Sensibilisation à la stigmatisation liée à la santé mentale

Vidéo / Le 31 mars 2014

Transcription

Guy Lafleur

Bonjour, je suis Guy Lafleur.

Je suis très fier des femmes et hommes des Forces armées canadiennes, actuels et anciens, et du travail qu’ils accomplissent pour protéger le  Canada, tant au pays qu’à l’étranger.

De nombreux Canadiens sont aux prises avec des problèmes de santé mentale, mais les militaires des Forces canadiennes sont plus vulnérables à cet égard en raison de la nature de leur travail.

Beaucoup d’idées fausses circulent au sujet de la maladie mentale. Les préjugés doivent cesser.

Il ne s’agit pas d’une faiblesse, d’un défaut de caractère ou de quelque chose qu’on peut simplement endurer sans en faire de cas.

Comme pour toute autre maladie ou blessure, la maladie mentale nécessite des traitements et on peut en guérir.

Chaque jour, avec des soins, de l’aide et du soutien, des gens atteints de maladies mentales se rétablissent.

Si vous souffrez de quelque chose, même si vous ne savez pas trop de quoi il s’agit au juste, je vous lance un appel : allez chercher l’aide à laquelle vous avez droit.

Si vous connaissez quelqu’un qui est en difficulté, encouragez cette personne à aller chercher l’aide à laquelle elle a droit. 

Le système de soins de santé militaire est là pour aider les militaires comme vous. Si vous êtes un vétéran, vous avez aussi droit à des services et à des avantages sociaux. Mais personne ne peut vous aider si vous ne faites pas les premiers pas.

Ne souffrez pas en silence. L’aide est là, à portée de main.  

Faites‑le pour vous‑même ou pour votre famille, faites‑le pour combattre les préjugés qui empêchent d’autres personnes de demander de l’aide.

Faites‑le pour tous les Canadiens. Faites‑le pour que nous n’entendions plus jamais dire que nos fils et nos filles sont en proie à une détresse qui les conduit parfois à se faire du mal à eux‑mêmes.

Nous avons besoin de vous pour nous protéger et nous défendre. Pour ce faire, vous devez être en santé. Vous êtes notre première ligne, et nous nous tenons fièrement derrière vous avec admiration et respect.

PM 2 Kevin Ablett

Mon aventure en santé mentale a commencé quand j’ai remarqué des choses pas normales que je pouvais pas expliquer.

M 2 Kerry Houghton

Je me suis sentie comme si j’étais une bonne actrice : je continuais à sourire à tout le monde, mais en dedans, j’étais pas heureuse.

Maj Alexandre Dubois

Oui, les deux reprises où ce que j’ai consulté eh… la première fois, c’était un problème avec ma conjointe, une séparation avec ma conjointe au retour d’une mission en Bosnie, et la deuxième fois, c’est plus récemment, c’est un problème que j’ai eu avec mon père.

M 2 Rhonda Guthrie-TaftJe me sentais pas moi-même. Je pleurais presque tout le temps, je voulais jamais sortir de la maison, je mangeais pas.

Capc Simon Nadeau

Au début, j’ai commencé à demander de l’aide parce que je me suis divorcé avec ma femme.

Vam Mark Norman

Je me battais avec une incapacité à surmonter mon problème tout seul.

Adjum Dominic Chenard

Environ trois mois après être revenu d’Afghanistan, ma femme m’a dit : « Écoute, t’as besoin d’aide. »

PM 2 Kevin Ablett

…comme je pouvais pas expliquer ce que j’avais, j’ai dû aller consulter.

Capt Kim Miller

Tsé, on m’a toujours appelée G.I. Jane. Tsé, j’étais toujours go, go, go, je pouvais tout faire, personne savait vraiment ce que je vivais en dedans.

M 2 Kerry Houghton

Fiou! J’avais peur de plus être la femme forte. J’avais vraiment peur de ça.

Capt Kim Miller

J’avais peur. Ça m’a pris 8 ans avant de demander de l’aide.

Adjum Dominic Chenard

On a cette peur que quelque chose arrive, alors beaucoup de gars diraient Ah! y a pas de solutions, Ah! pas de problème. À un moment donné, y faut que t’ailles chercher de l’aide parce que sinon, le monde risque de s’écrouler autour de toi.

Sergent Lynne Gagnon

Y a pas de honte à avoir dans les maladies mentales, ça prend une force de caractère pour aller chercher de l’aide pis y faut être fort, faut pas attendre, parce que plus on attend, pire ça va être, plus difficile ça va être.

M 2 Kerry Houghton

En fait, c’est très courageux d’y aller et de dire « J’ai besoin d’aide. »

Maj Alexandre Dubois

Ouin, peut-être mes problèmes sont pas assez importants pour que j’aille consulter ou eh, ou eh… ah! tsé, bon, les services de santé mentale, c’est vraiment pour les gens qui ont déjà eu des problèmes en mission, mais, d’un autre côté je me suis dit, les services sont là, y a des gens là-bas qui peuvent m’aider.

Capt Kim Miller

Le système médical était extraordinaire! C’était incroyable. Ma chaîne de commandement était extraordinaire. Tsé, aucun jugement.

M 2 Rhonda Guthrie-Taft

Les choses ont empiré, j’étais toujours pas capable de dormir, alors j’ai appelé le PAMFC, le Programme d’aide aux membres des Forces canadiennes.

Capc Simon Nadeau

Moi j'ai utilisé le numéro 1-800, la ligne militaire qui nous aide.

Adjum Dominic Chenard

Ben, honnêtement, il était comme un ami. J’étais pas là, assis sur un divan, à lui raconter mes histoires ou des trucs du genre. C’était plus une conversation, comme maintenant.

PM 2 Kevin Ablett

Elle attendait de voir ce que j’avais à dire. C’était pas inventé, elle disait : « Je sais pas, j’ai pas de dossier, je veux juste que tu me dises ce que tu penses qui se passe, et on va partir de là. »

Adjum Dominic Chenard

Il m’a fait sentir chez moi, il m’a fait sentir un peu en sécurité, capable de parler et de m’ouvrir.

Sergent Lynne Gagnon

Tous les spécialistes, psychiatres, psychologues, médecins qui te donnent un suivi extraordinaire, qui font, y te suivent, y te, y font sûr que tu vas à tes rendez-vous, y font sûr que t’es bien, on t’appelle chez toi. Écoute, je connais pas un autre travail qui ferait ça pour toi.      

M 2 Kerry Houghton

Oui, je fais confiance à ma thérapeute à 100 %. Les seules fois où elle argumentait avec moi, c’était quand je lui donnais la permission.

Capc Simon Nadeau

J’ai consulté eh… mon thérapeute, et c’était 100 % confidentiel.

Vam Mark Norman

Le système a fait exactement ce que tu voudrais qu’il fasse, protéger mon souhait que tout reste privé et confidentiel.

Capt Kim Miller

Aller chercher de l’aide a été la meilleure décision que j’ai jamais prise, parce que je veux dire, aujourd’hui, j’ suis plus forte que je l’ai jamais été, mon mari me dit : « J’ai retrouvé ma femme. », mes enfants disent : « On a retrouvé notre maman. »

Sergent Lynne Gagnon

C’est comme avoir une jambe cassée finalement. Écoute, si t’as une jambe cassée, tu vas aller voir le médecin, si y a quelque chose qui va pas bien dans ta tête, t’as besoin d’aide. J’ai jamais eu de réaction négative de la part de personne.

M 2 Kerry Houghton

Si y a quoi que ce soit, ton patron est comme ok, ben, il fait quelque chose. Il va se faire aider, il va être un bon marin. Pourvu qu’il soit correct.

Sergent Lynne Gagnon

Mon patron a été magnifique, y m’a supportée, y m’a laissé aller à mes rendez-vous médicaux, parce que au début c’était quand même nombreux, pis nous on avait des horaires assez spéciaux, on n’a pas des horaires de 8 à 4 au travail.

Vam Mark Norman

J’ai eu quatre promotions après la première fois où j’ai été chercher de l’aide, et j’ai ma famille qui est là pour moi, et j’suis encore là.

Adjum Dominic ChenardÇa n’a pas nui à ma carrière, en fait, pour être honnête, je pense que ça a aidé, parce qu’après avoir été chercher l’aide, j’étais capable de parler à des jeunes soldats qui avaient des problèmes et j’étais capable de leur dire « Écoute, voici ce que j’ai vécu. »

Maj Alexandre Dubois

Là, je pense que c’t’important pour moi de, d’aller de l’avant pis de dire non, y a pas de problème, consultez, les services sont là pour nous pis eh…

M 2 Rhonda Guthrie-Taft

Si je voyais quelqu’un juste devant moi qui avait les mêmes symptômes que moi j’avais, je lui demanderais tout de suite s’il a besoin d’aide et j’essaierais juste de le faire se sentir en sécurité.

Capt Kim Miller

Si quelqu’un quelque part souffre, définitivement, n’attendez pas. S’il y a une chose que je referais, ce serait de demander de l’aide beaucoup plus tôt.

Maj Alexandre Dubois

Allez consulter tôt, avant qu’un problème devienne gros, quand vous commencez à penser que peut-être, que je pourrais peut-être aller déranger un travailleur social pour qui… ben, allez consulter.

Vam Mark Norman

Prenez le téléphone. Allez voir quelqu’un, parlez à quelqu’un. C’est correct d’être dépassé. C’est correct de ne pas savoir quoi faire. C’est correct de lutter.

PM 2 Kevin Ablett

Vous devez penser à ce que vous devez faire, à ce qui est mieux pour vous et votre famille. Vous aurez une longue vie. Profitez-en!

Date de modification :