ARCHIVÉE - Vols du Global Hawk au-dessus du Canada en l'an 2000

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Documentation / Le 9 décembre 1999 / Numéro de projet : BG-99.097

Sous les auspices du programme de coopération technique (PCT), la Direction de la recherche et du développement pour la Défense (DRDD) au MDN, de concert avec les forces aériennes des États-Unis (USAF), planifie actuellement quatre vols du concept avancé de démonstrateur de drone Global Hawk dans l’espace aérien du Canada, en l’an 2000. Deux missions de deux vols chacune sont prévues. La première mission aura lieu en janvier et la deuxième, en mars.

 

Global Hawk

Le Global Hawk est un drone d’endurance à haute altitude fabriqué par la société américaine Northrop Grumman. Le Global Hawk vole sans pilote et se sert d’ordinateurs de bord pour décoller et atterrir automatiquement et pour gérer tous les sous-systèmes pendant la mission. Il parcourt des distances énormes et peut voler sans arrêt partout dans le monde, en communiquant par satellite avec le pilote au sol.

Volant à une altitude supérieure à 17 km, le Global Hawk a un rayon d’action de 26 000 kilomètres et une autonomie de 41 heures. Sa taille est celle d’un jet d’affaires, et il peut transporter une tonne de technologie de traitement d’images : radar à haute résolution, capteurs optiques visibles à l’œil nu et à infrarouge et un système de communications et de navigation par satellite. Grâce à cette technologie avancée, le Global Hawk peut distinguer des cibles d’une résolution d’un pied jusqu’à 200 km.

Le Global Hawk est conçu de façon à fournir aux décisionnaires des images du renseignement en temps quasi réel du haut des airs et pendant de longues périodes. À chacun des vols, il peut couvrir une surface à peu près comparable à celle des provinces Maritimes (ou environ 140 000 km2) et transmettre des images radar, infrarouges et visibles à l’œil nu à un commandant au sol. Les commandants sont donc en mesure d’observer de grandes surfaces, de choisir des secteurs d’intérêt et d’effectuer un gros plan des cibles déterminées pour mieux se situer.

Le Global Hawk est un avion militaire immatriculé aux États-Unis qui est autorisé à voler à haute altitude dans certains espaces aériens civils. Il a déjà effectué de nombreux tests en vol depuis la base des forces aériennes d’Edwards en Californie; au cours de ces missions, il a survolé de vastes étendues de l’Ouest américain et certaines parties de l’Alaska, et a rassemblé des centaines d’images SAR, électro-optiques et infrarouges. De plus, l’Australie a annoncé en mars 1999 qu’elle participerait au programme de développement et d’évaluation international du Global Hawk, sous la tutelle des États-Unis, ayant reconnu le potentiel du Golden Hawk pour ce qui est de surveiller son territoire et ses abords maritimes.

 

Survols canadiens

La plupart des forces de défense modernes se servent de drones, tout comme de nombreux alliés du Canada. Par suite de l’offre de l’USAF d’effectuer des tests conjoints du Golden Hawk en marge du PCT, le MDN pourra étudier la possibilité d’affecter les drones à de futures applications canadiennes militaires et civiles, au coût de 200 000 $ seulement. Ce premier essai donnera au MDN une meilleure connaissance des forces et lacunes des drones sur le plan technique.

Le MDN a l’intention d’installer une station de communication au sol et de gestion des liaisons de données à Ottawa pour s’occuper des vols. Bien que le but premier du vol initial soit d’en faire un exercice technique visant à assurer le bon fonctionnement de tous les systèmes, on fera grand cas des images provenant des trois vols subséquents aussi bien au MDN que dans les autres ministères.

Plus particulièrement, les vols visent à permettre au MDN :

  • d’obtenir une expérience directe de la technologie avancée comprise dans les drones d’endurance à haute altitude;
  • d’examiner les questions de coordination et d’interopérabilité touchant d’autres biens nationaux;
  • de formuler les enjeux liés à la gestion coalisée de l’espace aérien;
  • de promouvoir la technologie au sein du MDN et des autres ministères.

Or, le Global Hawk pourrait aussi produire des images pour de nombreuses applications civiles. Ainsi, une étude récente menée pour l’Agence spatiale canadienne révélait que les drones comportaient plus de 30 applications civiles, y compris la défense côtière, le contrôle de la pollution, la gestion des opérations en cas de catastrophe, la recherche et le sauvetage, l’aménagement des forêts, ainsi que la surveillance des glaces et la surveillance météorologique.

Date de modification :