1re École de pilotage des Forces canadiennes

1re École de pilotage des Forces canadiennes (1 EPFC) - L’École de navigation des Forces canadiennes a pour mission de « sélectionner et de former des membres d’équipage spécialisés en navigation aérienne, aptes à mener des opérations dans le contexte exigeant du combat aérien moderne ».

La formation des stagiaires se donne à l’aide d’un simulateur moderne de pointe, ainsi qu’à bord du CT-142 « Gonzo », un avion Dash-8 de deHavilland appartenant au 402e Escadron « Ville de Winnipeg », et modifié expressément pour servir à l’entraînement du personnel navigant, exception faite des pilotes. Le personnel de la 1 EPFC apprend au personnel navigant à accomplir toute une gamme de tâches, depuis l’exécution d’opérations nécessitant l’utilisation de détecteurs jusqu’à la gestion de missions tactiques, en passant par la navigation courante. La 1 EPFC a pour mandat de dispenser aux officiers de systèmes de combat aérien (OSCA) et aux opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés (Op DEA) débutants l’instruction nécessaire à l’obtention d’un brevet.

Bien que les objectifs précis des cours propres à chaque spécialité diffèrent, la stratégie et les méthodes d’instruction employées par la 1 EPFC ne changent pas d’un programme à l’autre. Chaque cours comporte des volets axés sur la théorie, la pratique et la mise en application des connaissances, et l’apprentissage se fait en classe, en simulateur et en vol. L’instruction en classe porte sur des sujets tels que le règlement de l’air, les systèmes de bord, les procédures en cas d’urgence, ainsi que les techniques élémentaires de la navigation et de la communication. Le cours sur les systèmes de combat aérien permet aux officiers tactiques de bord d’approfondir les connaissances de base en question afin qu’ils puissent exercer leurs fonctions, qui consistent à planifier, à coordonner et à diriger des missions fort variées. Le cours des Op DEA, qui porte sur les mêmes aspects de base, permet aux stagiaires de perfectionner les compétences nécessaires à l’utilisation des systèmes de détection de pointe employés à bord d’aéronefs modernes.

Les stagiaires appliquent les connaissances acquises en salle de classe, au moyen d’un simulateur de mission tactique. À la fine pointe de la technologie informatique, ce simulateur est spécialement conçu pour l’acquisition des compétences nécessaires à la gestion de missions aériennes tactiques et l’établissement d’une orientation tactique. Il permet aux stagiaires de s'entraîner à la navigation, aux communications, à l'utilisation de détecteurs, et à la gestion de missions tactiques. De plus, il offre la capacité d'effectuer des analyses postérieures aux missions et d'apporter des améliorations aux plans de cours grâce à de simples modifications au logiciel, en plus d'être suffisamment souple pour être adapté à tout changement apporté éventuellement à l’équipement de bord. La base de données du logiciel contient les données nécessaires à l'utilisation d'aides à la navigation au sol et à la cartographie topographique numérique, offrant ainsi la possibilité de dispenser l'instruction à l'intention des navigateurs et des Op DEA n'importe où sur le continent.

Le compartiment d’instruction du CT-142 Gonzo comporte six consoles, rendant possible un rapport instructeur-stagiaire de deux pour quatre. L’instruction personnalisée optimise l’apprentissage des stagiaires, qui sont appelés à gérer les systèmes de navigation et de communication, exécuter la multitude de tâches associées à la navigation courante et en mode dégradé, et à diriger des missions tactiques. Le progiciel d’entraînement de bord est presque identique à celui utilisé dans le simulateur, ce qui facilite la transition de l’entraînement au sol à l’entraînement en vol.

Avec le temps, la 1 EPFC continue de se forger une réputation en tant qu’établissement d’instruction de niveau international. Les innovations apportées au programme d'instruction du personnel navigant et les objectifs fixés par la 1 EPFC ont convaincu de nombreux pays alliés d'y faire former leurs « navigateurs ». De fait, les stagiaires proviennent de l’Australie, de l’Allemagne, de la Norvège, de Singapour, des Émirats arabes unis, de la Nouvelle-Zélande et de la Corée du Sud. L’intérêt soutenu, voire croissant, à l’étranger pour les programmes de formation à la 1 EPFC laisse entrevoir un avenir prometteur pour l’établissement.

Date de modification :