ARCHIVÉE - Le Projet de soutien spatial conjoint : un système non classifié de connaissance de la situation par télédétection

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Documentation / Le 2 novembre 2011 / Numéro de projet : BG–11.026

Lors du discours du Trône prononcé le 3 mars 2010, Michaëlle Jean, gouverneure générale en poste à l’époque, a souligné la volonté du gouvernement du Canada de stimuler l’innovation canadienne dans les industries de pointe, notamment le développement spatial pacifique. « Le Canada est une puissance spatiale depuis près de 50 ans, a-t-elle déclaré. Notre gouvernement apportera son soutien à la recherche de pointe, au développement et au prototypage de nouvelles technologies spatiales, tout particulièrement pour assurer notre souveraineté dans l’Arctique. » La mise en œuvre du Projet de soutien spatial conjoint (PSSC) des Forces canadiennes constitue l’un des moyens employés par le Canada pour atteindre ses objectifs.

Le PSSC a pour objectif d’améliorer l’accès des Forces canadiennes à des données de surveillance fiables, exactes, et disponibles rapidement dans leurs zones de déploiement d’intérêt. La première phase d’acquisition de l’une des deux capacités spatiales conçues pour répondre à ce besoin, soit le système non classifié de connaissance de la situation par télédétection (URSA), s’est amorcée le 2 novembre 2011, avec l’attribution d’un contrat de 31,1 millions de dollars. La livraison du premier des deux systèmes URSA est prévue d’ici février 2013. À l’heure actuelle, aucun contrat n’a été octroyé pour le soutien en service.

L’URSA est un système mobile et déployable qui permettra aux Forces canadiennes de télécharger des images provenant directement de satellites commerciaux, notamment le Radarsat-2 canadien, au moment où ils survolent une zone d’intérêt, pour ainsi être en mesure d’obtenir des données cartographiques et des renseignements de surveillance à jour de leurs théâtres d’opérations. Cette capacité vise à aider les commandants déployés à la planification de missions et à la prise de décisions tactiques dans les moments cruciaux. Les Forces canadiennes feront l’acquisition de deux systèmes URSA. L’un sera utilisé dans le cadre de déploiements internationaux, tandis que l’autre servira lors d’opérations au pays, ainsi qu’à des fins de formation. MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. sera le fournisseur de ces systèmes.

Puisque les images à haute résolution captées par le système URSA ne seront pas classifiées, elles pourront être transmises à d’autres organismes civils pour les appuyer lors d’opérations de secours ou de sécurité, ou servir dans le cadre de toutes autres activités gouvernementales nécessitant un accès rapide à des renseignements provenant de l’espace. Les images seront disponibles rapidement, étant donné que les systèmes URSA auront la capacité de les télécharger d’un satellite en approximativement 30 minutes, ce qui permettra aux commandants de prendre des décisions et de planifier les opérations en s’appuyant sur les renseignements les plus à jour qui soient. De plus, la capacité de surveillance globale du système permettra d’optimiser l’utilisation d’autres outils de détection, comme les patrouilles motorisées ou les véhicules aériens sans pilote (UAV).

L’équipe du PSSC poursuivra son travail pour réaliser le deuxième aspect clé de son mandat, soit l’acquisition d’un système de connaissance de la situation spatiale, qui permettra aux éléments déployés des Forces canadiennes d’obtenir des renseignements sur les objets spatiaux qui menacent les intérêts du Canada, et qui facilitera la planification opérationnelle.

-30-

Date de modification :