Comment survivre dans le Nord : la perspective opérationnelle de membres des Forces armées canadiennes

Article / Le 20 février 2017

Rédigé par : Ashley Black, Commandement des opérations interarmées du Canada

Le Nord canadien est beau, froid, isolé et mystérieux. Les paysages blancs spectaculaires et les aurores boréales sont des exemples de ce qui attire bon nombre de personnes dans la région. Cependant, cette région peut s’avérer dangereuse en raison de l’extrême froid et des espèces sauvages peu familières.

Chaque année, certains membres des Forces armées canadiennes (FAC) ont l’unique occasion d’aller dans le Nord canadien dans le cadre de l’Opération NUNALIVUT. Ces membres des FAC apprennent d’importantes compétences de survie dans la région la plus froide du Canada.

Près de 200 membres des FAC seront déployés à Resolute Bay et Hall Beach, au Nunavut, le 22 février. Ils continueront à participer à l’Opération NUNALIVUT 2017 jusqu’au 10 mars. Au fur et à mesure qu’elles effectuent les opérations, les troupes mettront les trucs et astuces suivants en pratique.

1. Se préparer adéquatement

Il faut être prêt à tout. Le lieutenant-colonel Timothy S. Halfkenny est l’adjoint au chef d’état-major – Opérations et plans de la Force opérationnelle interarmées Nord. Il a également été déployé dans le cadre de l’Opération NUNALIVUT en 2016. Il dit que le Nord canadien est un environnement inhospitalier qui ne pardonne pas. C’est pourquoi l’Opération NUNALIVUT exige beaucoup de préparation.

Il explique que les blessures liées au froid sont inévitables. Cela dit, une bonne préparation peut aider à réduire le nombre de blessures et leur sévérité. « Évitez le plus possible d’exposer votre peau au froid et assurez-vous de savoir comment traiter des blessures liées au froid. De plus, restez hydraté et ne voyagez pas seul, » ajoute-il.

2. Connaître son environnement

Faites des recherches sur les conditions et les espèces sauvages de la région que vous allez visiter. Durant l’Opération NUNALIVUT, les FAC collaborent avec les responsables de la faune pour mieux comprendre l’environnement dans lequel se trouveront les troupes.

Puisque les conditions météorologiques et les espèces sauvages sont imprévisibles dans le Nord canadien, il faut pratiquer le système de jumelage. Le capitaine Louis-Karl Hottin, l’adjoint exécutif du commandant de la Force opérationnelle interarmées Nord, a été déployé pour l’Opération NUNALIVUT en 2016. « Ne jamais partir seul à l’extérieur des centres urbains », dit-il. « Assurez-vous de toujours laisser quelqu’un savoir lorsque vous allez à l’extérieur et où vous allez. »

3. S’habiller en conséquence

Pour se protéger contre le froid, le capitaine Hottin dit qu’il faut s’assurer de porter des vêtements d’hiver adéquats. « Les parkas et les salopettes sont très chauds et offrent toute la protection dont vous avez besoin, » dit-il. « Les parties du corps les plus vulnérables sont les extrémités (tête, mains et pieds). Ce sont celles qui sont le plus susceptibles aux blessures liées au froid. Il faut donc leur accorder une attention particulière. » 

Portez plusieurs couches de vêtements peu serrés. Puisque les vêtements vous protègent du froid, assurez-vous qu’ils soient propres. Vos vêtements seront plus isolants s’ils ne sont pas sales.

4. Se préparer aux différences de navigation et de transport

Les tâches opérationnelles régulières peuvent être difficiles à effectuer dans de telles conditions météorologiques. Par exemple, le rendement des véhicules peut diminuer dans le froid extrême. De plus, les heures de clarté, le vent, la température et les précipitations peuvent avoir des répercussions sur la navigation. « Il est difficile de naviguer dans de telles conditions puisqu’il y a moins de caractéristiques géographiques et de points de référence qu’au Sud, » explique le capitaine Hottin. « Il y a peu de routes. Il vous sera pratiquement impossible de retrouver votre chemin si un blizzard efface les traces de votre motoneige. »

5. Demander aux experts

Dans le doute, faites comme les experts. Lorsque des membres des FAC sont déployés dans le Nord, ils travaillent avec les Rangers canadiens, comme le sergent Titus Allooloo, pour obtenir des conseils d’experts concernant le Nord canadien. Durant l’Opération NUNALIVUT, le sergent Allooloo dit que les Rangers canadiens aident les membres des FAC à mieux comprendre les compétences de survie qui aident les gens à persévérer dans le Nord depuis des milliers d’années.

En fin de compte, il dit que l’eau, un abri, et le feu sont très importants. « Le plus important dans le Nord, c’est savoir comment construire un abri et faire un feu. L’abri vous protégera des éléments, » explique-t-il. « Hydratez-vous et bougez pour rester au chaud. »

6. En profiter

N’oubliez pas de prendre le temps d’apprécier les cultures uniques du Nord canadien et de profiter des paysages spectaculaires.

« J’ai été époustouflé par la beauté sans égale, la nature diversifiée du terrain et la vitalité d’un des écosystèmes les plus unique que j’ai eu le privilège de voir, » explique le lieutenant-colonel Halfkenny. « Je suis honoré d’avoir pu être témoin d’un environnement aussi unique et d’avoir eu l’occasion de vivre une expérience culturelle des plus uniques dans notre pays. »

Date de modification :