Opération Nunalivut

L’opération Nunalivut est une opération de souveraineté menée chaque année dans le Nord canadien depuis 2007. Elle donne l’occasion aux FAC :

  • de faire valoir la souveraineté du Canada sur ses régions les plus septentrionales;
  • de démontrer la capacité d’opérer dans l’environnement hivernal difficile dans des régions reculées du Haut-Arctique;
  • d’augmenter sa capacité de répondre à toute situation dans le Nord du Canada.

Elle permet également aux Forces armées canadiennes de fournir un soutien significatif aux recherches scientifiques dans l’Arctique et de démontrer son interopérabilité dans le Haut-Arctique avec nos alliés militaires et les autres institutions du gouvernement canadien.

La force opérationnelle

La Force opérationnelle Nunalivut compte des membres du personnel et des ressources provenant de partout au Canada et appartenant à tous les principaux responsables de mise sur pied de forces des Forces canadiennes :

  • la Marine royale canadienne (MRC);
  • l’Armée canadienne; et
  • l’Aviation royale canadienne (ARC).

La taille et la composition des forces déployées dans le cadre de l’opération Nunalivut varient d’année en année selon les activités et les exercices prévus, mais les organisations suivantes en font toujours partie :

  • Le 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens, une formation de réserve de l’Armée canadienne dont le quartier général est situé à Yellowknife et qui compte 60 unités de patrouille réparties parmi les collectivités du Nord;
  • Le 440e Escadron de transport « Vampire », une unité de l’ARC basée à Yellowknife employant le CC138 Twin Otter, un aéronef de transport polyvalent conçu pour des décollages et des atterrissages courts et auquel il est possible d’attacher des skis.

L’opération Nunalivut est menée sous le commandement opérationnel du commandant du COIC et sous le contrôle opérationnel du quartier général de la Force opérationnelle interarmées (Nord) à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Les activités de l’opération Nunalivut impliquent également souvent des partenaires militaires internationaux ainsi que d’autres ministères et organismes fédéraux canadiens.

Contexte de la mission

Les Forces armées canadiennes dans le Nord

À titre de pays arctique, le Canada fait valoir régulièrement et entièrement ses droits souverains et sa compétence dans ses territoires septentrionaux. Les Forces armées canadiennes ont un rôle important à jouer dans l’entrave des défis envers la souveraineté, dans la défense du Canada contre les menaces dans la région et dans la protection de la population canadienne en soutenant les efforts pangouvernementaux visant à assurer des réponses immédiates à tout problème lié à la sécurité ou à l’environnement dans le Nord.

Les objectifs des FAC dans le Nord sont :

  • de faire valoir la souveraineté du Canada dans ses régions les plus septentrionales;
  • d’améliorer la capacité des Forces armées canadiennes d’opérer dans des conditions arctiques;
  • d’améliorer la coordination et la collaboration dans le cadre des opérations pangouvernementales;
  • de maintenir l’interopérabilité avec leurs partenaires de mission pour assurer l’efficacité maximale des interventions en cas de problème de sécurité dans le Nord.

La région

Le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes définissent le Nord comme la zone englobant :

  • la région subarctique, soit la partie du Canada située entre le 55e et le 60e parallèles;
  • la région arctique, soit la partie du Canada située au Nord du 60e parallèle ;
  • le Haut-Arctique, soit la partie de la région arctique située au Nord du cercle polaire arctique, soit à une latitude supérieure à 66,5 degrés Nord.

L’environnement global

Il est bien connu que l’Arctique contient de vastes réserves de carburant fossile et de minerais, notamment de l’or et des diamants, et est de plus en plus accessible en raison des changements climatiques. Cette région attire donc de plus en plus d’attention au Canada et à l’échelle internationale.

Comme les changements climatiques érodent graduellement la calotte glaciaire arctique, les eaux de l’archipel Arctique deviennent de plus en plus navigables chaque année et de plus en plus de navires entrent dans la région. La circulation aérienne dans le Nord augmente également. En effet, le nombre total annuel de vols empruntant des trajets polaires dans l’espace aérien canadien est passé de moins de 1 000 en 2003 à près de 10 000 en 2010.

L’augmentation de la circulation aérienne et maritime, ainsi que de l’exploitation des ressources naturelles dans le Nord, augmentent le risque de contestations de la souveraineté, de problèmes environnementaux, d’accidents nécessitant la tenue d’opérations de recherche et sauvetage et d’activités criminelles, particulièrement l’entrée illicite de personnes et de marchandises.

Déploiements antérieurs dans le cadre de l’opération Nunalivut

2016

2016

L’opération NUNALIVUT 2016 s’est déroulée du 1er au 22 avril 2016 dans la région de la baie Resolute et d’Alert, au Nunavut. L’opération comprenait plus de 230 membres des Forces armées canadiennes (FAC) provenant des quatre coins du Canada, y compris :

  • des militaires du 2e Bataillon du Royal Canadian Regiment et du Groupe-compagnie d’intervention dans l’Arctique de la 4e Division du Canada;
  • des Rangers canadiens du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens;
  • des plongeurs provenant de l’Unité de plongée de la flotte (Atlantique) de la Marine royale canadienne;
  • des aviateurs de l’Aviation royale canadienne, y compris du 440e Escadron des transports, basé à Yellowknife.

Les participants internationaux de l’Op NUNALIVUT 2016 comprenaient :

  • du personnel provenant du U.S. Air National Guard 109th Airlift Wing;
  • du personnel provenant de la Danish Sirius Patrol.

L’opération de trois semaines a donné la chance aux FAC :

  • d’exercer la souveraineté du Canada dans ses régions les plus au Nord;
  • de démontrer sa capacité d’opérer dans un environnement hivernal difficile, dans des régions éloignées du Haut-Arctique; 
  • d’améliorer sa capacté d’intervention lors de toute situation dans le Nord du Canada.

L’Op NU 2016 a aussi permis aux FAC de fournir du soutien efficace à la recherche scientifique dans l’Arctique et de démontrer l’interopérabilité avec des alliés militaires.

2015

2015

L’opération Nunalivut 2015 s’est déroulée du 1er au 22 avril. Elle était sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées (Nord) et plus de 200 membres du personnel de partout au Canada y ont participé, y compris :

  • des Rangers canadiens du 1er Groupe de patrouille des Rangers canadiens (1 GPRC) ;
  • des militaires du 3e Bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (3 PPCLI) ;
  • des plongeurs de la Marine Royale canadienne (MRC) provenant des flottes de l’Atlantique et du Pacifique ;
  • des membres de l’Aviation royale canadienne, notamment du 440e Escadron de transport, établi à Yellowknife ;
  • des membres du 109th Air Squadron de la United States Air National Guard.

L’Op Nunalivut 2015 s’est déroulée selon trois lignes d’opération distinctes : le 1 GPRC a effectué une patrouille de souveraineté dans la région de l’île Victoria et le 3 PPCLI a effectué deux patrouilles distinctes à l’Est de Cambridge Bay. Des opérations conjointes de plongée sous la glace impliquant des archéologues sous-marins de Parcs Canada et des plongeurs de la MRC ont  également effectuées sur la glace marine dans les environs du détroit de Gjoa Haven, au Nunavut. Celles-ci ont compris un effort archéologique conjoint à l’emplacement du HMS EREBUSTout au long de cette opération, des Rangers canadiens ont guidé et encadré les troupes méridionales et offert des services de contrôle des prédateurs aux éléments déployés.

2014

2014

L’Op Nunalivut 2014 s’est déroulée du 2 avril au 3 mai 2014 et a impliqué environ 250 membres des FAC, ainsi que des représentants de nos alliés internationaux :

  • le 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (1 GPRC);
  • le 1er Bataillon Royal 22e Régiment (1 R22eR), compagnie C (Valcartier, Québec) de l’Armée canadienne;
  • l’Unité de plongée de la Flotte (Atlantique) de la Marine royale canadienne;
  • la 109 Airlift Wing de l’État de New York;
  • le 440e Escadron de transport basé à Yellowknife.

L’opération s’est déroulée dans trois endroits distincts dans la région de Resolute Bay, au Nunavut. Le quartier général de la Force opérationnelle était situé à Resolute Bay, une compagnie réduite du 1 R22eR a effectué une patrouille sur l’île Bathurst, à environ 500 km au Nord-Ouest de Resolute Bay et l’équipe de plongeurs a mèné des opérations près de Gascoyne Inlet, au Nunavut, à environ 100 km à l’Est de Resolute Bay.

Les Rangers canadiens ont guidé et ont encadré les militaires du Sud et ont assuré le contrôle des prédateurs pour les éléments déployés. Tous les emplacements isolés étaient sous le commandement et le contrôle de l’élément du quartier général de la Force opérationnelle Nunalivut.

2013

2013

L’opération Nunalivut 2013 (du 2 au 30 avril 2013) a inclut 120 participants. L’opération était concentrée sur la démonstration de la projection de capacités par les Forces canadiennes dans le Haut-Arctique en hiver, ainsi que de leur capacité d’opérer dans le difficile environnement arctique et de répondre à toute situation dans le Nord canadien. Les membres des FAC ont effectué des patrouilles de reconnaissance et de surveillance sur la terre ferme, dans les airs et sur la glace sur une distance de 600 kilomètres, se rendant jusqu’à Mould Bay (Territoires du Nord-Ouest), à l’Ouest, et jusqu’à Isachsen (Nunavut), au Nord.

Environ 35 Rangers canadiens appartenant au 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens ont participé à l’opération. Ils ont effectué des patrouilles de présence entre Resolute Bay et Isachsen, au Nunavut, ainsi que sur l’île Devon, plus précisément à Griffon Inlet et à Gascoyne Inlet.

À l’aide de la capacité d’utilisation de skis du CC138 Twin Otter de l’Aviation royale canadienne, le 440e Escadron de transport a aidé au bon déroulement de l’exercice en fournissant du transport aérien tactique et du ravitaillement aux troupes sur la glace marine. Les missions de transport aérien et de ravitaillement comprenaient  le mouvement du carburant, des vivres, de l’équipement et du personnel dans tout le théâtre d’opérations, ce qui comprend l’atterrissage sur la glace marine arctique.

2012

2012

L’opération Nunalivut 2012 (du 10 avril au 1er mai 2012) a été menée sur l’île Cornwallis et sur l’île Devon par une force opérationnelle composée d’environ 150 membres des Forces armées canadiennes, dont environ 50 Rangers canadiens. Elle comprenait des patrouilles terrestres, des exercices de recherche et sauvetage (SAR) et des opérations de plongée en soutien au Projet de démonstration de technologies de surveillance du Nord, une initiative de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC). Les opérations de plongée comprenaient l’exploration de l’épave la plus septentrionale du monde, le HMS BREADALBANE, perdu en 1853 alors que son équipage cherchait des traces de l’expédition Franklin.

Les exercices de SAR, qui ont duré cinq jours, impliquaient des aéronefs à voilure fixe CC130 Hercules et CC115 Buffalo avec des équipages provenant du 413e Escadron de transport et de sauvetage (de la 14e Escadre à Greenwood, en Nouvelle-Écosse) et du 442e Escadron de transport et de sauvetage (de la 19e Escadre à Comox, en Colombie-Britannique). Des aéronefs CP140 et leur équipage du 405e Escadron de patrouille à longue portée (de la 14e Escadre à Greenwood, en Nouvelle-Écosse) et du 407e Escadron de patrouille à longue portée (de la 19e Escadre à Comox, en Colombie-Britannique) ont effectué des vols de surveillance et de présence, en plus de recueillir des données sur l’état de la glace. Le soutien aérien à l’exercice a été assuré par le 440e Escadron de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, qui employait des aéronefs CC138 Twin Otter munis de skis pour atterrir sur la glace marine.

2011

2011

L’opération Nunalivut 2011 (du 6 au 22 avril 2011) comptait environ 250 membres des Forces armées canadiennes qui effectuaient des patrouilles tous terrains entre Resolute et Isachsen, au Nunavut, en plus de mettre à l’essai des liens de communication critiques dans des conditions difficiles.

2010

2010

L’opération Nunalivut 2010 (du 6 au 26 avril 2010) a démontré la capacité des Forces armées canadiennes de répondre aux urgences sur l’île d’Ellesmere, près de la Station des Forces canadiennes Alert, sur l’île Ward Hunt et sur la glace marine de l’océan Arctique. Elle comprenait un exercice combiné avec Slædepatruljen Sirius (une unité de reconnaissance de la Marine royale danoise basée au Groenland et employant des équipes de traîneaux à chiens), la première opération de plongée des Forces canadiennes dans le Haut-Arctique, la plongée sous la glace la plus longue de l’histoire des Forces canadiennes et le premier vol d’un transporteur aérien stratégique CC177 Globemaster III vers le terrain d’aviation couvert de gravier et de glace de la SFC Alert.

2009

2009

Dans le cadre de l’opération Nunalivut 2009, environ 100 membres des Forces armées canadiennes ont effectué quatre patrouilles terrestres et de surveillance aérienne sur l’île d’Ellesmere et sur l’île Axel Heiberg. Pour la première fois, une opération septentrionale a tiré profit des images des systèmes RADARSAT 2 et Polar Epsilon, ainsi que des prévisions météorologiques du Centre de météorologie interarmées des Forces canadiennes.

2008

2008

Lors de l’opération Nunalivut 2008, qui s’est déroulée pendant l’Année polaire internationale, des scientifiques ont accompagné des Rangers canadiens jusqu’à la côte Nord-Ouest de l’île d’Ellesmere pour examiner des changements dans la plateforme de glace flottante Ward Hunt.

2007

2007

Dans le cadre de l’opération Nunalivut 2007, la première opération de souveraineté menée par les Forces armées canadiennes dans les îles les plus septentrionales de l’archipel Arctique, trois équipes ont patrouillé l’île d’Ellesmere à l’aide de motoneiges, couvrant une surface de près de 6 000 kilomètres. Une équipe a suivi la côte Ouest de l’île jusqu’à la SFC Alert, l’installation habitée permanente la plus septentrionale au monde, et a effectué une escale pour planter un drapeau sur l’île Ward Hunt, un point de départ traditionnel pour les expéditions vers le pôle Nord. La seconde équipe a patrouillé le centre de l’île d’Ellesmere et la troisième l’a traversée d’Eureka, sur la côte Ouest, à Alexandra Fjord, sur la côte Est. Le soutien aérien a été fourni par le 440e Escadron, de Yellowknife, qui a eu recours à des aéronefs de transport polyvalents CC138 Twin Otter munis de skis pour transporter du carburant et des marchandises le long des chemins de patrouilles.

Date de modification :