Tenir compte des différences entre les sexes durant la planification et les opérations militaires

Les Forces armées canadiennes (FAC) envoient des troupes en mission dans des pays où les gens peuvent avoir des opinions et des coutumes différentes. Ils peuvent percevoir l’égalité des sexes et le rôle des hommes et des femmes différemment qu’au Canada. Ces pays font face à des crises qui ont plusieurs conséquences sur les hommes, les femmes, les garçons et les filles. Ces situations incluent la guerre, la violence, les ouragans et les tremblements de terre.

Les FAC utilisent un outil appelé Analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) pour considérer les différences entre les sexes à toutes les étapes des opérations, y compris  durant la planification, l’exécution et l’évaluation.

Elles utilisent l’outil pour déterminer les conséquences des politiques, des programmes, des services et des pratiques sur différents groupes de femmes et d’hommes. Le terme « plus » dans le nom signifie que l’outil considère les facteurs identitaires autres que le sexe. Il tient aussi compte de l’âge, de l’éducation, de la langue, de l’emplacement géographique, de la culture et du revenu.

L’analyse et les différences entre les sexes permettent aux FAC de mieux comprendre comment certaines personnes courent des risques lorsqu’elles sont en mission dans ces pays. Elles permettent aussi de mieux atteindre les objectifs de mission.

Conseillers en matière d’égalité entre les sexes

Les conseillers en matière d’égalité entre les sexes des FAC appuient les dirigeants suivants :

  1. Chef d’état-major de la défense;
  2. Commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada;
  3. Commandant du Commandement  ̶  Forces d’opérations spéciales du Canada.

Ils donnent des conseils aux principaux dirigeants sur les différences entre les sexes et l’ACS+. Les FAC peuvent alors tenir compte de ces aspects durant la planification, l’exécution et  l’évaluation des opérations. Les conseillers collaborent aussi avec les autres unités des FAC pour offrir une formation ACS+ aux membres des FAC. Ils conseillent de recourir à l’ACS+ durant l’élaboration des politiques et des programmes du personnel et expliquent comment intégrer l’ACS+ dans les procédures et les doctrines des FAC et au quotidien.

Documents connexes

Des mesures antérieures ont déjà été prises pour prendre l’habitude de considérer les différences entre les sexes et l’ACS+. Ces mesures antérieures sont, entre autres, la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et les sept résolutions qui ont suivi. La résolution sur les femmes, la paix et la sécurité a été une mesure marquante. Elle est le premier instrument axé exclusivement sur les femmes dans des situations de conflits armés. Cette résolution reconnaît  que ces conflits ont des conséquences différentes sur les hommes, les femmes, les garçons et les filles.

Les FAC ont également diffusé une Directive du CEMD pour l’intégration de la RCSNU 1325 et de résolutions connexes à la planification et aux opérations des FAC en janvier 2016. Elle présente ce que les FAC font pour mieux intégrer les perspectives relatives à l’égalité des sexes. Elle permet également de s’assurer que l’ACS+ est toujours prise en considération dans le cadre des activités des FAC.

Les FAC tiennent compte des différences entre les sexes depuis des années. Cela dit, c’est la première fois que cette pratique est appliquée dans le cadre d’une seule Directive.

Les Forces armées canadiennes tiennent une conférence sur l’égalité des sexes

Date de modification :