La Force opérationnelle canadienne à Port-au-Prince fait un don à un orphelinat local

Liens connexes

Article / Le 13 avril 2017

Rédigé par le major Tristan Hinderliter, officier d’information publique militaire de la MINUSTAH

Cela aurait pu être moi.

Voilà ce à quoi le major David Roberge pensait lors de sa première visite dans un orphelinat en Haïti vers la fin de l’année dernière. Le major Roberge, officier des transmissions déployé au quartier général de l’ONU à Port-au-Prince, a lui-même été adopté d’un orphelinat près de là, à Carrefour, en Haïti, par une famille canadienne en avril 1976, alors qu’il avait seulement un an.

Par conséquent, ce déploiement et ce projet ont une signification particulière pour lui.

« Je viens d’un orphelinat en Haïti et j’ai eu la chance d’être adopté », a-t-il expliqué. « Lorsque je m’y suis rendu pour la première fois et que j’ai vu les enfants, je me suis dit que j’aurais pu être l’un d’eux. Ce projet me tient donc à cœur. J’ai été chanceux et je veux les aider. »

Voilà donc exactement ce que font le major Roberge et ses collègues officiers canadiens déployés dans le cadre de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Ils ont coordonné un don de 9 775 $ en fournitures scolaires, en appareils ménagers, en vêtements et en autres fournitures à un orphelinat local, soit le Foyer Action pour l’avenir, qui prend soin de 10 garçons et filles âgés de 6 à 15 ans. 

Le don provient du fonds de la fondation « Boomer’s Legacy », nommé ainsi en l’honneur du caporal Andrew « Boomer » Eykelenboom, un infirmier des Forces armées canadiennes qui a été tué lors d’un attentat‑suicide à la bombe en Afghanistan en 2006. La fondation a été créée par sa famille dans le but d’aider les hommes et les femmes en uniforme à exercer une influence positive dans le vie d’autres personnes.

« Nous étions au courant de ce fonds et nous avons décidé de soumettre une demande à la fondation pour essayer d’obtenir des fonds pour l’orphelinat », a dit le major Roberge.

Le Foyer Action pour l’avenir a été fondé en 2006 par une haïtienne du nom de Camita Auguste. Depuis, elle accueille des enfants abandonnés, des orphelins ou alors des enfants dont les parents n’étaient plus en mesure de prendre soin d’eux dans leur foyer. L’installation est autonome et ne reçoit aucun financement de la part du gouvernement; elle dépend donc de dons privés.

« La première chose qui nous a frappé à notre arrivée était le fait que les enfants n’avaient pas de chaussures et qu’ils portaient des vêtements troués », a expliqué le major Roberge. « C’était la première chose que tout le monde a remarqué. Nous avons fait le tour de la maison et avons constaté qu’ils ne dormaient que sur de vieux matelas. »

De plus, la maison n’était pas dotée de réfrigérateurs ou de génératrices fonctionnels; les membres du personnel devaient donc se rendre au marché très souvent, car ils n’avaient qu’une glacière pour conserver les aliments. Le don de la fondation Boomer’s Legacy servira à acheter un réfrigérateur, une génératrice, un four, 12 matelas, de l’eau potable pour une année, et des souliers et des vêtements pour les enfants. De plus, le don couvrira les frais scolaires de chaque enfant (y compris l’uniforme, les livres et les fournitures scolaires).

Les troupes canadiennes en Haïti ont établi une relation avec l’orphelinat depuis environ cinq ans, débutant par des visites de bénévoles et par le soutien apporté par la force opérationnelle. Une partie de ce soutien comprenait l’achat d’eau potable et de produits d’épicerie, le remplissage de réservoirs de propane, l’entretien du jardin et l’interaction avec les enfants.

« Les Forces armées canadiennes nous encouragent à organiser des activités ayant pour but d’améliorer les communautés dans lesquelles nous sommes déployés à l’échelle mondiale », explique le major Roberge. « Pour moi, ce déploiement a été une expérience incroyable et enrichissante où j’ai pu redonner un peu à mon pays d’origine. »  

Date de modification :