Le gouvernement du Canada investit pour améliorer la formation relative aux détecteurs d’agents chimiques dans les Forces armées canadiennes

Communiqué / Le 30 novembre 2012 / Numéro de projet : NR - 12.250

HALTON HILLS (Ontario) - L’honorable Lisa Raitt, ministre du Travail et députée d’Halton, et l’honorable Michael Chong, député de Wellington-Halton Hills, ont annoncé aujourd’hui, au nom de l’honorable Bernard Valcourt, ministre associé de la Défense nationale et ministre d’État (Agence de promotion économique du Canada atlantique) (la Francophonie), l’attribution d’un contrat visant à améliorer la formation des hommes et femmes en uniforme quant à l’utilisation des détecteurs d’agents chimiques.

Un contrat de 6,6 millions de dollars a donc été attribué à l’entreprise Patlon Aircraft & Industries Limited, de Halton Hills (Ontario) portant sur l’acquisition d’un simulateur qui servira à former les militaires des Forces armées canadiennes quant à l’utilisation des nouveaux dispositifs portables de détection d’agents de guerre chimique et de produits chimiques industriels dans le cadre d’opérations militaires.

« Cette annonce illustre notre volonté constante de fournir aux militaires des Forces armées canadiennes l’équipement dont ils ont besoin pour accomplir leurs tâches, mais aussi pour les protéger des conditions souvent difficiles et dangereuses de la guerre moderne », a déclaré la ministre Raitt.

« Notre gouvernement s’est engagé à renouveler et à améliorer les équipements que nous fournissons à nos hommes et femmes en uniforme, tout en créant des emplois partout au pays, a indiqué le ministre Valcourt. Dans cette perspective, le contrat annoncé aujourd’hui nous permettra non seulement de nous assurer que nos soldats disposent de la technologie de formation la plus avancée qui soit pour se préparer à mener des opérations, il générera également des retombées économiques au Canada pendant plusieurs années. »

L’entreprise Patlon a établi un partenariat avec la société Argon Electronics de Bedfordshire, au Royaume-Uni, pour fournir des simulateurs Argon pour les nouveaux détecteurs chimiques portatifs, ponctuels et fixes des Forces armées canadiennes. Patlon fournira le système de formation virtuelle sans fil d’Argon, le PlumSIM, qui simule électroniquement la dissémination d’agents chimiques dans un large éventail de conditions environnementales. En outre, Patlon fournira la formation initiale et le soutien en service pendant toute la durée de vie des produits.

« Notre gouvernement continue de se concentrer sur l’économie et la création d’emplois, a affirmé M. Michael Chong. Ce contrat permettra de maintenir environ dix emplois ici, dans notre région, pour les travailleurs canadiens hautement qualifiés qui s’occuperont du soutien en service et de l’entretien de l’équipement pendant de nombreuses années ».

Pour remplir leur mandat, énoncé dans la Stratégie de défense Le Canada d’abord, de protéger le Canada et de participer aux opérations internationales, les Forces armées canadiennes doivent être en mesure de fonctionner malgré la présence d’une menace chimique, biologique, radiologique ou nucléaire. Depuis plus d’une décennie, les Forces armées canadiennes ont renforcé leur capacité à cet égard en remplaçant l’équipement vieillissant et obsolète par de nouvelles technologies.

Le projet des simulateurs de détecteurs d’agents chimiques s’inscrit dans le cadre d’un projet d’acquisition beaucoup plus vaste, par lequel les Forces armées canadiennes feront l’acquisition d’équipements sophistiqués, soit des détecteurs d’agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, de l’équipement de protection, des systèmes de reconnaissance et de décontamination, ainsi que de nouvelles contremesures médicales qui accroîtront la capacité des Forces armées canadiennes à survivre et à mener des opérations dans un environnement contaminé par des agents chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires. Grâce au projet des détecteurs d’agents chimiques, évalué à 85 millions de dollars, les Forces armées canadiennes disposeront de systèmes de détection portatifs modernes, qui détectent les agents de guerre chimique et une foule de produits chimiques industriels toxiques.

Le simulateur Argon permettra aux FAC de s’entraîner à manipuler les nouveaux détecteurs sans avoir à utiliser de produits chimiques en aérosol, ce qui est à la fois économique et écologique. De plus, les instructeurs ont la possibilité de superviser électroniquement les entraînements.

Le simulateur sera principalement utilisé à l’École des pompiers et de la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire des Forces armées canadiennes, à la Base des Forces canadiennes Borden, dans le sud de l’Ontario, et par les instructeurs spécialisés en défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire basés dans les unités des Forces armées canadiennes partout au Canada.

Les premiers simulateurs seront livrés au printemps de 2013. On prévoit que la pleine capacité opérationnelle sera atteinte au cours des prochaines années.

-30-

Note au rédacteur en chef/directeur des nouvelles : il est possible de consulter un document d’information à ce sujet en cliquant sur le lien suivant : www.forces.gc.ca/fr/nouvelles/article.page?doc=le-projet-des-detecteurs-d-agents-chimiques/hgq87xed

Demandes de renseignements de la part des médias :

Andrea Richer

Cabinet de l’honorable Bernard Valcourt, P.C., député.

613-996-3100

Date de modification :