Opération NANOOK

L’Opération NANOOK a lieu chaque année depuis 2007 au Yukon, aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut, ce qui en fait la plus grande présence militaire dans le Nord du Canada.

Le Canada est une nation de l’Arctique. Il détient tous les droits et a plein pouvoir sur les Territoires du Nord. Les Forces armées canadiennes (FAC) jouent un rôle clé. Elles assurent la souveraineté du Canada et défendent le pays contre les menaces dans la région. Elles collaborent également avec d’autres organismes pour résoudre les problèmes de sécurité et les enjeux environnementaux dans la région.

Les FAC collaborent avec des partenaires militaires et des partenaires de sécurité internationaux dans le cadre de l’Op NANOOK. Ils se rencontrent une fois par année dans l’Arctique pour s’entraîner et travailler ensemble. L’opération nécessite aussi la participation d’autres ministères et organismes canadiens ainsi que d’autres forces armées alliées. Ensemble, ils s’entraînent pour faire face aux menaces à la sécurité et à l’environnement.

L’opération NANOOK 2017

L’opération NANOOK 2017 se déroule du 14 au 25 août 2017 au Labrador et au Nunavut. Près de 900 membres des FAC et membres du personnel civils et prendront part.

L`opération NANOOK 2017 comprendra deux parties :

  1. Rankin Inlet, Nunavut – La Force opérationnelle interarmées (Nord) se concentrera sur la pleine gamme d’activités d’intervention en cas de crise et de gestion des conséquences découlant d’une situation d’urgence dans une communauté isolée et nécessitant l’aide de plusieurs paliers du gouvernement et de partenaires, y compris les Forces armées canadiennes.
     
  2. Labrador – La Force opérationnelle interarmées (Atlantique) dirigera une réponse à un scénario de sécurité. Des membres des FAC et d’autres ministères et organismes gouvernementaux seront impliqués.

Il s’agit de la dixième édition de l’opération NANOOK.

Unités participantes

Les membres des FAC participants proviennent des unités suivantes :

  • 38e Groupe-brigade du Canada (38 GBC)
  • 37e Groupe-brigade du Canada (37 GBC)
  • 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens
  • 5e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens
  • 3e Régiment de la Police militaire
  • 1re Ambulance de campagne
  • 17e Escadre Ambulance de campagne
  • 15e Ambulance de campagne
  • 25e Ambulance de campagne
  • 11e Ambulance de campagne (Victoria)
  • 16e Ambulance de campagne
  • 1er Quartier-générale des Groupe des services de santé
  • 1er Régiment du génie
  • 17 Military Police Flight
  • Quartier général du Groupe de soutien opérationnel interarmées des Forces canadiennes
  • Régiment des transmissions interarmées des Forces canadiennes
  • 3e Unité de soutien du Canada
  • 4e Unité de contrôle des mouvements des Forces canadiennes
  • 1er Bataillon des services
  • Base des Forces canadiennes Gander
  • Base des Forces canadiennes Greenwood
  • 3e Escadron
  • Recherche et développement pour la défense Canada
  • Quartier général de la 1re Division aérienne du Canada
  • 14e Escadre Greenwood
  • 430e Escadron tactique d’hélicoptères
  • 436e Escadron de transport
  • 2e Escadron des mouvements aériens
  • 450e Escadron tactique d’hélicoptères
  • 444e Escadron de soutien au combat
  • 405e Escadron de patrouille maritime (CP-140 Aurora), 14e Escadre Greenwood
  • 429e Escadron de transport (CC-177 Globemaster III), 8e Escadre Trenton
  • 435e Escadron de transport et de sauvetage (CC-130 Hercules), 17e Escadre Winnipeg
  • 425e Escadron d'appui tactique (CF-18 Hornet), 3e Escadre Bagotville
  • 440e Escadron de transport (CC-138 Twin Otter), Yellowknife
  • 4 General Service Regiment, Gagetown
  • 22e Escadre - Secteur de la défense aérienne du Canada (North Bay) (NORAD)
  • Air Component Command Element Atlantic (ACCE(A))
  • 437e Escadron de transport (CC-150 Polaris)
  • 3e Compagnie du renseignement

 

Participation internationale:

  • Contrôleurs de movement de la Royal Logistics Corps du Royaume-Uni.
Transport

Les FAC ont envoyé les navires et les aéronefs suivants :

  • NCSM Montréal,
  • NCSM Goose Bay
  • NCSM Griffon
  • NCSM Brunswicker
  • NCSM Calgary
  • Avions de combat CF-188 Hornet
  • Hélicoptère de transport tactique CH-146 Griffon
  • Hélicoptères de transport moyen à lourd CH-147 Chinook
  • Aéronefs de patrouille à long rayon d’action CP-140 Aurora
  • Aéronefs à fret sur palette CC-130 Hercules
  • Aéronefs à fret sur palette CC-177 Globemaster III
  • Aéronefs à fret sur palette CC-150 Polaris

Véhicule sur terre

  • véhicules tout-terrain
Quartiers générales (à distance)
  • Commandement des opérations interarmées du Canada, Ottawa
  • Quartier général de la Force opérationnelle interarmées (Atlantique), Halifax
  • Commandant de la composante aérienne de la force interarmées, 1re Division aérienne du Canada, Winnipeg
Partenaires

Partenaires gouvernementaux

  • Gendarmerie Royale canadienne
  • Environnement et Changement climatique Canada
  • Affaires mondiales Canada
  • Affaires autochtones et du Nord Canada
  • Parcs Canada
  • Agence de la santé publique du Canada
  • Sécurité publique Canada
  • Service Canada
  • Transports Canada
  • Gouvernement du Nunavut
  • Gouvernement Nunatsiavut

Autres partenaires:

  • Région canadienne du NORAD
  • La Croix Rouge
  • Région Kivalliq
  • L`association Inuit Kivalliq
  • Gestion des urgences du Nunavut
  • Société minière Agnico Eagle Melandine
  • Nation Innu
  • Société minière Vale (Voisey’s Bay)
  • les communautés de Goose Bay, de Natuashish, de Sheshatshui et de Nain.

Objectifs

Les objectifs de l’Op NANOOK sont les suivants :

  • assurer la souveraineté du Canada dans l’Extrême-Nord;
  • améliorer la façon dont les militaires canadiens travaillent dans des conditions arctiques;
  • améliorer la collaboration lors des opérations pangouvernementales;  
  • collaborer avec les partenaires de mission pour trouver la meilleure façon de faire face aux problèmes de sécurité dans le Nord.

La force opérationnelle

Le nombre et la composition des membres affectés à l’Op Nanook varient d’année en année, selon les activités et les exercices planifiés. Toutefois, le 1er Groupe de patrouille des Rangers et le 440e Escadron de transport « vampire » y participent chaque année.

Les membres des FAC participant à l’Op NANOOK servent aux côtés de partenaires militaires alliés d’année en année. Les ministères et organismes fédéraux du Canada, ainsi que les gouvernements provinciaux, territoriaux et municipaux prennent aussi part à l’opération. Ils s’entraînent ensemble pour faire face aux menaces à la sécurité et à l’environnement.

Importance à l’échelle mondiale

L’Arctique a d’importantes réserves de combustibles fossiles. Il y a également d’importants dépôts de minéraux, y compris de l’or et des diamants, ce qui attire de plus en plus l’attention des Canadiens et des autres pays. En outre, les changements climatiques font graduellement fondre la calotte glacière arctique, ce qui signifie que les eaux arctiques sont plus faciles à naviguer chaque année et de plus en plus de navires entrent dans la région. Le trafic aérien dans le Nord augmente également. En 2003, il y avait moins de mille vols sur les routes polaires en espace aérien canadien. En 2010, ce nombre s’élevait à 10 000.

L’augmentation du trafic maritime et aérien, ainsi que le nouvel intérêt manifesté pour les combustibles fossiles et les minéraux engendrent de nouvelles menaces. Les risques incluent des défis de souveraineté, des problèmes environnementaux et des demandes de recherche et sauvetage. Le crime est également une préoccupation, particulièrement le passage clandestin de personnes ou de marchandises entrant dans le pays.

Déploiements antérieurs

2016

Opération NANOOK 2016

Environ 850 membres militaires et civils canadiens ont participé à l’opération NANOOK 2016, du 21 août au 2 septembre 2016. L’opération a eu lieu dans la région de Whitehorse et de Haines Junction, au Yukon, ainsi qu’à Rankin Inlet, au Nunavut. Les forces armées canadiennes ont déployé des éléments terrestres, maritimes, et aériens ainsi que des militaires responsables du commandement, de l’état-major et du soutien. Des civils appartenant à plusieurs organismes fédéraux et territoriaux au Yukon ont également participé à l’opération.

L’Op NANOOK 2016 comprenait deux scénarios : un scénario impliquant une réponse pangouvernementale à un séisme simulé, et un scénario portant sur la sécurité de l’arctique. Les scénarios impliquaient des patrouilles militaires, des cherches et sauvetage et des exercices de combat simulées. Les FAC ont pu ainsi mettre en valeur leur capacité à travailler dans le Nord avec leurs partenaires, ce qui est nécessaire dans le cas d’une véritable urgence.

2015

Opération NANOOK 2015

L’opération NANOOK 2015 a été basée à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, du 16 au 30 août 2015.  Environ 650 membres du personnel militaire y ont pris part.

L’op NANOOK 2015 est un effort pangouvernemental centré sur la sûreté et la sécurité ainsi que la défense du Nord canadien. L’opération sert à améliorer la collaboration entre les FAC et les autres ministères et agences ainsi qu’à renforcer les relations avec les autorités locales, les Autochtones et les partenaires internationaux.

D’autres pays ont contribué au succès de NANOOK 2015. Les États-Unis ont participé aux exercices d’entraînement et le Royaume-Uni et la France ont envoyé des observateurs.   

Des membres des FAC des unités maritime, terrestre et aérienne ont participé à NANOOK 2015.  Les FAC ont également appuyé les ministères et organismes gouvernementaux. Les scénarios opérationnels incluaient un déversement de pétrole et la gestion des conséquences, ainsi que des  scénarios de sûreté et de sécurité lors d’événements d’entraînement sur la sécurité dans cinq communautés nordiques. Ces scénarios ont été mis sur pied pour deux raisons. La première était pour exercer la souveraineté du Canada dans le Nord et la deuxième pour mettre en pratique les mesures d’intervention locales, régionales et nationales des FAC en cas d’urgence.

L’opération NANOOK confirme que les Forces armées canadiennes peuvent bien travailler dans  l’Arctique. Les activités entreprises démontrent aussi que le Canada appuie les interventions de ses partenaires de mission en matière de sécurité dans le Nord.

2014

Opération NANOOK 2014

L’opération NANOOK 2014 s’est déroulée dans la région de l’île de Baffin, au Nunavut, du 20 au 29 août 2014. Plus de 800 personnes ont participé, notamment des membres de tous les services des FAC ainsi que des gouvernements fédéral et territorial. La marine royale danoise a envoyé un navire et la United States Navy a envoyé un aéronef de surveillance.

NANOOK 2014 était composée de divers scénarios d’entraînement et avait pour but d’assurer une présence visible dans le Nord. L’opération démontrait la capacité du Canada à répondre aux incidents de sécurité dans cette région. Il y avait deux aspects principaux : la capacité de recherche et sauvetage (SAR) et la capacité des FAC à soutenir les autres ministères dans des endroits éloignés du Nord.

Les deux scénarios se sont déroulés au large de l’île de Baffin, dans le détroit de Davis et dans la baie York. Il s’agissait de simulations démontrant la capacité des participants à travailler ensemble efficacement.

  • Un exercice de SAR (SAREX) s’est déroulé du 20 au 23 août dans le détroit de Davis. I comprenait une simulation de bateau de pêche en détresse. Le centre conjoint de coordination de sauvetage (JRCC) Halifax a dirigé l’opération visant à trouver le bateau et les survivants. Il était soutenu par le NCSM Shawinigan, le HDMS Triton et le Navire de la Garde côtière canadienne Henry Larsen, ainsi que par les aéronefs afférents.
  • Du 25 au 29 août, des membres des Forces armées canadiennes ont répondu à l’échouement simulé, pour des raisons mécaniques, d’un navire de croisière comptant 50 passagers dans la baie York. Les FAC ont déployé une trousse de catastrophe aérienne (CATAIR) et ont travaillé avec d’autres ministères pour répondre à cette crise.
2013

Opération NANOOK 2013

L’opération NANOOK 2013 avait trois objectifs. Le premier était de soutenir des scénarios de gestion des urgences, le second était d’intervenir face à des menaces envers la sécurité publique et le troisième était d’aider les organisations de maintien de l’ordre. L’opération a eu lieu du 2 au 23 août.

L’opération comprenait quatre scénarios se déroulant dans quatre régions géographiques distinctes du Nord canadien :

  • à Whitehorse, des membres des FAC ont offert des secours terrestres et aériens au gouvernement du Yukon à la suite d’un incendie de forêt d’envergure national qui a mis en danger la ville de Whitehorse;
  • Environnement Canada a demandé de l’aide des FAC sur l’île Cornwallis, au Nunavut, à la suite de rapports faisant état d’activités de braconnage soupçonnées dans la région;
  • sur l’île Resolution, les FAC, en collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada, ont aidé à enquêter sur des activités suspectes simulées;
  • sur l’île King William, les Rangers canadiens ont effectué des patrouilles simulées dans le passage du Nord-Ouest. Le but était de faire état des activités s’y déroulant.
2012

Opération NANOOK 2012

L’opération NANOOK 2012 a eu lieu du 1er au 26 août 2012. Elle a permis de démontrer les capacités du Canada dans l’Arctique dans deux régions fort éloignées l’une de l’autre. La première région était Inuvik et Tsiigehtchic, dans les Territoires du Nord-Ouest, dans l’Arctique de l’Ouest. La deuxième région était le détroit d’Hudson, la baie d’Hudson et son littoral.

Dans les deux endroits, les membres des FAC ont pris part à des scénarios.  Dans le scénario Ouest, les forces aériennes et terrestres ont travaillé avec la GRC et d’autres partenaires pangouvernementaux. Le scénario impliquait un incident de sécurité simulé. Dans le scénario Est, la GRC a dirigé une intervention pangouvernementale en réponse à un « navire d’intérêt » simulé. Le scénario comprenait une demande d’aide militaire. Les deux scénarios mettaient l’accent sur les principaux secteurs d’intervention des Forces canadienne chez nous : protéger le pays, décourager les menaces à la sécurité du Canada et répondre aux urgences partout sur notre territoire.

Parmi les participants internationaux à l’opération NANOOK 2012, citons :

  • un navire de guerre de la Marine royale danoise;
  • un navire de la U.S. Coast Guard;
  • des observateurs du Royaume-Uni et des États-Unis.

L’opération NANOOK 2012 a pu compter sur la participation de plus de 1 250 membres provenant de :

  • la Marine royale canadienne;
  • l’Armée canadienne (y compris les Rangers canadiens);
  • l’Aviation royale canadienne;
  • le Commandement des forces d’opérations spéciales du Canada.
2011

Opération NANOOK 2011

L’opération NANOOK 2011 s’est déroulée du 4 août au 1er septembre 2011. Elle devait se dérouler en deux phases. La première était menée en collaboration avec nos partenaires américains et danois. Elle comprenait des patrouilles de souveraineté et de présence sur l’île Cornwallis, dans le détroit de Davis, dans la baie de Baffin et dans le détroit de Lancaster. Cette phase comprenait également le premier déploiement d’un véhicule aérien sans pilote (UAV, d’après l’anglais unmanned aerial vehicle) dans le Haut-Arctique.

La seconde phase, un exercice employant un scénario de catastrophe aérienne, a été annulée pour permettre aux forces engagées de répondre à une véritable crise. Le 21 août 2011, le vol 6560 de la First Air s’est écrasé près de Resolute Bay, au Nunavut. Les membres des Forces armées canadiennes affectés à l’opération NANOOK 2011 ont été les premiers sur les lieux et sont restés là pour aider les autorités fédérales, territoriales et municipales à mener les opérations de sauvetage et de récupération.

Près de 1 100 membres des FAC ont pris part à l’Op NANOOK 2011. Ils provenaient de :

  • la Marine royale canadienne;
  • l’Armée canadienne (y compris les Rangers canadiens);
  • l’Aviation royale canadienne;
  • le Commandement des forces d’opérations spéciales du Canada.

Il y avait également plus de 100 militaires de pays alliés.

2010

Opération NANOOK 2010

L’opération NANOOK 2010 a eu lieu du 6 au 26 août 2010 et s’est déroulée dans l’Arctique de l’Est et dans le Haut-Arctique. En plus des plus de 900 membres des Forces armées canadiennes, les participants comprenaient environ 600 membres de la Garde côtière canadienne, de la U.S. Navy, de la U.S. Coast Guard et de la Marine royale danoise. L’opération s’est conclue par un exercice pangouvernemental répondant à un déversement pétrochimique simulé dans la baie Resolute, au Nunavut.

2009

Opération NANOOK 2009

L’opération NANOOK 2009 a eu lieu du 6 au 28 août 2009 et s’est déroulée sur la côte Sud-Est de l’île de Baffin. Elle comprenait trois phases : des patrouilles de souveraineté, un exercice militaire se concentrant sur la lutte anti-sous-marine et un exercice pangouvernemental auquel ont participé plus de quinze ministères et agences.

2008

Opération NANOOK 2008

L’opération NANOOK 2008 a eu lieu du 16 au 26 août 2008 et s’est déroulée autour de trois communautés sur l’île de Baffin : Iqaluit, Kimmirut et Pangnirtung, dans le Nunavut. L’opération NANOOK 2008 comprenait des scénarios d’urgences maritimes, y compris l’évacuation d’un navire en détresse et un déversement de pétrole.

2007

Opération NANOOK 2007

L’opération NANOOK 2007 a eu lieu du 7 au 17 août 2007 et s’est déroulée sur l’île de Baffin près d’Iqaluit et de Kimmirut, au Nunavut. Elle comprenait des scénarios d’interception de drogues et de déversement de pétrole impliquant environ 650 membres des Forces armées canadiennes, deux navires, un sous-marin et quatre types d’aéronefs.

Date de modification :