. Essayez de vous rappeler que l’anxiété est un élément naturel et normal de la réunion. Ces sentiments partagés s’atténueront avec le temps et ne devraient pas gâcher les moments que vous passez ensemble.

Communiquez à l’avance - si cela est possible - pour savoir ce que votre fils ou votre fille veut faire à la maison. N’oubliez pas que vous partagerez son temps limité avec ses amis et d’autres membres de la famille. Discutez de vos projets et attentes mutuels à l’avance par téléphone, par courriel ou par courrier.

Résistez à la tentation de planifier trop d’activités. Essayez d’être souple dans les projets que vous faites préalablement avec votre fils ou votre fille. Il est normal que le militaire qui revient de mission ait besoin d’espace à son retour.

Le militaire qui revient de mission aura besoin de temps pour s’ajuster et décompresser. Il peut être en décalage horaire, avoir besoin de reprendre des heures de sommeil ou simplement avoir besoin de temps seul pour s’habituer à être à la maison.

Votre fils ou votre fille peut ne pas avoir très envie de parler de ses expériences de déploiement. Il peut y avoir des choses dont il ou elle n’a pas le droit de parler. Essayez d’éviter de lui tirer les vers du nez ou de lui poser trop de questions.

Essayez le plus possible de maintenir la paix et le calme à la maison. Le militaire peut avoir de la difficulté à supporter les bruits forts, les voix fortes ou beaucoup de tapage, qui peuvent inopinément déclencher des réactions de choc ou d’autres émotions pénibles, surtout s’il vient de rentrer d’une zone de guerre.

Votre fils ou votre fille peut être distrait(e) pendant sa visite à la maison. Il n’est pas rare que des membres de la famille disent que leur proche est distrait et « semble absent » pendant l’IRDC. C’est souvent parce qu’ils sont préoccupés par ce qui arrive à leurs collègues à l’étranger. De nombreux membres des FAC se soucient de la sécurité de leurs compagnons pendant leur congé et de ce qu’ils manquent du déploiement.

Soyez aux aguets de tout symptôme lié au stress chez le militaire qui revient de mission. Bien que les expériences de déploiement ne causent pas de problèmes de santé mentale chez la majorité des membres des FAC, environ 6 à 8 % éprouvent des difficultés. Il est important de connaître les signes indiquant que votre proche a peut-être besoin de soutien additionnel. Vous trouverez dans la section Modèle du continuum de la santé mentale (Militaires) une liste d’indicateurs de comportement qui peuvent nécessiter de l’aide. L’aide est disponible. Encouragez votre fils ou votre fille à profiter des services et des programmes offerts par le service militaire et à demander de l’aide professionnelle au besoin.

Ayez conscience qu’il y a souvent de la tension dans les familles avant les séparations et les adieux. C’est normal. Mais la tension peut également ternir la joie d’être de nouveau réunis. Essayez de vous concentrer sur le moment présent et sur le bonheur que vous vivez ensemble plutôt que sur les adieux à venir.

Essayez de ne pas laisser le départ imminent accaparer vos pensées. Tentez de diriger votre attention sur le moment présent. Vivez une journée à la fois. Il est important de planifier le départ à l’avance, mais il importe que cela ne gâche pas vos moments de bonheur ensemble. N’oubliez pas de prendre des photos ou de filmer ces moments pour revivre ces souvenirs plus tard.

Encouragez et soutenez votre fils ou votre fille. Faites-vous un devoir de dire à votre proche à quel point vous êtes fier de son travail acharné, de ses sacrifices et de ses accomplissements.

Parlez à d’autres parents ou membres de la famille qui ont vécu la même situation. Ils peuvent avoir des suggestions utiles à vous faire pour profiter au maximum d’une IRDC et pour composer avec la tristesse de nouveaux adieux.

[Adapté de When Your Son or Daughter Comes Home on Leave (anglais seulement)]

Conseils à l’intention des partenaires et des conjoints

Un congé au domicile est un moment heureux pour la plupart des familles, mais il peut également s’avérer un moment chargé en émotions. Voici ce à quoi vous pouvez vous attendre pendant l’IRDC.

Les plans peuvent changer. Il n’est pas rare que les besoins du service ou de la mission de l’unité l’emportent sur les projets de congé. Un congé de mission peut être annulé inopinément ou retardé pour une période indéterminée. Tandis que vous planifiez ou anticipez un congé de mission imminent, n’oubliez pas que les projets peuvent changer, et qu’il est fort probable qu’ils changeront.

Essayez d’avoir des attentes réalistes. Il est normal de se faire des idées sur la façon dont vous passerez ces moments ensemble. Essayez toutefois de laisser tomber vos idées sur la journée du retour et sur le congé de mission, et laissez les choses se produire naturellement. En réalité, vous pouvez vivre des fluctuations émotionnelles pendant un congé de mission. Vous pouvez vous sentir très heureux d’être de nouveau réunis. Vous pouvez aussi ressentir du stress ou de la tristesse en sachant que le congé est de courte durée et que le militaire repartira. Vous pouvez éprouver des émotions imprévues et même difficiles à gérer. Il est utile de se rappeler que l’anxiété est un élément naturel et normal de la réunion. Ces sentiments partagés s’atténueront avec le temps et ne devraient pas gâcher les moments que vous passez ensemble.

Communiquez à l’avance, si cela est possible, pour savoir ce que vous aimeriez faire le temps où vous serez ensemble. Discutez de vos idées et de vos projets à l’avance par téléphone, par courriel ou par courrier. Réfléchissez à savoir si vous voulez vous rencontrer dans un tiers lieu pour des vacances, ou si vous préférez simplement passez du temps à la maison; il n’y a pas de bon ou de mauvais choix, en autant que les deux partenaires soient en accord. Ce qui fonctionne pour la famille demeure ce qu’il y a de mieux.

Ne planifiez pas trop d’activités. La plupart des militaires sont reconnaissants de pouvoir être à la maison en famille pendant cette période. Évitez d’en faire trop. Plutôt que d’organiser des fêtes qui se terminent tard en soirée, mettez l’accent sur la détente, des pauses, et passez du temps ensemble. Concentrez-vous sur les choses que vous ne pouvez pas faire lorsque vous n’êtes pas ensemble.

Soyez conscients que les deux conjoints ont peut-être besoin d’une pause. Profitez de l’occasion pour passer le plus de temps possible ensemble afin de vous détendre et de relaxer. Vous apprécierez le fait d’être ensemble beaucoup plus de cette façon. Le militaire qui revient de mission aura besoin de temps pour s’ajuster et décompresser (incluant le décalage horaire ou les heures de sommeil à rattraper).

Le membre des FAC peut ne pas avoir très envie de parler de ses expériences de déploiement. Il peut y avoir des choses dont il n’a pas le droit de parler et des choses dont il ne se sent pas à l’aise de parler. Concentrez-vous plutôt sur des activités qui vous permettront, à vous et à votre conjoint(e), de vous détendre et de relaxer.

Votre partenaire peut être distrait(e) pendant sa visite à la maison. Il n’est pas rare que des membres de la famille disent que leur proche est distrait et semble absent pendant l’IRDC. C’est souvent parce qu’ils sont préoccupés par ce qui arrive à leurs collègues à l’étranger. De nombreux membres des FAC se soucient de la sécurité de leurs compagnons pendant leur congé et de ce qu’ils manquent du déploiement.

Les enfants peuvent avoir besoin d’aide pour reprendre contact avec le militaire qui revient. Par exemple, les jeunes enfants peuvent d’abord se tenir à distance du parent qui revient de mission. Vous pouvez apporter votre aide en réservant du temps que vos enfants pourront passer avec votre conjoint en congé. Les enfants sont souvent plus enclins à accorder à leurs parents du temps ensemble sans interruption s’ils ont d’abord eu un moment spécial avec le militaire qui revient.

Faites des efforts supplémentaires pour être prévenants et compréhensifs l’un envers l’autre. Évitez les questions et les sujets de discorde connus. Cela vous aidera à profiter pleinement de vos précieuses journées ensemble.

Attendez-vous à ce que votre conjoint(e) ait changé, même si vous n’avez été séparés que quelques mois. Ni l’un ni l’autre n’êtes comme avant la séparation. Vous pouvez tous deux vous sentir plus indépendants. Il se peut que ça prenne du temps avant de vous réhabituer l’un à l’autre, surtout si la séparation a été prolongée. Vous pouvez vous sentir maladroits au début. Passez du temps à réapprendre à vous connaître.

Évitez d’entreprendre trop de choses ou de passer trop rapidement d’une chose à l’autre durant le temps que vous passez ensemble. Les membres de la famille restés au pays ont probablement acquis de nouvelles habitudes en l’absence du militaire. C’est trop leur demander que d’essayer de reprendre les anciennes habitudes et de revenir aux nouvelles habitudes à la fin du congé de mission. Ces changements sont suffisamment difficiles pendant la réunion définitive après un déploiement, où tout le monde a beaucoup plus de temps pour s’ajuster.

Parlez de ce que vous ressentez. La communication est cruciale pour les bons rapports et pour vous permettre de profiter le plus possible du temps que vous passez ensemble. Parlez de ce que vous ressentez et encouragez votre conjoint(e) à faire de même. Écoutez-vous mutuellement. Passez aussi du temps ensemble sans parler. Parfois, il est plus facile de se serrer l’un contre l’autre, de se masser mutuellement ou de se caresser le dos pour communiquer de l’amour et de l’affection, qu’il ne pourrait l’être avec des mots.

Essayez de répondre à vos besoins mutuels. Vous avez peut-être des idées différentes de la façon dont vous voulez passer ces journées ensemble. Vous pouvez avoir des besoins physiques ou émotionnels différents, ce qui peut parfois causer des tensions dans un couple. Par exemple, un partenaire peut vouloir retrouver immédiatement l’intimité sexuelle alors que l’autre n’est pas prêt. Les relations intimes peuvent être difficiles au début. Prenez du temps pour être seuls et parler de vos sentiments et de vos besoins.

Prenez conscience qu’il faut du temps pour rebâtir des sentiments d’intimité. Cela ne se produit pas toujours du jour au lendemain. Comme l’expliquent des experts de la National Mental Health Association,  « la vie sexuelle peut reprendre immédiatement, mais l’intimité prend plus de temps à se rétablir ».

Gardez à l’esprit qu’il peut être difficile pour les enfants de comprendre que papa ou maman doit repartir. Parlez avec vos enfants de la séparation à venir et assurez-vous que le militaire passe du temps spécial avec chaque enfant avant de repartir.

Ayez conscience qu’il y a souvent de la tension dans les familles avant les séparations et les adieux. C’est normal. Mais la tension peut également ternir la joie d’être de nouveau réunis. Essayez de vous concentrer sur le moment présent et sur le bonheur que vous vivez ensemble plutôt que sur les adieux à venir.

Concentrez-vous sur le plaisir d’être ensemble. Tentez de diriger votre attention sur le moment présent. Vivez une journée à la fois et essayez de ne pas laisser le départ imminent accaparer vos pensées. Il est important de planifier le départ à l’avance, mais il importe que cela ne gâche pas vos moments de bonheur ensemble.

Profitez des services et des programmes que vous offrent les Forces armées canadiennes pour obtenir du soutien. Il existe des organisations et des groupes pour les conjoints, comme les Centres de ressources pour les familles des militaires. De nombreuses ressources pour les familles sont à votre disposition pour vous aider pendant un déploiement.

[Adapté de What to Expect on an R&R During Times of Deployment (anglais seulement)]

Date de modification :