Opération HAMLET

L’opération HAMLET constituait la participation des Forces armées canadiennes à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Cette opération s’est déroulée du 22 mai 2004 au 15 octobre 2017.

L’opération HAMLET était la composante militaire de l’engagement pangouvernemental canadien en Haïti, qui comprenait également :

  • Affaires mondiales Canada;
  • Le Service correctionnel du Canada;
  • La Gendarmerie royale du Canada.

Force opérationnelle Port-au-Prince

La Force opérationnelle Port-au-Prince était l’équipe déployée dans le cadre de l’opération HAMLET. Elle comprenait une petite équipe des officiers d’état-major occupant des postes supérieurs au quartier général militaire de la MINUSTAH. Le commandant de la Force opérationnelle jouait le rôle de chef d’état-major du commandant de la force de la MINUSTAH.

Contexte de la mission

Le conflit

En février 2004, une révolte contre le gouvernement du président Jean-Bertrand Aristide a éclaté dans les Gonaïves, sur la rive Sud de la péninsule septentrionale d’Haïti. L’opposition armée s’est rapidement répandue dans la région du Nord et, à la fin du mois, menaçait Port-au-Prince, la capitale. Le 29 février 2004, M. Aristide a quitté le pays et Boniface Alexandre, président de la Cour suprême d’Haïti, a été assermenté comme président intérimaire du pays. M. Alexandre a immédiatement demandé l’aide urgente des Nations Unies pour rétablir la paix et la sécurité.

La MINUSTAH et son mandat

La résolution 1529 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée le 29 février 2004, autorisait le déploiement en Haïti d’une force intérimaire multinationale dirigée par les États-Unis avec un mandat de 90 jours et déclarait qu’une force de stabilisation de l’ONU serait également mise sur pied pour faciliter la poursuite d’un processus constitutionnel paisible.

La MINUSTAH est arrivée sur le terrain en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies par l’entremise de la résolution 1542 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 30 avril 2004, avec le mandat suivant :

  • Rétablir la sécurité et la stabilité;
  • Encourager le processus politique;
  • Renforcer les institutions et les structures de primauté du droit du gouvernement d’Haïti;
  • Promouvoir et protéger les droits de la personne.

Au fil des années, ce mandat a été élargi et comprend maintenant :

  • Le désarmement, la réintégration et la réconciliation des insurgés;
  • Le soutien aux processus politique et électoral d’Haïti;
  • La réforme des systèmes judiciaire, policier et correctionnel;
  • La sécurité publique et frontalière;
  • L’aide aux efforts de reconstruction après le séisme du 12 janvier 2010.

Le mandat initial de six mois de la mission a été étendu à plusieurs reprises. La mission a fini le 15 octobre 2017. 

Les opérations des Forces armées canadiennes en Haïti

Depuis 1988, année où un coup d’état militaire a mis fin à la présidence de Leslie-François Manigat, le Canada participe activement aux opérations internationales humanitaires, de maintien de la paix et de stabilisation en Haïti. Pendant cette même période, les Forces armées canadiennes ont également planifié quatre opérations d’évacuation de non-combattants liées à de l’agitation en Haïti et amorcé trois opérations de ce type.

La rotation initiale de la Force opérationnelle Port-au-Prince était composée de deux officiers d’état-major qui ont quitté le Canada le 22 mai 2004 pour se joindre au quartier général de la MINUSTAH lorsqu’il a été mis sur pied. L’effectif est passé à trois personnes en 2005, puis à cinq en 2010. Pendant un an, après le séisme dévastateur du 12 janvier 2010, l’effectif de la Force opérationnelle Port-au-Prince est passé à dix personnes, avant de retourner à cinq pendant l’été 2011.

Le 12 janvier 2010, un séisme de magnitude 7 a frappé la péninsule Sud d’Haïti. Il a été suivi de plus de 50 répliques sismiques graves. Ce séisme a causé un nombre important de décès et de blessures, en plus de détruire des immeubles, des routes et des systèmes d’infrastructure partout dans la région, particulièrement dans les villes de Port-au-Prince, de Léogâne et de Jacmel.

Le gouvernement d’Haïti a demandé de l’aide et la communauté internationale a immédiatement mis sur pied une grande opération humanitaire à long terme. Les Forces armées canadiennes ont fourni les services d’une importante force opérationnelle dans le cadre de l’opération HESTIA.

Bataillon brésilien

De juin à novembre 2013, un peloton comptant 34 membres de l'Armée canadienne a mené des opérations au sein du Batallion brésilien en appui à l'exécution du mandat de la MINUSTAH. En collaboration avec les militaires brésiliens, les membres des Forces armées canadiennes ont participé aux efforts visant à assurer la stabilité et la sécurité en Haïti.

Le peloton des Forces armées canadiennes était constitué de membres du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada de Valcartier, qui ont suivi une formation linguistique et sur le maintien de la paix au Brésil avant leur départ en mission.

Leur tâche principale consistait en la conduite de patrouilles dans leur zone de responsabilité et en la création d’une présence militaire visible dans les collectivités haïtiennes. Ils ont également assuré la liaison entre les Nations Unies et la population locale et ont pu aider à améliorer les conditions de vie de la population haïtienne. Le fait que les membres du peloton parlaient français les a aidés à gagner la confiance de la population locale.

Ce partenariat, qui s’inscrit dans le cadre de la relation croissante entre le Canada et le Brésil, a permis d’augmenter la collaboration entre les forces armées des deux pays. Cette initiative contribue également à la réalisation de l'objectif que s'est fixé le gouvernement du Canada, c'est-à-dire favoriser la prospérité, la sécurité et la démocratie dans l'hémisphère.

Participation à la MINUSTAH

En mars 2004, dans le cadre de l’opération Halo, la Force opérationnelle en Haïti (composée de quelques 500 membres, y compris une compagnie de carabiniers du 2e Bataillon du Royal Canadian Regiment, six hélicoptères tactiques CH146 Griffon et un détachement de coopération civilo-militaire) a été déployée pour travailler avec la Force intérimaire multinationale. Le Canada a été prié de prolonger son engagement pendant la transition vers la mission de stabilisation de l’ONU. Le 25 juin 2004, les fantassins et les aviateurs ont donc commencé à porter le béret bleu de l’ONU dans le cadre d’une cérémonie à Port-au-Prince. La fin des opérations est arrivée le 31 juillet 2004, date à laquelle les premiers contingents de la MINUSTAH sont arrivés en place, et le groupe principal de la force opérationnelle en Haïti était de retour au Canada le 3 août 2004. Le dernier membre du détachement arrière de la Force opérationnelle en Haïti a été redéployé le 17 août 2004.

Opérations de maintien de la paix et de stabilisation

  • Opération HAMLET : Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), du 22 mai 2004 au 15 octobre 2017.
  • Opération Halo :
    • MINUSTAH, du 25 juin au 2 août 2004
    • Force intérimaire multinationale, du 29 février au 31 juillet 2004
  • Opération COMPLIMENT : Mission de police civile des Nations Unies en Haïti (MIPONUH), du 1er janvier 1998 au 16 mars 2000
  • Opération CONSTABLE : Mission de transition des Nations Unies en Haïti (MITNUH), du 30 juillet au 30 novembre 1997
  • Opération STABLE : Mission d’appui des Nations Unies en Haïti (MANUH), du 1er octobre 1996 au 31 juillet 1997
  • Opération STANDARD : MANUH, du 28 juin au 30 septembre 1996
  • Opération FORWARD ACTION : Force multinationale en Haïti, du 18 octobre 1993 au 29 septembre 1994
  • Opération CAULDRON : Mission des Nations Unies en Haïti (MINUHA), du 1er au 15 octobre 1993
  • Opération HERITAGE : Groupe d’observateurs des Nations Unies pour la vérification des élections en Haïti (ONUVEH), du 10 novembre 1990 au 7 février 1991

Opérations d’évacuation de non-combattants

  • Opération PRINCIPAL : du 28 février au 3 mars 2004
  • Opération DIALOGUE : du 1er septembre au 12 octobre 1994
  • Opération ESCORT : du 1er novembre 1991 au 30 mars 1992
  • Opération BANDIT : du 5 janvier au 9 février 1988

Opérations humanitaires

  • Opération HESTIA : du 12 janvier au 31 mai 2010
  • Opération HORATIO : Programme alimentaire mondial, du 10 au 27 septembre 2008
  • Haïti 2004–4 : les 20 et 21 décembre 2004
  • Haïti 2004–3 : les 28 et 29 octobre 2004
  • Haïti 2004–2 : les 15 et 16 octobre 2004
  • Haïti 2004–1 : du 22 au 28 septembre 2004
  • Haïti 1999 : le 1er décembre 1999
  • Haïti 1989 : du 1er janvier au 30 octobre 1989
  • Haïti 1963 : du 15 au 24 mai 1963

Opérations pangouvernementales de maintien en puissance

  • Opération HUMBLE : du 24 au 31 mai 2001
Date de modification :