Récit des FAC | De copilote de Cessna 172 aux côtés de papa à pilote de Snowbird CT-114 Tutor

Vidéo / Le 4 mai 2018

Transcription

Pour moi l’aviation ç’a commencé très jeune, mes parents sont tous deux pilotes. J’ai des souvenirs d’enfance que j’étais... je volais, j’avais cinq ans. Mes parents, mon père était à ma gauche, moi j’étais à droite. Je voyais ici, et je ne voyais pas dehors, mais j’avais les contrôles, je tenais le... puis je... ma mère appelait ça, je faisais de la houle, fait que tout ce que je faisais c’était up and down, puis... Mais c’est comme ça que ç’a commencé vraiment...

Je suis Capitaine Sarah Dallaire, Snowbird 2 avec l’équipe de démonstration des Snowbirds.

J’ai joint les Cadets quand j’avais 12 ans, et puis j’ai continué avec les Forces quand j’avais, j’ai commencé à appliquer j’avais 16 ans, je suis rentrée à 17, puis... à ce point-là ça s’est mis à dérouler. Alors c’est ça, moi les Forces, elles m’ont vraiment parti de zéro à devenir un pilote de Snowbird, je devrais dire. Mais, j’avais la chance dans les Cadets de le faire, mais j’ai choisi de faire de la motocross ces étés-là.

La motocross, ç’a été, c’est mon plus... c’est mon plus grand sport, j’adore ça, c'est, ça l’a vraiment développé beaucoup de choses, non seulement les préparations mentales qui étaient requises, mais aussi de... de gérer le danger, dans le fond... parce que c’est quand même dangereux, si je ne veux pas me faire mal chaque fois que je sors mon motocross j’avais besoin de vraiment penser à ce que j’allais faire. Je veux toujours faire meilleur (mieux) que j’ai fait la fois d’avant. Je suis comme ça, je veux vraiment, vraiment faire le mieux de moi-même et, c’est comme ça que j’apprends le plus.

Le meilleur moment à date dans ma carrière je dirais que c’est vraiment quand j’ai été sélectionnée pour les Snowbirds. À ce moment-là Maryse était présente. Maryse Carmichael était la première femme, ça m’a complètement inspiré. Elle a mis une petite flamme dans mon cœur, que j’ai toujours gardée et j’ai toujours progressé vers ce but. Après un deux semaines intenses de vols, avec l’équipe, j’ai eu la réponse que c’était un oui pour la position numéro deux, et Maryse était là pour m’accueillir les bras ouverts et c’était vraiment, vraiment un grand moment pour nous, parce que je... j’ai pensé à quand j’étais jeune et je l’avais vue et là maintenant elle était avec moi, pour célébrer ce moment-là avec moi, c’était vraiment incroyable.

Pour moi, être une femme dans les Forces, n’a jamais rien changé. Comme j’étais en motocross, la plupart dans mon temps, j’ai commencé j’avais 14 ans, il n’y avait pas beaucoup de femmes. Mais je vais embarquer sur ma moto, je vais essayer de « clencher » n’importe qui, que ce soit une femme ou un homme, je veux faire aussi bien et au meilleur que ce que je suis capable de faire, donc ça... c’est... dans les Forces c’est un peu la même chose, s’il y en a qui l’ont fait avant moi, je suis capable. La seule chose que je pourrais dire c’est que c’est vraiment important pour moi d’avoir vu Maryse parce que ça m’a comme tout le temps gardé, en tête dans les moments difficiles : « Wow! C’est vraiment possible, j’ai juste besoin de détermination, puis de continuer. »

Date de modification :