Les membres de l’Opération CROCODILE aident le personnel d’un orphelinat dans la République démocratique du Congo

Galerie d'images

Liens connexes

Article / Le 14 février 2017

Rédigé par : un membre des Forces armées canadiennes affecté à l’Opération CROCODILE

Dans la République démocratique du Congo (RDC), un pays où les violations des droits de la personne les plus graves ont lieu quotidiennement, il est difficile de voir l’avenir avec optimisme. Néanmoins, au cœur de la pauvreté se cache quelques lueurs d’espoir. Les membres de l’Opération CROCODILE ont récemment pris le temps, malgré leur horaire chargé, de venir en aide à l’une de ces lueurs, l’orphelinat Tulizeni de Goma, au nom de généreux bienfaiteurs canadiens.

Lorsque nous sommes arrivés à l’orphelinat, nous avons passé à côté de gardes vers une enceinte fortifiée pas plus grande qu’une propriété de banlieue canadienne typique. Nous avons été accueillis par 86 jeunes enfants africains, chantant, dansant et riant. Ils étaient très heureux de nous voir et ont même chanté « Can-a-da » a maintes reprises. Certains des enfants les plus petits et mignons s’approchaient de nous, nous regardant avec envi et levant les bras dans l’espoir qu’on les prenne dans nos bras, alors que d’autres entouraient nos jambes. Le moment où j’ai pris un de ces enfants dans mes bras a été touchant pour moi. Je pensais à ma propre petite fille qui est à la maison et qui a la chance d’avoir des parents qui l’aiment énormément. Elle n’aura jamais à vivre ce que ces orphelins doivent endurer.

C’était la première fois que j’allais à cet orphelinat, mais ce n’était pas le cas pour plusieurs de mes camarades canadiens. Une bénévole canadienne des Nations Unies, Gabrielle Biron Hudon de la ville de Québec, se rend à l’orphelinat chaque fin de semaine et plusieurs des autres membres de la force opérationnelle prennent le temps de rendre visite à l’orphelinat une fois par mois pour jouer avec les enfants. Quelques fois, ils surprennent les enfants avec un ordinateur portable. Ils empruntent un projecteur et font jouer un film pour les enfants. À d’autres occasions, ils apportent des bonbons ou des jouets provenant de leurs propres poches, ou de celles de généreux Canadiens. On pouvait voir dans les yeux des enfants et du personnel de l’orphelinat à quel point ils étaient heureux de notre visite, de ce geste de compassion et de générosité.

Sœur Georgette Marjorie Thsibang, la directrice de l’orphelinat, nous a fait visiter l’établissement. Durant la visite, j’ai remarqué les conditions de vie restreintes des 86 enfants qui y résidaient. Il y avait quelques chambres remplies de lits. La première chambre avait trois lits superposés dans un espace de 10 pi x 10 pi. Les plus petits enfants dormaient dans cette chambre, cinq par lit, pour un total de 30 enfants. Nous avons vu une pièce plus grande, elle aussi remplie de lits. On nous a dit que c’était la chambre de filles plus âgées (de 13 à 17 ans) qui avaient été violées. Elles vivaient avec leurs bébés. Mon cœur s’est arrêté lorsque j’ai vu le nombre de lits entassés dans la chambre. Les dépenses m’ont également choqué. Le coût est de 195 $US par enfant pour payer les frais de scolarité pendant un an. Même les coûts de base, pour la nourriture, sont de 100 $US par jour pour donner aux orphelins de modestes rations. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que cet endroit pourrait être mieux soutenu et financé. Les membres du personnel ont dit avoir eu à retourner plusieurs enfants au camp pour personnes déplacées à l’intérieur car ils n’avaient plus assez d’argent pour s’en occuper. Le tout alors qu’on tente de construire un nouvel orphelinat juste à l’extérieur de la ville. Toutefois, bien que le terrain soit acheté, la construction est loin de commencer. Avec ce projet, les membres du personnel de l’orphelinat souhaitent augmenter leur capacité, réduire le coût lié à l’éducation en offrant une école sur place, et inclure un espace d’hébergement pour le personnel.

Une fois les chansons et la visite terminées, le commandant de la Force opérationnelle de l’Op CROCODILE, colonel Pierre "Pete" Huet, a présenté à l’orphelinat Tulizeni un gros chèque au montant de 2 783 $US (4000 $CAN avant la conversion). Ce montant, présenté au nom d’un groupe de bienfaiteurs canadiens et aux côtés des membres de l’Opération CROCODILE, avait pour but d’aider le personnel de l’orphelinat à payer les frais de scolarité des enfants. Pas surprenant, les enfants et le personnel de l’orphelinat nous ont montré leur excitation et leur gratitude en chansons. Il y avait tellement d’énergie que les enfants ont entouré le colonel Huet (photo) pour tenter en vain de le porter sur leurs épaules en chantant. Nous nous sommes dit au revoir et les enfants et le personnel nous ont envoyé la main, sourire aux lèvres, alors que nous retournions à notre fonction première, celle de combattre les groupes armés et de protéger les civils de la RDC. 

Date de modification :