ARCHIVÉE - Mise à jour sur les études scientifiques et historiques en cours

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Documentation / Le 16 novembre 2005 / Numéro de projet : BG - 05.038

Le gouvernement du Canada a fait des progrès considérables dans ses recherches scientifiques et historiques sur l'utilisation d'herbicides à la BFC Gagetown de 1952 à aujourd'hui. La première phase de la collecte d'échantillons d'eau, de sol et de végétation pour détecter la présence de dioxine et d'autres contaminants liés à l'utilisation d'herbicides dans le secteur d'entraînement et le champ de tir de la BFC Gagetown sera bientôt terminée, avant l'hiver. Les résultats de cette évaluation environnementale détermineront la nature des tests qui devront être effectués le printemps et l'été prochains. Ainsi, dans les phases subséquentes, il y aura peut-être des tests de détection de dioxine et d'autres contaminants liés aux herbicides dans le sang ou les tissus adipeux des animaux, si les résultats de l'évaluation environnementale montrent que ce serait utile.

Une autre étude, liée, elle, au programme de collecte d'échantillons, commencera bientôt. Cette étude historique de l'utilisation d'herbicides à la BFC Gagetown fournira des informations sur les types d'herbicides qui ont été utilisés et sur leur mode d'utilisation . Elle nécessitera la mise en place d'une base de données complète qui sera ensuite utilisée pour d'autres études sur les incidences toxicologiques, épidémiologiques ou écologiques de l'utilisation de ces produits dans le secteur d'entraînement et le champ de tir de la BFC Gagetown. Cette étude fournira également de précieuses informations historiques et scientifiques sur les pratiques de gestion, sur la production, la vente et l'utilisation d'herbicides dans les limites de la base, et sur le niveau de crédibilité des données recueillies, y compris les quantités de produits similaires utilisées ailleurs au Canada. Enfin, cette étude fournira des informations historiques sur les contaminants connus qu'on trouve dans les herbicides.

Doit également commencer bientôt la première phase de l'étude toxicologique qui indiquera comment chaque produit chimique utilisé à la BFC Gagetown réagit dans le corps humain, créera une liste de scénarios d'exposition à divers herbicides et examinera la relation entre les herbicides utilisés à la BFC Gagetown et leurs effets sur la santé humaine, afin de permettre une évaluation des risques pour la santé humaine. Cette étude établira le risque pour la santé humaine de divers herbicides en fonction du niveau d'exposition. La première phase portera précisément sur les risques liés à l'exposition en milieu de travail, à l'exposition fortuite, à l'exposition des résidants de la région qui auraient pu pénétrer dans la BFC Gagetown, et aux opérations de pulvérisation d'herbicides. La phase suivante déterminera s'il y a un risque pour la santé humaine à la BFC Gagetown, d'après les résultats de l'évaluation environnementale.

Parallèlement à l'étude toxicologique, une étude épidémiologique descriptive déterminera si, sur une longue période, les collectivités situées à proximité de la BFC Gagetown ont eu une plus forte fréquence de maladies que des populations similaires (civiles ou militaires) dans la province du Nouveau‑Brunswick. Cette étude examinera notamment les informations fournies par l'Institut de médecine de la National Academy of Sciences, dont les recherches sur les effets de l'agent Orange sur la santé sont reconnues par le Canada et par le Veterans Affairs Office des États‑Unis.

Au début de décembre 2005, des entreprises sous contrat devraient entreprendre des recherches qui leur permettront d'établir une liste complète des personnes et des unités militaires qui étaient présentes à la BFC Gagetown pendant les essais qui ont été menés avec l'agent Orange, l'agent Pourpre et d'autres herbicides en 1966 et 1967 , et pendant les 8 à 12 semaines par année, de 1952 à aujourd'hui, où l'on a pulvérisé des herbicides . Le but est de compiler des informations objectives et crédibles sur les p ersonnes qui étaient présentes à la BFC Gagetown lorsque des h erbicides ont été utilisés.

L'objectif de ces recherches historiques et s cientifiques fondées sur des documents papier et électroniques est de recueillir, d'examiner et de résumer les meilleures données scientifiques existantes. À l'exception de la collecte d'échantillons qui est effectuée à la BFC Gagetown, il n'y aura pas d'autres études scientifiques, car cela prendrait des années, en particulier dans le domaine de la santé.

Pour terminer les études en cours, il faudra environ 18 mois. Le gouvernement du Canada demeurera ouvert à la possibilité que d'autres études soient nécessaires.

Dès qu'une mission d'établissement des faits sera terminée, son rapport final sera transmis au coordonnateur de l'établissement des faits et de la liaison ainsi qu'au ministre de la Défense nationale. (Le rapport final des missions à caractère médical sera également transmis au ministre de la Santé.) Le coordonnateur de l'établissement des faits et de la liaison, accompagné des experts appropriés, communiquera au public les résultats des rapports. Ces résultats seront présentés dans un langage clair et accessible. Le coordonnateur de l'établissement des faits et de la liaison présentera également son propre rapport au gouvernement du Canada, y compris tous les détails sur ses activités de relations publiques et autres, ainsi que ses commentaires personnels.

Certains contrats seront accordés par offre permanente à des entrepreneurs choisis à l'avance. L'offre permanente est un processus ouvert et concurrentiel que le gouvernement fédéral utilise pour acquérir des biens et services. Ce processus permet de constituer des listes d'entrepreneurs qualifiés disponibles immédiatement, et c'est une façon de procéder qui est valable au gouvernement du Canada. En attribuant des contrats par offre permanente, le gouvernement gagne du temps (les entrepreneurs qui ont une offre permanente peuvent commencer le travail environ 60 jours plus tôt), et il économise de l'argent par rapport au système d'appel d'offres ouvert.

Date de modification :