Message du chef d’état-major de la défense

Déclaration / Le 23 février 2018

Ma principale préoccupation en tant que chef d’état-major de la défense est le moral, la sécurité et le bien-être des femmes et des hommes qui servent notre pays en tant que membres des Forces armées canadiennes (FAC). Que les choses soient claires : tout incident qui compromet la sécurité ou la dignité de notre personnel reçoit toute mon attention et entraînera des conséquences.

Au début du mois de décembre 2017, un membre de l’Aviation royale canadienne (ARC) aurait été agressé sexuellement au cours d’un vol à destination de la Grèce à bord duquel se trouvaient des membres d’Équipe Canada chargés de divertir le personnel déployé à l’étranger. Il s’agit d’une affaire grave, et des accusations ont été portées contre un membre civil d’Équipe Canada à l’issue de l’enquête menée par la police militaire.

Les circonstances à l’origine de cet incident méritent également notre attention. Dans les jours qui ont suivi le retour de l’avion au Canada, le commandant de l’ARC a ordonné la tenue d’une enquête administrative pour déterminer ce qui s’était passé au cours du vol et cerner les éléments qui auraient pu mener à l’inconduite alléguée ou l’aggraver.

Dans cette affaire, je dois prendre des décisions en m’appuyant sur des enquêtes administratives officielles et approfondies, et établir si une enquête plus poussée est justifiée. Cela prend du temps, mais la prudence et l’application régulière de la loi n’exigent rien de moins.

Aujourd’hui, j’ai reçu les résultats du rapport du commandant de l’ARC, et j’étudierai ses conclusions de près. D’ici là, j’ai ordonné ce qui suit :

  1. Il n’y aura plus d’alcool servi à bord des vols de l’ARC consacrés aux voyages d’Équipe Canada;
  2. Les visites d’Équipe Canada sont suspendues jusqu’à ce qu’un examen approfondi de leur objectif et de leur déroulement ait pu être réalisé.

Le commandant de l’ARC et moi sommes profondément déçus et préoccupés par ce qui se serait produit à bord de ce vol militaire, et nous appuierons les changements nécessaires pour assurer la sécurité et le moral de nos membres et éviter qu’une telle situation ne se reproduise.

Jonathan H. Vance
Général
Chef d’état-major de la défense

Date de modification :