Opération Impact – Séance d’information 20 novembre 2014

Liens connexes

Vidéo / Le 20 novembre 2014

Transcription

Capitaine de vaisseau Paul Forget, Commandement des opérations interarmées du Canada

Bonjour Mesdames et Messieurs.

Je suis le capitaine de vaisseau Paul Forget du Commandement des opérations interarmées du Canada. Je suis ici aujourd’hui pour vous donner une mise à jour sur l’Opération Impact, soit le soutien des Forces armées canadiennes à la coalition contre le groupe ISIL en Irak.  Je vous donnerai de l’information sur les efforts déployés pour mettre en place nos camps au Koweït et sur les récentes frappes aériennes menées par la Force opérationnelle aérienne en Irak.

Depuis la dernière séance d’information technique, l’ISIL a tenté de renforcer son contrôle de la ville de Mossoul et d’imposer un régime brutal à la population de la deuxième ville en importance en Irak, notamment en restreignant la liberté d’expression, en réglementant l’habillement dans les lieux de rassemblement, et en forçant les adolescents à combattre. À Falloujah, le long de la vallée de l’Euphrate, nous continuons de constater que l’ISIL attaque et assassine des membres des tribus qui s’opposent à leurs règles rigoureuses, y compris des femmes et des enfants.             

Malgré ses efforts, l’ISIL n’a pas gagné beaucoup de terrain, et les actions des forces de sécurité irakiennes sont de plus en plus efficaces. Par exemple, plus au sud, le long du Tigre, à Baiji, l’ISIL a presque entièrement été repoussé de la raffinerie de pétrole et de la ville voisine, se voyant ainsi privé l’accès à l’infrastructure pétrolière essentielle pour financer et ravitailler leurs forces.

Nos forces continuent leurs opérations au sein de cette coalition multinationale afin de réduire les capacités d’ISIL à mener des opérations. Cela est aussi en grande partie dû aux efforts déployés par les forces de sécurité iraquiennes avec le soutien de la coalition. 

Grâce aux efforts déployés par notre personnel en déploiement, les camps de la Force opérationnelle interarmées en Irak sont maintenant bien établis. Tout a été construit à partir de zéro, des espaces de travail jusqu’aux dortoirs. Des kilomètres de câbles de distribution électrique en cuivre et en fibre optique ont été installés un peu partout au camp. Des liaisons par satellite ainsi que des réseaux locaux et Internet ont été mis sur pied pour permettre aux membres de nos forces de communiquer les uns avec les autres au cours des opérations, ainsi qu’avec les partenaires de la coalition et le Canada.  

Grâce à notre pont aérien le personnel des mouvements aériens a appuyé l’arrivée de plus de 1.2 millions de livres d’équipement et de munitions. Les éléments de l’Aviation royale canadienne comme les CC177 Globemaster continuent d’assurer un ravitaillement essentiel ainsi que le maintien en puissance de la force opérationnelle interarmées en Irak.

Notre personnel continue d’apporter des améliorations au camp qui vont de l’augmentation de nos capacités de communication aux mesures accrues de protection de la Force et de meilleures infrastructures à la mise en place d’abris de maintenance pour nos CF188. Toutes ces activités ont eu lieu en même temps que les opérations quotidiennes.

Tout ce travail est accompli afin de s’assurer que notre force opérationnelle a tout ce qu’il faut pour mener les opérations efficacement et en toute sécurité.

Jusqu’à maintenant, nous avons effectué 103 sorties au total. Notre avion de chasse a réalisé 66 sorties dans le but d’effectuer des frappes contre l’ISIL et de recueillir de l’information concernant l’espace de combat. L’appareil de ravitaillement CC150 Polaris a effectué 18 sorties, livrant environ 800 000 livres de carburant aux aéronefs de la coalition. Notre appareil de reconnaissance, l’aéronef CP140 Aurora, a effectué 19 sorties afin d’aider à obtenir plus de détails concernant l’environnement opérationnel et fournir une évaluation des dommages de combat.

Plus récemment, et depuis notre mise à jour la semaine dernière, nous avons lancé des frappes aériennes à deux reprises. Les cibles étaient prédéterminées, et nos aéronefs, ainsi que plusieurs autres aéronefs des membres de la coalition, ont été déployés en vue de participer aux mesures délibérées coordonnées par la coalition.

Le 17 novembre 2014, quatre chasseurs CF188 ont mené des frappes aériennes contre des positions de l’ISIL à proximité de Mossoul, dans le nord de l’Irak, dans le cadre d’une opération de coalition de plus grande envergure. Notre aéronef CC150 Polaris a procédé à des opérations de ravitaillement en vol et a livré environ 28 000 livres de carburant au cours de cette opération. Il s’agissait de la première participation de la Force opérationnelle interarmées – Irak à une frappe délibérée.

Nos chasseurs ont détruit un entrepôt d’ISIL utilisé pour la fabrication d’engins explosifs improvisés – communément appelés IED.  L’image derrière moi montre l’entrepôt avant qu’il ne soit touché.  Nous savons que l’ISIL fait appel aux IED pour blesser ou tuer sans discrimination des civils et des membres des forces de sécurité iraquiennes. En Irak dans les derniers mois il y a eu environ 55 attaques IED en septembre et 77 en octobre. 

C’est pourquoi il est indispensable de viser ce type de cibles. L’ISIL a eu recours à des IED pour diriger les forces de sécurité irakiennes vers des zones précises ou pour bloquer les positions sur des voies d’accès. Lors d’attaques d’avant-poste, les membres de l’ISIL ont tenté d’ouvrir des brèches dans les murs avec des engins explosifs improvisés placés dans des véhicules ou portés par des personnes à pied.

Ils se sont également servis d’IED pour attaquer des travailleurs humanitaires qui apportent des denrées essentielles aux civils. Dans les grandes villes, ils ont fait exploser des véhicules remplis d’explosifs dans des marchés bondés dans le but de créer le chaos et de faire peur à la population.

En raison de l’importance qu’ils accordent aux IED, ils ont besoin de spécialistes et d’installations pour les fabriquer. C’est pourquoi il est important de viser ce type de cibles.

Plus récemment, le 19 novembre, une série de missions de coalition ont été menées au nord-ouest de Kirkuk, où il était connu que l’ISIL exerce ses activités. Deux chasseurs CF188 Hornet canadiens ont mené avec succès des frappes planifiées contre des positions de combat de l’ISIL.

L’appareil CC150 Polaris a participé à l’opération de ravitaillement. En attaquant ces positions de combat, l’opération de coalition a permis d’accroître la liberté de mouvement des forces de sécurité irakiennes dans la région.

De telles opérations font partie de l’effort de la coalition visant à affaiblir le groupe ISIL. Elles visent aussi à contrer la menace immédiate du groupe dans la région, à appuyer les initiatives des forces de sécurité iraquiennes et leur liberté de mouvement et à aider les personnes civiles à se déplacer librement.

Les Forces armées canadiennes continueront de faire preuve d’excellence en matière d’opérations aux côtés de nos partenaires de la coalition, en contribuant à ces efforts.

Merci.


Période de questions et de réponses (pas inclus dans la vidéo)

Question: Bonjour. J’aimerais vous entendre plus en détail sur le bilan que vous avez fait: 103 sorties si je ne me trompe pas. Donc vous avez parlé des chiffres et il me paraît que selon vous l’efficacité de ces sorties, de ces bombardements canadiens.

Capv Forget: Donc c’est 103 sorties au total et c’est le chiffre en tout et en total. Si je regarde, je cherche les chiffres exactement. Je crois que c’est 66 sorties pour les CF18, 19 pour les Aurora et 18 si je ne me trompe pas pour le CC150. Essentiellement ces sorties sont planifiées au niveau de la coalition en tant que l’effort total de la coalition visant les cibles en Iraq afin de générer du mouvement pour la défensive iraquienne. Donc les effectifs sont très bons.

Question: Est-ce que c’est vraiment efficace? Ce que je remarque c’est que les chiffres ne sont pas si élevés que ça. Le nombre de cibles touché encore moins. On n’entend pas dire que le groupe État Islamique est affaibli par la peine. C’est vraiment efficace?

Capv Forget: Essentiellement si je comprends bien votre question vous ne croyez pas qu’on a fait beaucoup de frappes pour le nombre de sorties?

Question: Oui, et donc par rapport à ça quelle est l’efficacité.  Est-ce que c’est efficace ce que vous faites?

Capv Forget: C’est très efficace parce que les frappes qui sont exécutées permettent aux forces iraquiennes de regagner du terrain perdu à ISIL. Ça c’est simplement bien connu. Au niveau de la première question, c’est vraiment c’est au niveau de notre targeting. 

Puis là le targeting est très robuste que l’on fait et c’est fait selon les lois internationales de conflit. On suit les conventions de Genève et on s’assure que c’est un processus qui est très rigoureux afin de minimaliser tous les dommages collatéraux, dommages aux civils, etc. Donc ce processus comme tel est tellement précis que le résultat final peut des fois être moins de frappes.

Question: Pour simplement éviter que je répète cela, pouvez-vous répéter en anglais de sorte que je ne vous pose pas la même question une autre fois? En fait, vous dites qu’ils sont efficaces.

Capv Forget: Fondamentalement, oui, la mission est efficace. Les tâches nous sont transmises par l’effort de coalition et par l’entremise des ordres d’attribution de missions aériennes. Nous remplissons les missions aériennes qui nous sont confiées. Ces missions ne se traduisent pas toutes nécessairement par des bombardements directs. Les attaques que nous lançons, comme ce fut le cas, vous vous le rappellerez, pour les deux qui sont survenues, étaient plus tournées vers un objectif de type dynamique, un objectif inopiné qui s’est présenté à nous durant le vol.

Les deux attaques menées cette semaine étaient vraiment délibérées et planifiées et elles visaient précisément à attaquer les capacités du groupe ISIL afin de donner plus de liberté de mouvement aux forces iraquiennes.

Question: J’ai une question sur la détermination des objectifs. De toute évidence, nous n’avons mené jusqu’à maintenant que quatre frappes et on regarde la description du centre de transmissions CENTCOM de ce qu’ils ont fait, de ce que les avions de la coalition ont fait. Bon nombre sont des unités de combat de l’État islamique d’Iraq et du Levant (ISIL). Il y a des installations pétrolières. Il y a des bâtiments de commandement et de contrôle.

Le Canada a bombardé du matériel de terrassement, la position de combat, de toute évidence, l’usine de dispositifs explosifs de circonstance (IED) et la pièce d’artillerie. Est-ce que le Canada a certaines restrictions quant aux objectifs à cibler? Vous impose-t-on des restrictions quant aux cibles que vous pouvez accepter? Choisissez-vous des cibles qui sont moins susceptibles d’entraîner des pertes civiles ou des pertes de quelque nature que ce soit? Y a-t-il certaines restrictions quant à ce que le Canada accepte comme cibles?

Capv Forget: Pour répondre simplement à votre question, le processus de détermination d’objectifs que nous suivons est conforme aux lois internationales, de notre point de vue. Il respecte également la Convention de Genève selon notre connaissance. Une démarche plutôt rigoureuse dans le cadre du processus et il y a certains objectifs que nous n’attaquerons pas.

Ne me demandez pas de les répéter parce que je ne les connais pas par cœur. Il faudrait que nous fassions un suivi lors d’un breffage plus détaillé, mais, en fait, notre processus de détermination d’objectifs est très précis et rigoureux.

Question: Ce n’est pas ma question complémentaire, juste une précision. Demandons-nous différents types d’objectifs aux autres membres de la coalition? Acceptons-nous… y a-t-il un filtre différent en ce qui a trait à ce que nous accepterons comme objectifs?

Capv Forget: Nous sommes entièrement intégrés dans le processus de détermination d’objectifs au sein de la coalition.

Question: Ma question complémentaire portait sur les pertes. Vous avez dit, la dernière fois je crois, que lorsque nous avons frappé l’artillerie, vous croyiez qu’il y aurait probablement eu des pertes. Les forces ont-elles une estimation des pertes causées par les frappes, soit des pertes pour l’ISIL, soit des pertes civiles?

Capv Forget: Comme nous l’avons mentionné lors de breffages précédents, nous ne sommes pas axés sur le nombre des victimes. Nous sommes concentrés sur les effets sur le terrain.

Question: Mais avez-vous des chiffres?

Capv Forget: Il n’y a pas de chiffres. Ce qui est important, ce sont les effets que nous produisons. Ces effets sont très délibérés. Je ne peux pas trop commenter les effets des dernières frappes lancées cette semaine parce qu’elles se poursuivent dans le cadre d’opérations en cours. Donc, pour des raisons de sécurité opérationnelle, je ne peux pas divulguer l’information liée à ces deux frappes. Mais ces attaques visaient à permettre des opérations offensives menées par les forces de sécurité iraquiennes.

Question: J’ai une question qui porte plutôt sur la situation dans son ensemble. Vous avez dit précédemment que le groupe ISIL n’avait pas gagné de terrain de façon notable. Cela semble indiquer qu’il est possible que des gains notables aient été enregistrés ou que le groupe ait enregistré des gains qui ne sont pas de nature territoriale, peut-être qu’il a renforcé son emprise sur des emplacements qu’il détient déjà. A-t-il perdu du terrain?

Capv Forget: C’est une très bonne question et je vous en remercie. J’irai à l’essentiel, il y a des opérations offensives… ce que nous avons fait à ce jour, c’est essentiellement affaiblir l’offensive. C’était l’objectif initial. Il en a déjà été question lors de breffages techniques précédents et je suis ici pour vous assurer que nous avons affaibli l’offensive du groupe ISIL. Ils ne font plus aucun gain important, quel qu’il soit.

Maintenant, dans tous les types de conflit, des territoires sont cédés puis repris, tout comme les positions, etc. Des escarmouches de ce genre sont toujours en cours. Actuellement, c’est un théâtre de guerre en pleine activité. Les forces de sécurité iraquiennes sont bien positionnées et elles commencent à lancer des manœuvres offensives à l’intérieur de l’Iraq, récupérant du territoire comme j’en ai fait état, à Bayji. Elles ont repris le champ de pétrole et elles ont assez bien sécurisé la ville. Ce territoire était auparavant détenu par le groupe ISIL.

Question: Cela dépend beaucoup du suivi, bien entendu, de la capacité ou de l’incapacité de l’armée iraquienne d’assurer le suivi sur le terrain. Nous avons reçu ces derniers jours des rapports dans lesquels on citait des porte-parole de l’armée américaine qui avançaient que l’on recommandait à l’armée iraquienne de ne pas se rendre dans des lieux dangereux, ce qui ne nous apparaît pas très encourageant. Quand cette situation devrait-elle changer?

Capv Forget: Je n’ai pas de réponse à cette question. Nous sommes intégrés aux forces de sécurité iraquiennes. Nous les soutenons conformément aux efforts de la coalition. Nous aidons à préparer le terrain pour qu’elles soient capables de mener leurs opérations offensives et de revendiquer la sécurité et la souveraineté de leur pays et la sécurité de la population.

Question: C’est juste de dire que nous n’y sommes pas encore parvenus.

Capv Forget: Certes, nous ne sommes pas encore là. Ce sera un long processus.

Question: Je sais que vous avez dit que vous ne pouviez pas donner de chiffre quant au nombre de pertes au sein du groupe ISIL, mais je suppose que je suis curieux. Qu’est-ce qui pourrait vous indiquer que le moral ou les efforts du groupe ISIL ont été atteints? Je comprends que vous ne voulez pas nécessairement faire un décompte, mais à partir de quel moment la coalition pourra-t-elle déterminer que, de toute évidence, il y a des changements de cet ordre? Quand est-ce que vous… quand saurez-vous, quand aurez-vous l’impression que quelque chose est arrivé et que le groupe ISIL a essuyé un dur coup, qu’il a été affaibli? Un tournant, je suppose, que cherchez-vous à faire? De quoi aurait l’air un tournant?

Capv Forget: Je comprends ce que vous dites et, comme je l’ai mentionné précédemment, l’offensive initiale visait à émousser leur avancée et nous avons réussi. Ce faisant, le groupe ISIL, comme j’en ai fait état lors de précédents breffages techniques, a dû changer de tactique et son mode d’opération sur le terrain, en plus de revoir les méthodes de réapprovisionnement de son personnel sur le terrain.

Le fait que nous puissions avoir une présence dans les airs capable de frapper au cœur du groupe ISIL et que, combiné au début des opérations offensives de la part des forces de sécurité iraquiennes, cela renverse la vapeur comme vous en avez fait mention et que cette marée devienne un élan, et que l’on fasse des progrès.

Question: Pardonnez-moi si cette question est stupide ou si on y a déjà répondu, mais puisque le groupe ISIL faiblit ou si l’offensive fléchit, savons-nous s’il y a une preuve bien concrète indiquant que, par ailleurs, les forces de sécurité iraquiennes se renforcent? Vous avez effleuré la question, mais il semble y avoir d’emblée une certaine inquiétude selon laquelle les forces de sécurité iraquiennes seules ne seraient pas nécessairement assez nombreuses pour lutter contre l’ISIL sur le terrain. Y a-t-il un changement en cours en ce sens? Il semble que vous ayez mentionné que les forces de sécurité iraquiennes deviennent plus fortes.

Capv Forget : Je crois que simplement en émoussant l’offensive, cela a donné aux forces de sécurité iraquiennes la pause qu’il leur fallait, si vous voulez, pour reprendre son souffle. C’est ce que nous avons observé et cela leur a permis de commencer à s’approprier un peu plus de leur terrain et à mener les opérations offensives afin de revendiquer le territoire qu’elles avaient perdu.

Question: Capv Forget, d’abord vous demander qu’est-ce qui fait que vous êtes sûr de dire aujourd’hui que l’État islamique ne gagne pas de terrain? Peut-être pour revenir un peu à la question de ma collègue Jessica, qu’est-ce que vous recherchez en fin de compte de l’État islamique avec les frappes que vous avez menées, le but ultime?        

Capv Forget: Le but ultime est simple, est de permettre aux forces iraquiennes de réclamer leur territoire en sécurité et de retourner la sécurité au peuple iraquien.

Question: Qu’est-ce qui fait que vous êtes sûr qu’ils n’ont pas gagné de terrain? Qu’est-ce qui vous permet de le dire aujourd’hui?

Capv Forget: Les frappes aériennes à date ont eu l’effet voulu et désiré de halter (sic) l’avance d’ISIL en Iraq. Ça c’est un fait et maintenant que cela permet aux forces iraquiennes de commencer des avances dans leur territoire et de réclamer leur terrain ce qui est voulu tout au long.

Question: Vous avez la certitude, la conviction qu’il n’y a pas de civils qui ont été tués pendant les frappes parce que vous n’êtes pas en mesure de le dire à propos des membres de l’État islamique combien sont morts, combien ont perdu la vie. Qu’est-ce qui fait qu’on a la certitude qu’il n’y a pas de civils qui ont été …

Capv Forget: Quand ça vient au targeting, à notre processus de ciblage, tout notre processus de ciblage est fait avec un haut niveau de précision avec beaucoup de rigueur et tout avec l’objectif ultime de minimaliser les dommages collatéraux et de minimaliser les dommages à l’infrastructure civile, etc.

Question: Désirez-vous prendre les appels d’abord ou si je pose une autre question? D’accord, les bombes, je croyais en premier que vous alliez utiliser les bombes à guidage laser (BGL), les bombes guidées (GBU). Vous tournez-vous vers les bombes guidées par GPS et est-ce que vous pourrez, en conséquence, changer votre capacité en matière de détermination d’objectifs? J’aimerais que vous nous parliez des types de bombes que vous utilisez, le type de bombes ciblées et je voudrais savoir si vous employez maintenant les bombes guidées par GPS qui vous permettent de travailler dans des conditions météorologiques différentes et si cela contribuera à augmenter le nombre de frappes que vous lancez.                                             

Capv Forget: C’est une bonne question, je vous en remercie. Ultimement, nous avons doté le groupe opérationnel campé en Iraq des munitions appropriées pour opérer dans toutes les conditions. Cela comprend des munitions guidées par GPS ainsi que des munitions à guidage laser. 

Nous avons utilisé les deux selon la situation.

Question: En guise de complément à la question de mon collègue, votre certitude à savoir si vous avez vraiment causé des pertes civiles, pouvez-vous dire avec confiance que vous n’avez pas causé de pertes civiles jusqu’à maintenant ou si vous ne portez simplement pas attention à ce détail?         

Capv Forget: La question n’est pas de savoir si nous portons attention à ce détail. Ce que j’ai dit c’est que dans le cadre du processus de détermination des objectifs, tout est fait dans le but de minimiser les dommages collatéraux et tout dommage aux infrastructures civiles.

Question: Oui, mais quand je vous ai demandé des chiffres, vous avez dit que vous ne vous tenez pas au courant de ces données.

Capv Forget: Vous m’avez demandé plus tôt des chiffres quant aux pertes au sein du groupe ISIL.

Question: Je vous ai demandé les deux en fait. Alors, êtes-vous sûr que vous ne causez pas de pertes civiles?

Capv Forget: À ce sujet, je ne pourrai jamais répondre de façon absolument catégorique.

Question: Bonjour. Capv Forget, est-ce que je dois comprendre que l’évaluation des résultats d’une frappe se fait uniquement par les avions de reconnaissance. On n’a absolument personne au sol. On n’a pas les forces iraquiennes ou kurdes dans certains cas qui collaborent à l’évaluation des résultats des frappes? C’est ma première question et je vais tout de suite poser la sous-question avant de vous laisser.

Dans le cas de la détermination des objectifs est-ce que c’est seulement au niveau de la coalition ou les forces iraquiennes commencent à demander des frappes ?  Est-ce qu’il y a un input des forces iraquiennes ou des forces kurdes dans la détermination des objectifs? Alors, est-ce que les deux questions sont claires?

Capv Forget: Oui. Je vais commencer avec la deuxième question et je vais revenir à la première question. Pour la deuxième question, les forces iraquiennes sont intégrées dans la coalition et donc ils sont des participants dans tous les sens. Donc cela leur permet évidemment de déterminer les objectifs. La première question encore, si vous pouvez me rafraîchir la mémoire?                   

Question: La première question, après les frappes est-ce que j’ai bien compris que l’évaluation des résultats se fait surtout avec nos avions de reconnaissance par exemple les CP Aurora et qu’il n’y a pas vraiment personne au sol pour donner un input quant à l’évaluation des résultats?

Capv Forget: Pour répondre à la question, il faut mettre en contexte un peu les lieux de la frappe. Si c’est un lieu où il a des forces iraquiennes qui sont près de la frappe évidemment ils peuvent avoir une contribution, mais je peux vous assurer qu’au niveau de la reconnaissance il y a plusieurs facteurs qui rentrent dans la reconnaissance.

La reconnaissance aérienne est un facteur, reconnaissance humanitaire est un autre.

Donc tous ces facteurs sont pris en conséquence lorsque nous faisons une analyse des frappes.

Question: Jusqu’à maintenant l’évaluation que vous nous avez donné des résultats des frappes était basée surtout sur quel facteur?

Capv Forget: Une combinaison de plusieurs facteurs et pour des raisons sécuritaires opérationnelles parce que ces opérations-là sont encore en action, donc je ne peux pas passer plus de commentaires que ça en ce moment.

Question: Bon après-midi Capv. J’aimerais vous parler de l’accroissement du potentiel militaire dans le camp au Koweït. J’ai l’impression que vous vous préparez en vue d’un long séjour. Agiriez-vous de la sorte si la mission allait durer moins de six mois?

Capv Forget: Pour le moment, le mandat du gouvernement, en réponse à cette question, est fort simple. Le mandat du gouvernement est pour une période de six mois. Il y a certaines normes minimales liées à l’équipement de nos troupes dans le théâtre, bien que cela semble beaucoup, c’est beaucoup. Il faut soutenir 600 personnes ici sur un territoire très éloigné, vous comprendrez. Essentiellement, oui, c’est une exigence.

Question: La force aérienne australienne a déclaré récemment qu’elle avait annulé certaines de ses frappes aériennes parce qu’elle était préoccupée à l’idée qu’il y ait des pertes civiles. A-t-on annulé des missions avec des CF18 qui ne comportaient pas d’ordre de frappe parce qu’on a eu des préoccupations de dernière minute quant à des pertes civiles?

Capv Forget: Voilà une grande question et, je l’admets, je n’ai aucune donnée que je pourrais même vous donner en guise de réponse en ce sens. Cette question relève vraiment de la tactique et il s’agit d’opérations en cours dans le théâtre.

Question: Merci de nous parler aujourd’hui. Je me demande simplement si vous pouvez quantifier ou qualifier, si vous voulez, le rythme des opérations de l’opération Impact, à savoir si les CF18, de même que les Aurora et les Polaris sont employés à plein régime, s’ils sont utilisés… J’aimerais avoir une idée si les aéronefs peuvent augmenter la cadence, le cas échéant.

Capv Forget: Je vous remercie de la question. Essentiellement, tous les aéronefs remplissent des missions sur une base quotidienne et ils accomplissent admirablement les missions que nous a confiées la coalition. À l’heure actuelle, nous sommes des participants à part entière au sein de la coalition, nous remplissons toutes les tâches qui nous ont été confiées.

Question: Alors, en guise de question complémentaire, peut-être comparer notre rythme opérationnel avec celui, peut-être, de l’Australie et d’autres alliés. Remplissons-nous autant de missions aériennes que les autres forces?

Capv Forget: Je n’ai aucune information pour vous répondre, que ce soit dans un sens ou dans l’autre.

Question: Juste vous entendre en français sur les possibles victimes, des civils. Avant on avait, avant c’était clair dans le fonds qu’il n’y  avait pas de victimes civiles. Là vous semblez changer un peu la version. Est-ce que vous confirmez qu’il n’y aucune victime civile ou ce n’est pas sûr?          

Capv Forget: La seule certitude que je peux vous donner c’est que dans le processus de ciblage que nous appliquons au plus haut degré de précision possible pour nous assurer qu’il n’y a aucun dommage collatéral et que la frappe est exécutée sur une cible justifiable et militaire. Le tout se fait selon les lois conventionnelles et selon les Conventions de Genève.     

Question: Mais la semaine dernière c’était plus clair lors des breffages techniques que justement il n’y en avait pas de civils. Là aujourd’hui vous n’êtes pas capable d’affirmer ça. Il faut en déduire qu’il y a des morts civils.

Capv Forget: Si je vous comprends vous voulez savoir s’il y a des morts civils et je peux vous assurer que les deux dernières cibles que nous avons frappées, un c’était le gros équipement, l’autre était une pièce d’artillerie. Donc c’était assez simple de pouvoir vous confirmer ça. 

Maintenant que nous avons attaqué des édifices qui sont confirmés qui produisaient des IED ainsi que cet édifice-là on ne peut pas garantir rien, mais on peut vous assurer que le processus est fait avec rigueur.

Question: Pouvez-vous me dire combien de fois des pilotes canadiens ont abandonné une attaque, mis fin à une attaque parce que le risque de tuer des civils était trop élevé?

Capv Forget: Je n’ai pas d’information en ce sens.

Question: Je ne pose cette question que parce que je vois que les Australiens, lors de leurs breffages, donnent cette information à leurs médias.

Capv Forget: Nous soumettrons cette question au Bureau de relations avec les médias (BRM) et verrons la réponse que nous obtenons. Je n’ai aucune donnée me permettant de répondre à cette question.

Modérateur:  Je vous remercie beaucoup, Mesdames et Messieurs. Voilà qui met fin à notre séance. D’autres mises à jour ou images sont disponibles à l’adresse www.forcesimages.ca et des mises à jour régulières sont aussi accessibles par l’entremise de forces.gc.ca, sous la rubrique de l’opération Impact. Je vous remercie.

Date de modification :