2006-06

Élaboration de techniques d'END

Date d'entrée en vigueur : le 23 novembre 2006

Référence : MNT, partie 1, chapitre 4, section 2, annexe C, appendix 2

BPR / Téléphone : DNAST 4-5 / 819-939-4757

1.    But

1.1.   Le présent avis de l’Autorité de navigabilité technique (ANT) fournit une méthode en vue de l’application des règlements concernant l’élaboration de techniques d’essais non destructifs (END), les propositions de modifications à apporter aux techniques en vigueur ou l’application de techniques autres que celles des Forces Armées canadiennes (FAC) et a pour but d’assurer le respect des exigences en matière d’élaboration, de modification et d’application des techniques.

1.2   Le présent avis de l'ANT n’est pas obligatoire et ne constitue pas un règlement. Il décrit les moyens acceptables pour l’ANT, mais pas tous les moyens, de se conformer au(x) règlement(s). Si vous décidez d’utiliser cet avis de l'ANT, vous devez en respecter tous les aspects importants.

2.    Applicabilité

2.1.   Cet avis de l'ANT s’applique à toutes les organisations qui veulent obtenir de l’ANT le statut d’organisme de maintenance accrédité (OMA) et pour l’élaboration de nouvelles techniques d’END, la modification de techniques d’END en vigueur ou l’application de techniques autres que celles des FAC qui ont été élaborées par une autre organisation de maintenance du même type d’aéronef. Les techniques d’END sont utilisées pour déterminer l’aptitude à l’emploi au cours des opérations de maintenance portant sur un aéronef du ministère de la Défense nationale (MDN) et des FAC et sur les éléments, les composants et les pièces de rechange connexes.

3.    Renseignements connexes

3.1.   Définitions :

  1. Essais non destructifs (END) – Terme utilisé pour décrire l’application de méthodes techniques en vue d’examiner les éléments ou les composants d’une manière qui ne compromet pas l’utilisation future et l’aptitude à l’emploi, afin de déceler, de localiser, de mesurer et d’évaluer les failles; d’évaluer l’intégrité, les propriétés et la composition; et de mesurer les caractéristiques géométriques.
  2. Technique – Directives formelles écrites décrivant la procédure à suivre et l’équipement requis pour effectuer une inspection particulière d’END.

3.2.   Références réglementaires :

3.2.1.  Manuel de navigabilité technique (MNT), C-05-005-001/AG-001, partie 1, chapitre 4, section 2, annexe C, appendice 2, paragraphes 8 à 16 – « Maintenance spécialisée ».

3.2.2.  AF9000 Plus – Système de gestion de la qualité de la Division de la GPEA, procédure de l’équipe de gestion de l’équipement (EGE) 04.023/b-03 – « Élaboration, modification, approbation et mise en œuvre de techniques d’essais non destructifs » (la plus récente version).

3.2.3.  CANADA (CAN)/ Office des normes générales du Canada (ONGC) 48.9712-2006 / Organisation internationale de normalisation (ISO) 9712:2005 – « Essais non destructifs – Qualification et certification du personnel ».

4.    Analyse

4.1.    Le but de l’élaboration de techniques est de produire un ensemble de directives écrites qui décrivent la façon optimale d’inspecter les pièces, les montages ou les équipements afin de déterminer la présence ou l’absence de défectuosités. Toutes les techniques d’END élaborées par un entrepreneur ou une organisation qui ne fait pas partie des FAC et portant sur un aéronef du MDN au cours d’un type de maintenance donné doivent être transmises à l’officier du service technique des aéronefs (OSTA) approprié au Quartier général de la Défense (QGDN) et au Centre d’essais non destructifs (CEND) de l’Escadron de soutien technique des télécommunications et des moyens aérospatiaux (ESSTMA) pour examen, conformément à la procédure prescrite à la référence réglementaire 3.2.2.

4.2.    Comme indiqué à la référence 3.2.1, l’ANT n’accrédite pas des organisations de maintenance pour qu’elles effectuent une « maintenance spécialisée d’END ». L’ANT reconnaît plutôt les techniciens qui ont obtenu de l’Office des normes générales du Canada (ONGC) la certification de niveau 2 ou 3. La norme nationale CAN/ONGC est reconnue par l’ANT comme une norme supérieure par comparaison à des normes connexes à des thèmes équivalents.

4.3.    Seule une personne ayant la certification de niveau 3 de l’ONGC et appartenant à une organisation d’un entrepreneur peut élaborer des techniques ou proposer des modifications aux techniques en vigueur. Le CEND de l’ ESTTMA doit examiner toutes les techniques utilisées sur des aéronefs du MDN, sans tenir compte de leur origine. L’examen vise à s’assurer que les techniques sont fondées sur des normes et des pratiques reconnues par l’industrie (notamment sur celles de l’American Society for Testing and Materials (ASTM), de l’American Society of Mechanical Engineers (ASME), de la Society of Automotive Engineers (SAE), de l’American Society for Non-destructive Testing (ASNT)), et qu’elles sont cohérentes au niveau de la présentation, des échanges verbaux et de la terminologie.

4.4.    Une personne ayant la certification de niveau 3 doit avoir fait preuve de compétences et avoir été autorisée à assumer des fonctions conformément au paragraphe 3.2.3.

4.5.    Une personne ayant la certification de niveau 3 peut être autorisée par son employeur à :

  1. assumer l’entière responsabilité d’une installation d’essais ou d’un centre et du personnel d’examens;
  2. élaborer des directives et des procédures d’END et en vérifier l’exactitude et la conformité rédactionnelles et techniques;
  3. interpréter les codes, les normes, les spécifications et les procédures;
  4. déterminer les méthodes d’essais, les procédures et les directives END particulières à utiliser;
  5. effectuer et superviser toutes les tâches en tous temps;
  6. fournir des directives au personnel à tous les niveaux.

4.6.    Toute technique doit par la suite être adaptée à la présentation utilisée au sein des FAC, en fonction des facteurs suivants :

  1. le niveau des applications de maintenance (p.ex., inspection et réparations périodiques de troisième niveau (ITRN));
  2. l’inspecteur (p.ex., services contractuels, technicien END des FAC);
  3. les contraintes de temps (p.ex., inspection spéciale (IS) immédiate pour l’ensemble de la flotte);
  4. la périodicité de l’inspection (une IS unique par rapport à une inspection récurrente programmée);
  5. des modifications et/ou des ajouts doivent être apportés à la technique élaborée.