À la chasse : Le Navire canadien de Sa Majesté Saskatoon dans l’Est du Pacifique

Galerie d'images

Liens connexes

Article / Le 5 avril 2017

Rédigé par l’enseigne de vaisseau de 1re classe Susannah Anderson, officier des Affaires publiques, opération CARIBBE

Les opérateurs d’équipement d’information de combat sont assis dans la salle des opérations, peu éclairée, penchés sur des radars. Ils sont les premiers à le voir, mais pour la plupart des membres de l’équipage du navire, les moteurs révèlent sa présence; en effet, un navire suspect a été aperçu et la chasse débute. Les ronronnements discrets des moteurs se transforment en vibrations plus intenses et le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Saskatoon accroît sa vitesse pour intercepter le bateau selon une séquence précise.

Le 11 mars 2017, au cours d’une patrouille de routine dans l’Est du Pacifique, un aéronef de patrouille maritime de la Joint Inter-Agency Task Force South (JIATF-S) des États‑Unis a aperçu un vaisseau de style panga suspect se dirigeant vers le Nord. Quelques heures plus tard, le NCSM Saskatoon s’était rapproché du vaisseau et s’est placé devant celui-ci.

À la tombée de la nuit, le NCSM Saskatoon a discrètement mis à l’eau une embarcation pneumatique à coque rigide (RHIB) pilotée par un de ses capitaines d’armes. Trois membres d’un détachement d’application de la loi (LEDET) de la United States Coast Guard (USCG) se trouvaient aussi à bord. Lorsque le capitaine de corvette Todd Bacon, commandant du NCSM Saskatoon, en a donné l’ordre, la RHIB s’est éloignée du navire. Les projecteurs des ponts supérieurs du Saskatoon ont illuminé l’eau pendant que l’aéronef de patrouille maritime de la JIATF-S survolait de près le panga.

Le capitaine d’armes du NCSM Saskatoon, qui ne peut être nommé pour des raisons de sécurité opérationnelle, a mis à l’essai ses compétences de manœuvre de bateau, car le panga tournait en rond et en forme de tire-bouchon. Le petit bateau tentait d’échapper à l’interception et jetait des ballots dans les eaux foncées.

« Nous nous sommes entraînés avec des lunettes de vision nocturne pour être prêts à effectuer une poursuite dans la noirceur », a expliqué le capitaine d’armes. « Au départ, nous ne pouvions rien voir sauf l’eau noire. Soudainement, j’ai aperçu les éclaboussures blanches du sillage du panga alors qu’il essayait de s’enfuir. J’ai suivi son sillage à toute vitesse jusqu’à temps de l’avoir rattrapé. »

L’interception réussie était le résultat de plusieurs semaines d’instruction sur l’interopérabilité entre le NCSM Saskatoon et son LEDET à bord.

 « Les trois personnes dans le panga se sont conformées à notre demande et ont arrêté le bateau. Nous avons alors pris le contrôle du vaisseau sans devoir monter à bord », a affirmé un membre de l’équipe d’arraisonnement du LEDET. « La contrebande était visible sur le pont du panga ». Éventuellement, 33 ballots ont été récupérés du panga et de l’océan, et ces ballots pesaient environ 660 kilogrammes en tout.

Après cette saisie, les moteurs du NCSM Saskatoon ont recommencé à ronronner et le navire a repris sa vitesse de navigation habituelle.

« L’instruction sur l’interopérabilité menant à l’interception du bateau s’est avérée essentielle », a affirmé l’officier responsable de l’équipe du LEDET. « La combinaison du navire, de l’entraînement avec la RHIB et de l’aéronef de patrouille maritime a assuré que nous avions les compétences et les ressources pour réussir notre tâche. »

Plus tard, le NCSM Saskatoon a accosté près du garde‑côte Mohawk de la USCG pour que le LEDET puisse lui transférer les ballots de cocaïne et les trois contrebandiers présumés.

« Le NCSM Saskatoon s’est préparé pendant des mois pour réussir une telle mission », a expliqué le capitaine de corvette Bacon. « Le travail et les efforts acharnés de notre équipage ont directement contribué au résultat obtenu aujourd’hui. La Marine royale canadienne et nos fournisseurs de service, militaires et civils, qui appuient ce navire en arrière‑plan, ont aussi contribué à la réussite de cette saisie. »

Le NCSM Saskatoon, son LEDET de la USCG à bord et le garde-côte Mohawk ont repris leurs patrouilles dans l’Est du Pacifique. L’opération CARIBBE, qui en est maintenant à sa 11e année, continue d’utiliser son approche multinationale unique pour améliorer la sécurité dans l’océan Pacifique et les Caraïbes. La saisie nous rappelle que l’interopérabilité entre la mer et les airs, et entre la Marine royale canadienne et la United States Coast Guard, continue de freiner l’entrée de drogues en Amérique du Nord.

Date de modification :