Navire de combat canadien

Transcription

Entouré de trois océans et renfermant les Grands Lacs, le Canada est le pays qui doit défendre le plus long littoral au monde.

C’est au cours du 18e siècle, après que plusieurs naufrages soient survenus, que les premiers bateaux de sauvetage et les premiers phares ont fait leur apparition sur la côte est du Canada. Le 19e siècle a été témoin de l’arrivée des navires de patrouille dont le rôle était de défendre les côtes et de faire respecter les lois sur la pêche et les transports commerciaux. C’est à cette époque qu’est née la Garde côtière canadienne.

Lorsqu’éclata la Deuxième Guerre mondiale, le Canada possédait seulement dix navires. À la fin de la guerre, la Marine royale canadienne détenait la quatrième plus importante flotte navale du monde. En temps de paix, un certain équilibre s’est établi entre ces modestes débuts et l’envergure de la flotte des années 1940.

De nos jours, le Canada protège ses territoires maritimes contre la migration clandestine, le trafic de drogues et la pollution. On y mène également des opérations de recherche et sauvetage ainsi que de la recherche scientifique. La Marine participe aussi à des opérations à l’étranger, contribuant ainsi à remplir les engagements du Canada et à défendre les intérêts de notre pays.

La Stratégie nationale de construction navale trace la voie que devra suivre la nouvelle flotte fédérale.

Il s’agit d’un tournant important dans le domaine de la construction navale : au lieu d’y aller projet par projet, on passe à une vision à long terme en établissant des relations stratégiques avec deux chantiers navals canadiens où l’on construira de grands navires.

Grâce à cela, le Canada sera en mesure de donner des emplois à des travailleurs spécialisés de partout au pays dans l’industrie de la construction navale et dans des domaines connexes pendant plusieurs générations.

Résumé du projet

Dans le cadre de la politique de défense du Canada, « Protection, sécurité, engagement » (PSE), le gouvernement s’est engagé à investir en 15 Navires de combat canadien (NCC). Le NCC constituera la principale plate-forme de combat navale du Canada. Il possédera une bonne capacité de combat et sera polyvalent. Il pourra partir rapidement en déploiement, n’importe où dans le monde, soit seul, soit au sein d’une coalition canadienne ou internationale, et ce, pendant de nombreux mois, tout en ayant des besoins logistiques limités.

Le NCC pourra exécuter, dans le cadre de divers scénarios, toute une gamme de tâches, dont les suivantes :

  • le déploiement d’une puissance de combat décisive en mer et le soutien d’opérations terrestres;
  • la lutte contre la piraterie et le terrorisme, les opérations d’interdiction et d’imposition d’un embargo dans le contexte des opérations d’intensité moyenne;
  • l’acheminement d’une aide humanitaire, l’exécution de missions de recherche et de sauvetage, l’application de la loi et les missions visant à faire respecter la souveraineté dans le contexte des engagements régionaux du Canada.

Dans le cadre de la politique PSE, on a estimé le coût des navires à être entre 56 et 60 milliards de dollars. Les coûts liés au personnel, à l’exploitation et à l’entretien des NCSC tout au long de leur cycle de vie sont beaucoup influencés par le modèle du navire; ils ne seront donc disponibles que plus tard dans le processus.

Le projet NCC, dont l’acquisition s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, remplacera les destroyers de la classe Iroquois et les frégates de patrouille polyvalentes de la classe Halifax avec une seule classe de navires qui pourra combattre diverses menaces en haute mer et dans un milieu côtier hautement complexe. Jamais le Canada n’a entrepris un projet de construction navale aussi vaste et aussi complexe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Étapes du projet

Étape 3 : Définition

 

1. Identification

1. Identification

      Effectuée dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale

2. Analyse des options

2. Analyse des options

Effectuée dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale

3. Définition

3. Définition

Approbation du projet (Phase 2A) : juin 2017

4. Mise en œuvre

4. Mise en œuvre

  • Approbation de la mise en œuvre du projet : début des années 2020
  • Octroi du contrat de construction : début des années 2020
  • Première livraison : milieu des années 2020
5. Clôture

5. Clôture

Fin des années 2040s

   Pour en savoir plus sur le processus d’approvisionnement de la Défense

Renseignements additionnels

Mises à jour

Mises à jour

Étapes du projet

Le 20 septembre 2017
Les soumissionnaires admissibles ont été informés que la demande de proposition (DP) se termine le 17 novembre 2017.

Le 19 juin 2017
Le gouvernement du Canada et Les Chantiers Maritimes Irving Inc. ont entamé un examen de conformité volontaire des ébauches de demandes de soumissions présentées par les soumissionnaires, conformément à la DP de sous-traitance de la définition du NCC.

Le 5 juin 2017
Une deuxième prolongation est accordée et la date limite de soumission est fixée « à la mi-août 2017 au plus tôt ».

Le 16 février 2017
À la demande des 12 soumissionnaires admissibles, le gouvernement et Les Chantiers Maritimes Irving Inc. ont prolongé de huit semaines le délai de soumission; la DP devait ainsi prendre fin le 22 juin 2017.

Le 27 octobre 2016
Les documents définitifs de la sous-traitance de définition de la DP ont été publiés par Les Chantiers Maritimes Irving Inc. pour la sélection d’un sous-traitant responsable de la conception des NCC. Un processus rigoureux de questions et de réponses a suivi la diffusion de la DP et est en cours.

Le 13 juin 2016
Le gouvernement a annoncé une approche simplifiée en matière d’approvisionnement pour réduire les risques inhérents à la conception et faire peut-être en sorte que la construction commence plus tôt. Cette nouvelle approche respecte tous les objectifs du projet et elle continue de mettre l’accent sur l’obtention d’importantes possibilités économiques pour le secteur maritime canadien.

Entre mai et la fin août 2016
Le gouvernement du Canada a organisé quatre séances distinctes de consultation de l’industrie avec des soumissionnaires pré‑qualifiés pour recueillir leurs opinions sur les navires de combat canadiens en ce qui concerne les domaines ci-après :

  • Les exigences provisoires relatives aux systèmes de haut niveau;
  • La DP du contrat de sous-traitance pour la définition et la proposition de valeur (des discussions concernant le plan de l’industrie pour entreprendre les travaux et pour investir dans le Canada et qui devra être étudié dans le cadre de leurs soumissions ont eu lieu. Les coûts et les considérations techniques ont aussi fait partir de la discussion).
  • Le contrat de soutien logiciel des systèmes de gestion de combat, et son inclusion dans la DP pour le contrat de sous-traitance de définition ont aussi fait l’objet de la discussion. On a demandé la rétroaction de l’industrie à ce sujet, car le fournisseur retenu des systèmes de combat devra aussi fournir les services de soutien logiciel des systèmes de gestion de combat au Canada.

Le 1er avril 2016
Le gouvernement a publié une demande d’information pour recueillir les conseils de l’industrie sur la meilleure façon de susciter des possibilités économiques pour les fabricants et les fournisseurs d’équipements canadiens pendant toute la durée de vie du projet.

Entre le 23 et le 26 février 2016
Le gouvernement a organisé quatre journées de travail avec l'industrie pour l’informer sur les changements qu’il envisageait d’apporter à l’approche en matière d’approvisionnement et pour solliciter ses points de vue.

Été et automne 2015
Le gouvernement a profité de l’occasion pour évaluer plus à fond une éventuelle approche simplifiée en matière d’approvisionnement pour le projet du navire de combat canadien.

Mai 2015
Le gouvernement fait connaître la stratégie d’approvisionnement retenue pour la construction du NCC. La stratégie approuvée comportait un processus d’acquisition concurrentiel qui aurait abouti au choix d’un seul intégrateur des systèmes de combat et d’un seul concepteur du navire de guerre; les deux entreprises auraient ensuite collaboré avec Les Chantiers Maritimes Irving Inc. et le gouvernement pour concevoir les navires de combat, les élaborer, en intégrer les composantes et les livrer.

Janvier 2015
L’industrie apprend que Les Chantiers Maritimes Irving Inc. serait l’entrepreneur principal pour les étapes de la définition et de la mise en œuvre.

De 2013 à 2016
Une série de consultations avec l’industrie a lieu pour solliciter ses points de vue sur les besoins proposés du Canada et sur sa stratégie d’approvisionnement.

Février 2012
Le gouvernement du Canada parvient à des ententes avec Les Chantiers Maritimes Irving Inc. et avec la Seaspan’s Vancouver Shipyards Co. Ltd. Ces ententes tracent la voie que le pays suivra pour construire ses flottes de combat et ses navires non destinés au combat dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale.

Les ententes stratégiques sur la sélection des fournisseurs (appelées ententes-cadres) ont été signées entre le Canada et avec chacun des chantiers maritimes. Les contrats de construction de chacun des navires seront maintenant négociés avec les chantiers concernés.

Stratégie nationale de construction navale

Avantage pour l’industrie canadienne

Avantage pour l’industrie canadienne

Politique sur les retombées industrielles et régionales

Entrepreneurs

Certains des liens donnés ci-dessous mènent à des sites extérieurs qui risquent d’exister en anglais seulement.

Conscient de la complexité du projet du NCC, le gouvernement adopte une approche réfléchie de la définition du projet en consultant intensivement l’industrie pour identifier le modèle optimal du navire, les coûts et l’échéancier et pour tracer la voie à suivre afin d’aborder les étapes ultérieures du projet.

Les Chantiers Maritimes Irving Inc. ont été sélectionnés pour être l’entrepreneur principal en ce qui concerne les étapes de la définition et de la mise en œuvre du projet du NCC. À ce titre, l’entrepreneur octroiera des contrats de sous-traitance aux sociétés retenues.

Renseignements techniques

Renseignements techniques

À la faveur de l’approche axée sur la conception puis sur la construction (design-then-build), on examinera les dessins du navire et on les améliorera pour les amener à leur stade définitif, de manière à cerner parfaitement tous les détails de la production. Cette approche respecte le devis estimatif établi pour la mise en œuvre du projet, tout en réduisant au minimum les risques techniques pendant l’étape de la construction.

Coûts du projet

Coûts du projet

Ce projet comprend l’acquisition de 15 navires pour remplacer les destroyers et les frégates du Canada, et est d’un coût estimé entre 56 et 60 milliards de dollars. Le coût réel sera connu une fois que l’étape de définition du projet sera terminée. On prévoit que la construction du premier navire de combat canadien commencera au début des années 2020.

Date de modification :