Opération JADE

Nouvelles

Aucun article trouvé correspondant à votre recherche. Vous pouvez faire une nouvelle recherche plus tard.

Galerie d'images

L’opération JADE est la mission que les Forces armées canadiennes ont menée au Moyen‑Orient pour appuyer l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST).

Force opérationnelle Moyen‑Orient

Quatre officiers composent la Force opérationnelle Moyen‑Orient, c’est-à-dire l’équipe des FAC affectée auprès de l’ONUST. Ils jouent le rôle d’observateurs militaires des Nations Unies (UNMO). Un officier supérieur des FAC se joint par ailleurs à la force opérationnelle quand l’ONU le demande. Cet officier occupe un des postes de direction dans la région.

Des officiers de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne et de l’Aviation royale canadienne peuvent aussi participer à l’opération JADE.

Les UNMO travaillent avec deux groupes d’observateurs de l’ONUST :

  • le Groupe d’observateurs du Golan, qui appuie la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) sur le plateau du Golan, entre Israël et la Syrie;
  • le Groupe d’observateurs au Liban, qui appuie la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

L’opération JADE représente le plus long engagement du Canada à l’étranger : les premiers membres des FAC ayant servi dans le cadre de l’ONUST ont été envoyés au Moyen‑Orient en 1954.

Contexte de la mission

Organisme des Nations Unies chargé de surveiller la trêve

L’ONUST emploie 153 observateurs militaires fournis par 26 pays.

Le siège de l’ONUST est au palais du gouvernement (Government House), à Jérusalem. L’Organisme a des bureaux de liaison :

  • à Beyrouth (Liban);
  • à Ismaïlia (Égypte);
  • à Damas (Syrie).

Afin de maintenir la présence de l’ONU dans la région, l’ONUST envoie des UNMO :

  • auprès de la FNUOD dans le plateau du Golan;
  • auprès de la FINUL, dans le Sud du Liban;
  • dans la péninsule du Sinaï.

Origine de l’ONUST

L’Assemblée générale de l’ONU a sanctionné un plan sur la partition de la Palestine, en novembre 1947. Le plan prévoyait la création d’un État arabe et d’un État juif distincts. Cela a mené à la proclamation de l’État d’Israël, le 14 mai 1948. Immédiatement après, les pays et groupes suivants ont déclaré les hostilités contre Israël :

  • les Arabes palestiniens et les États voisins, à savoir :
  • l’Égypte;
  • l’Iraq;
  • le Liban;
  • l’Arabie saoudite;
  • la Syrie;
  • la Cisjordanie;
  • le Yémen.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 50, le 29 mai 1948. Celle-ci réclamait un cessez-le-feu immédiat et elle nommait le comte Folke Bernadotte de Wisborg médiateur chargé de négocier une trêve.

Des observateurs militaires non armés devaient appuyer le comte Bernadotte. Ils surveilleraient le territoire pour s’assurer que toutes les parties se conformeraient aux conditions du cessez‑le‑feu. Le premier groupe d’UNMO est arrivé au Moyen‑Orient en juin 1948, et c’est à ce moment-là que la mise sur pied de l’ONUST a commencé.

Israël a conclu des accords d’armistice officiels distincts avec ses voisins immédiats, à savoir :

  • l’Égypte;
  • la Jordanie;
  • le Liban;
  • la Syrie.

L’ONUST a harmonisé ses tâches avec le contenu des accords d’armistice, en août 1949, avec l’autorisation donnée par le Conseil de sécurité de l’ONU dans sa résolution 73.

Date de modification :