Forum nord-américain

Discours du ministre / Le 13 octobre 2012

Ottawa (Ontario)

Thomas – je vous remercie pour votre aimable présentation.

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

C'est un grand privilège pour moi d'être ici avec vous aujourd'hui, au Château Laurier, lieu historique où des dirigeants comme Winston Churchill ont séjourné lors de la Seconde Guerre mondiale et où des dirigeants militaires et industriels se sont réunis pour soutenir le plan de guerre du Canada.

Ce vénérable hôtel est imposant, et si ses murs pouvaient parler, ils auraient des histoires incroyables à raconter...

… au sujet de premiers ministres,

… de chefs d’entreprise,

… et de soldats.

Le Château Laurier a vu tant de changements au cours du siècle qui a suivi sa construction; c’est vraiment un décor approprié pour notre rencontre.

Cette année, le Forum annuel revient à Ottawa et réunit un groupe diversifié de leaders à l'avant-garde non seulement de la gestion du changement – mais aussi de la gestion des progrès – dans le domaine des politiques économiques, sociales et de sécurité nord-américaines.

CMDA

La sécurité hémisphérique est encore au premier plan de mon esprit, puisque je reviens tout juste d'Uruguay où – avec mes homologues de la Défense du Mexique et des États-Unis – j'ai participé à la Conférence des ministres de la défense des Amériques, ou CMDA.

La Conférence offre une occasion unique aux ministres responsables de la défense et de la sécurité de l'hémisphère d'échanger des idées et des expériences sur des questions de sécurité régionale.

Bien que, je dois l'avouer, je suis assez content aujourd'hui de ne pas discuter avec vous des îles Malouines.

Le Dr William Perry, qui est avec nous aujourd'hui, a joué un rôle dans le rapprochement des nations de notre hémisphère après la guerre froide afin d’établir de nouvelles relations fondées sur la démocratie, la confiance, la coopération et le consensus.

Ce rassemblement s'est transformé en une réunion plus formelle.

Pour le Canada, la CMDA est une composante importante de notre engagement de défense dans les Amériques.

Elle soutient l'engagement de notre gouvernement envers l'hémisphère, qui fait partie intégrante de la Stratégie du Canada pour les Amériques…

… une stratégie qui vise à accroître la prospérité et à renforcer la sécurité, la gouvernance démocratique et la société civile dans la région.

La compréhension que nous ne pouvons pas fonctionner en vase clos est au cœur de notre approche.

C'est pourquoi ce matin je tiens à discuter de questions de sécurité avec les voisins nord-américains du Canada.

L'importance de l'Amérique du Nord

Le lien entre nos trois pays est bien établi dans les sphères économique, commerciale et politique…

… avec l’Accord de libre-échange nord-américain et le Sommet des leaders nord-américains qui caractérisent nos relations.

En effet, le Canada, les États-Unis et le Mexique sont partenaires dans une région prospère qui compte une population de plus de 460 millions d’habitants, qui représente plus d'un quart du PIB de la planète et où ont eu lieu des échanges commerciaux d’une valeur de 1 milliard de dollars (US) pendant la seule année 2011.

Mais plus important encore probablement est le fait qu’en tant que Nord-Américains, nous partageons des valeurs démocratiques communes, le respect de la primauté du droit, des pratiques économiques du marché libre et, bien sûr, une géographie commune…

… où nos intérêts en matière de sécurité commune, d'économie et de qualité de vie se recoupent.

Fondamentalement, la prospérité nord-américaine est intimement liée à la sécurité et à la défense de nos citoyens.

Et franchement, la sécurité est une condition préalable à la prospérité.

L'environnement de sécurité

En tant que Nord-Américains, nous devons composer avec de nombreux enjeux communs en matière de sécurité et de défense qui ne peuvent être pris en charge que grâce à un véritable partenariat nord-américain.

Ces enjeux vont des effets dévastateurs des séismes, inondations et autres catastrophes naturelles…

… aux menaces très réelles et évoluant rapidement que posent les organisations criminelles transnationales.

Plus loin, les conflits ethniques et frontaliers ou la montée potentielle d’États antagonistes ayant une capacité nucléaire pourraient se manifester à l’autre bout du monde…

… nous avons vu que, dans ce monde vraiment global, les développements à l’étranger peuvent avoir un effet marqué sur la sécurité et les intérêts des Canadiens et des Canadiennes, ainsi que ceux de nos frères et sœurs d’Amérique du Nord.

Les principaux rôles de mon ministère et des Forces canadiennes – défendre le Canada et l'Amérique du Nord, tout en contribuant à la paix et la sécurité internationales – dépendent de notre capacité à collaborer en toute transparence avec nos voisins et nos alliés – tant militaires que civils.

Et dans un monde où le domaine de la défense et de la sécurité est poussé au-delà des environnements traditionnels de l'air, de la terre et de la mer – vers le cyberespace et l'espace – la collaboration transparente est non seulement un slogan, mais bien un impératif.

Alors, naturellement, la question se pose : quelle direction devons-nous prendre?

Je crois que nos pays prennent la bonne voie : nous bâtissons des relations durables, bilatérales et trilatérales afin de pouvoir apprendre les uns des autres et chercher des solutions communes à nos problèmes communs.

Et en même temps, nous évoluons afin d’anticiper, de nous préparer et de répondre à l'évolution rapide du monde qui nous entoure.

Relations bilatérales dans le domaine de la défense

En effet, le fondement est déjà établi.

La relation canado-américaine s'étend sur plusieurs décennies de coopération, tant sur le terrain que sur la scène internationale.

La coopération institutionnalisée en matière de défense a une longue histoire à travers des mécanismes qui remontent aux années 1940, comme la Commission permanente mixte de défense…

… et le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord, établi pour surveiller et défendre l'espace aérien de l'Amérique du Nord.

Au cours des dernières années, le NORAD s’est élargi pour relever le défi de la défense maritime alors que nos deux pays explorent de nouvelles façons d'améliorer la connaissance de la situation maritime…

… ainsi que la création de nouvelles possibilités de coopération entre nos deux commandements opérationnels.

Le Canada et le Mexique deviennent également d’importants partenaires stratégiques et l’établissement de liens plus étroits en matière de défense avec le Mexique est une priorité pour mon ministère et des Forces canadiennes.

Cela se traduit par une coopération croissante avec le Secrétariat mexicain de la Défense nationale (SEDENA) et le Secrétariat mexicain de la Marine (SEMAR), notamment grâce à des entretiens annuels entre nos ministères et forces armées.

Alors même que nous allons de l’avant en nouant des relations bilatérales en matière de défense avec les États-Unis et le Mexique, nous établissons également notre relation trilatérale…

… et reconnaissons que nos trois pays doivent collaborer afin de faire face aux menaces envers la sécurité nord-américaine.

Relations trilatérales dans le domaine de la défense

L’une de ces plus grandes menaces est l'effet déstabilisant du trafic illicite, qu'il s'agisse du trafic de personnes, d'argent ou de stupéfiants.

Les organisations criminelles impliquées dans ces activités ne tiennent pas compte des frontières.

Leurs activités s'étendent dans l’ensemble de nos pays et, dans les faits, dans tout l’hémisphère.

Le gouvernement du Canada est profondément préoccupé par les effets du crime organisé en Amérique du Nord et plus au sud – en Amérique centrale et dans les Caraïbes.

Pour relever ce défi, mon ministère et les Forces canadiennes ont un rôle à jouer afin de soutenir nos homologues civils canadiens ainsi que nos partenaires nord-américains.

Pour ce faire, les Forces canadiennes participent à des opérations antidrogue dans le bassin des Caraïbes et dans le Pacifique Est par l'intermédiaire de la Joint Interagency Task Force South sous le commandement de l’US Southern Command.

Le Général Natynczyk, le Chef d'état-major de la Défense, s’est également rendu au Mexique, en Amérique centrale et aux États-Unis afin de discuter de cette menace grandissante avec ses homologues et de trouver des moyens de travailler ensemble pour y remédier.

Un autre exemple est notre participation à l'Initiative nord-américaine de sécurité maritime, ou INASM, qui se veut un mécanisme visant à accroître la coopération maritime entre le Canada, le Mexique et les États-Unis.

Sans surprise, nos militaires, ainsi que leurs homologues des organismes civils, font ce qu'ils font le mieux – ils se préparent, planifient et collaborent pour assurer la défense de l'Amérique du Nord.

Une collaboration, je tiens à ajouter, qui se reflète également à l'échelle des institutions.

Réunion des ministres nord-américains de la Défense

En mars dernier, j'ai eu le plaisir d'accueillir la première Réunion trilatérale des ministres nord-américains de la Défense.

Le secrétaire américain Panetta et les secrétaires mexicains, le général Guillermo Galván Galván et l'amiral Francisco Saynez Mendoza, ainsi que moi-même avons eu de franches discussions sur la sécurité en Amérique du Nord.

Nous avons formalisé et renforcé la coopération bilatérale – et trilatérale – entre nos trois pays.

Cette réunion a été pour nos trois pays une excellente occasion d'identifier des façons de collaborer afin de relever nos défis et problèmes communs en matière de défense et de sécurité, et nous nous sommes engagés à appuyer certaines initiatives clés.

Nous avons reconnu, par exemple, que pour défendre véritablement l'Amérique du Nord, nous devons acquérir une compréhension commune des menaces à la sécurité de nos citoyens.

C'est pourquoi mes collègues et moi avons convenu de procéder à une évaluation commune trilatérale des menaces à la défense en Amérique du Nord, qui sera une étape importante et fondamentale.

Nous avons également reconnu que la défense et la sécurité de l'Amérique du Nord ne dépendent pas uniquement de l’acquisition d’une compréhension commune, mais aussi d’une forte coopération entre les organismes civils et militaires.

C'est pourquoi nous nous sommes engagés à trouver des façons d’améliorer notre appui aux organismes civils de sécurité publique dans la lutte contre les activités illicites, tel le trafic de stupéfiants, dans nos pays respectifs.

Cela comprend également chercher à comprendre la manière dont nous pouvons travailler ensemble pour faire en sorte que nos forces armées apportent un soutien plus rapide et plus efficace aux interventions d’urgence dirigées par des civils.

Et bien sûr, nous avons convenu de poursuivre nos efforts conjoints pour consolider les forums sur la défense dans l’hémisphère.

Cette réunion constitue une première étape importante vers une plus grande rigueur dans la manière dont nos trois pays abordent la coopération dans le domaine de la défense.

Veiller à ce que nos principes – nos institutions – soient solides.

La voie à suivre

Nous allons de l’avant, que ce soit dans le contexte trilatéral ou même en travaillant de concert avec les pays des Amériques dans leur ensemble…

… en créant un concept commun et en officialisant la coopération, tout cela demeurera au cœur de notre réussite.

C’est uniquement en parvenant à un concept commun des menaces auxquelles nous faisons face, ainsi que des outils dont nous disposons…

… que nous pouvons le mieux utiliser nos ressources respectives et trouver des moyens nouveaux et innovateurs de les employer.

Mesdames et Messieurs, nous savons que pour faire face aux défis de notre environnement de sécurité qui se veut à la fois changeant et complexe, la coopération est la clé de notre succès.

Tout comme au Canada, où mon ministère et les Forces canadiennes travaillent aux côtés de nos partenaires pangouvernementaux afin d'élaborer des solutions à des défis urgents et complexes…

… sur la scène internationale, nous nous sommes engagés à collaborer avec les États-Unis et le Mexique pour assurer la sécurité de notre continent et constituer de bonnes assises pour la paix et la prospérité de l'ensemble de nos peuples.

Je vous remercie.

Date de modification :