Message aux membres de la part du Chef d’état-major de la Défense

Article / Le 30 mars 2015

Comme vous le savez, en avril 2014, j’ai ordonné la tenue d’un examen externe indépendant sur la prévalence de l’inconduite sexuelle et du harcèlement sexuel dans les Forces armées canadiennes à la suite d’un certain nombre de reportages des médias sur cette question, ainsi qu’un examen interne. J’ai demandé à Madame Marie Deschamps, une ancienne juge de la Cour suprême du Canada, de réaliser un examen externe indépendant qu’elle a entamé en juin 2014.

J’ai reçu la version anglaise du rapport définitif de Mme Deschamps tard vendredi dernier. Il s’agit d’une nouvelle étape importante, et j’aimerais la remercier personnellement de son expertise et de sa rigueur, qui nous ont aidés à comprendre la signification des comportements sexuels inappropriés dans les FAC. Pendant son examen, elle a rencontré des centaines de membres des FAC et des intervenants de partout au pays. Sa perspective a été inestimable pour m’aider à comprendre plus clairement le problème, et ce que nous devons faire en tant qu’institution. 

Vous vous souviendrez peut-être que le 25 février 2015, j’ai dirigé la mise sur pied d’une équipe d’intervention stratégique sur l’inconduite sexuelle. L’équipe, dirigée par le major-général Chris Whitecross et appuyée par l’adjudante-chef Helen Wheeler, réalisera un examen détaillé du rapport et élaborera un plan d’action pour donner suite aux recommandations, une fois que j’aurai bien examiné le rapport et que j’aurai fourni mes directives. Tout comme je me suis engagé de faire dès le début de cette initiative, vous continuerez de recevoir des nouvelles à ce sujet à mesure que les choses progressent. Plus précisément, j’annoncerai publiquement le plan d’action, et les membres des FAC auront accès à la version intégrale du rapport une fois que l’examen du rapport sera achevé.

L’adjudant-chef des Forces canadiennes Kevin West et moi-même tenons à rappeler aux membres des FAC qu’en tant qu’institution nationale, les Forces armées canadiennes doivent encourager un milieu de travail respectueux, sain et professionnel pour l’ensemble des membres de l’organisation. Cette responsabilité va au-delà du milieu de travail. Le succès continue des FAC dans le cadre de leurs opérations partout au pays et dans le monde dans des régions instables et dangereuses dépend de la confiance et de la cohésion inébranlables au sein de ses membres, peu importe le sexe, l’ethnicité, l’orientation ou le parcours. Nous sommes tous des frères et des sœurs d’armes du moment que nous prêtons le serment de servir le Canada, et nous méritons tous le même niveau de respect et de dignité. 

J’aimerais profiter de cette occasion pour rappeler que toutes les allégations de comportements sexuels inappropriés doivent être prises au sérieux, à tous les niveaux des FAC. Tous les militaires qui font face à un comportement inapproprié sur le plan sexuel, ou du harcèlement de toute sorte disposent de diverses options. Vous n’êtes pas obligé de communiquer avec votre chaîne de commandement si vous n’êtes pas à l’aise de le faire. Vous pouvez communiquer directement avec la police militaire ou civile, votre clinique locale, l’aumônier de votre base, le Programme d’aide aux membres des FAC, ou le réseau d’aide avec lequel vous êtes le plus à l’aise.

La culture et la tradition de notre institution quant au respect personnel et professionnel ne sont pas négligeables. Tous ceux en uniforme devront soutenir et participer aux mesures dirigées une fois l’examen du rapport complété.

Général Tom Lawson
Chef d’état-major de la Défense

Date de modification :