Comportement sexuel inapproprié (Vidéoclips de l’engagement de la direction du CEMD sur l’Opération HONOUR)

Vidéo / Le 20 novembre 2015

Transcription

GÉN JONATHAN VANCE : Je vous ai convoqués précisément ici parce que j’accorde une grande confiance non seulement à la chaîne de commandement, mais aussi à la direction, et vous êtes les dirigeants. Vous êtes mes commandants de formation et au-delà avec vos chefs. 

Donc, peu importe à quel point le problème est grave dans les forces armées, comme je l’ai dit, je ne ferai pas de débat là-dessus, je ne discuterai avec personne du fait que « ce n’est pas si grave ». Peu importe. Peu importe à quel point le problème de l’inconduite sexuelle dans les forces armées est grave ou répandu, pour les victimes, c’est de leur vie entière qu’il s’agit. Elles sont submergées par le problème.   

LGÉN CHRIS WHITECROSS : Il s’agit à la fois d’un impératif social et d’une nécessité opérationnelle au sein d’une force qui comporte des militaires des deux sexes, avec des sexualités et des orientations sexuelles diverses. En respectant cet impératif, il est clair que ce que nous cherchons réellement à accomplir, c’est un changement de culture. Et le changement de culture prend du temps. Ce qu’il faut, ce ne sont pas des solutions miracles, mais plutôt des efforts persistants qui cadrent parfaitement avec le Code de valeurs et d’éthique du ministère de la Défense nationale et des FAC.      

VAM MARK NORMAN : Nous devons faire face à ce comportement destructif, comme à tout comportement destructif, mais nous sommes ici pour parler de ce type de comportement en particulier, qui porte atteinte à qui nous sommes et à nos valeurs en tant qu’institution. 

LGÉN MARQUIS HAINSE : Nous devons agir. Personne ne doit se contenter d’être un spectateur. Ce n’est pas parce que vous n’occupez pas un poste de commandement ou de direction que vous n’avez pas de responsabilité, alors nous devons rallier tout le monde sur cette question. Cela nous concerne tous.

LGÉN MICHAEL HOOD : Alors maintenant, ce que nous devons faire, c’est de véritablement mettre en place cette culture d’équité sur le plan de la sécurité personnelle. Ce n’est pas assez de se contenter de diriger des unités, nous devons réellement nous concentrer sur les individus.     

GÉN VANCE : Nous allons prendre soin des nôtres parce que c’est la bonne chose à faire. Nous ne le faisons pas aussi bien que nous le croyons et peut-être ne le faites-vous pas aussi bien que vous le croyez. Je sais que vous voulez bien faire. Je sais que vous trépignez d’envie de bien faire. C’est dans votre ADN de bien faire, mais je pense que nous avons été aveugles et, comme je l’ai dit, un peu durs d’oreille par rapport à ces choses qui affectent réellement nos gens. 

LGÉN WHITECROSS : Durant mes trente ans de carrière, j’ai honnêtement cru que nous étions rendus beaucoup plus loin que ce qui a été dit dans les articles et dans le rapport. Alors, ça m’a passablement mise en rogne en fait.

LGÉN HOOD : Et quand j’ai lu le rapport Deschamps, je ne pouvais pas croire que j’avais été aveugle à ce point relativement à ce problème. 

VAM NORMAN : Nous devons accepter sans équivoque que nous avons un problème. Nous devons nous y attaquer agressivement et ensuite nous devons faire l’impossible pour concrétiser le changement et le maintenir à long terme.

LGÉN HOOD : Aussitôt, cela nous mène à penser qu’un seul cas en est un de trop – un seul cas en est un de trop pour les Forces canadiennes – c’est cet état d’esprit que nous devons encourager.

LGÉN HAINSE : Il s’agit d’observer et d’agir. Nous avons là l’occasion d’inspirer – inspirer par nos actions, inspirer par notre conduite. 

ADJUC KEVIN WEST : Nous exigeons de nos gens qu’ils travaillent fort. Nous leur en demandons beaucoup, mais nous devons les traiter avec équité, et nous devons les traiter avec le respect qu’ils méritent. Nous ne devons pas oublier que tous ceux qui sont dans cette pièce et tous ceux qui se sont enrôlés dans les Forces armées canadiennes l’ont fait parce qu’ils le voulaient bien. Nous ne sommes pas allés les chercher de force dans la société. Ils sont venus vers nous. Alors nous devons les traiter comme tel. Ce sont d’excellents Canadiens qui sont venus vers nous pour servir la même institution, celle dont nous sommes extrêmement fiers de faire partie.

GÉN VANCE : Alors l’Op Honour concerne davantage – l’opération tire son origine de l’idée selon laquelle nous devons véritablement hausser la barre lorsqu’il s’agit de prendre soin de nos gens. 

LGÉN WHITECROSS : La responsabilité d’institutionnaliser les mesures prescrites pour régler le problème du comportement sexuel inapproprié demeure celle de la chaîne de commandement. 

GÉN VANCE : La chaîne de commandement est un instrument de leadership des forces armées. C’est un instrument. Le leadership, c’est notre rôle, c’est votre rôle. Manquer à notre devoir envers nos gens est un manque de leadership.    

VAM NORMAN : Nous devons scruter et sanctionner ceux sur les tôles de pont qui ne font pas les choses correctement.

GÉN VANCE : Aucun d’entre vous ne sera jugé en fonction de la liberté dont vous disposez en ce qui concerne les plaintes de harcèlement sexuelle et d’inconduite sexuelle. Vous ne serez pas jugés en fonction de cela. Vous serez jugés en fonction de ce que vous ferez pour remédier à la situation. Vous serez jugés en fonction des efforts que vous déploierez pour prévenir les comportements dommageables.

VAM NORMAN : Nous avons fait nos preuves, collectivement, lorsqu’il s’agit de faire face à l’adversité. Il y a quelques obstacles à franchir cependant. L’un d’entre eux, je crois, est l’incrédulité, et nous devons nous attaquer à ce problème dès maintenant.    

LGÉN HAINSE : Nous y arriverons. Pourquoi? Nous n’avons pas le choix. 

LGÉN HOOD : Il ne fait aucun doute que nous pouvons et que nous allons trouver une issue à cette situation.

GÉN VANCE : Et nos forces armées sont inclusives pour absolument tout le monde – tout le monde. Si vous revêtez l’uniforme, vous méritez de vous sentir comme si vous mesuriez 10 pieds et que vous étiez à l’épreuve des balles, tout comme moi.

Date de modification :