Opération Kobold

L’opération KOBOLD est une mission que les Forces armées canadiennes (FAC) mènent au Kosovo. Elle correspond au rôle que le Canada joue au sein de la Force pour le Kosovo (KFOR). Celle-ci exécute une opération de soutien de la paix au nom de l’OTAN.

Force opérationnelle Pristina

À l’heure actuelle, cinq membres des FAC sont en déploiement à Pristina, au Kosovo, où ils assurent des services de logistique et appuient le quartier général. Le commandant de la force opérationnelle assume aussi le rôle de chef du Centre interarmées des opérations logistiques de l’OTAN.

Contexte de la mission

Force pour le Kosovo

La Force pour le Kosovo comptait environ 4 500 soldats fournis par 31 pays, en date de juin 2016. Vingt et un de ces pays sont membres de l’OTAN. La KFOR est composée de deux groupements tactiques dont les effectifs viennent de nombreux pays. Ils sont appuyés par :

  • un bataillon de réservistes;
  • une unité spécialisée;
  • un groupe logistique interarmées;
  • un quartier général.

La KFOR collabore de près avec :

  • l’Union européenne (UE) – surtout avec la Mission de l’UE pour la primauté du droit au Kosovo (EULEX);
  • les Nations Unies;
  • de nombreux groupes non gouvernementaux.

Le mandat actuel de la KFOR consiste à maintenir :

  • un environnement sûr au Kosovo;
  • la liberté de mouvement pour toutes et tous.

L’OTAN a lentement modifié la posture des forces de la KFOR au fil du temps. Elle en a réduit la taille et en a accru la flexibilité. Cette transformation a eu lieu petit à petit, à mesure que la sécurité dans la région s’améliorait. Le Conseil de l’Atlantique Nord (CAN) décide de tous les changements à apporter à la KFOR, et cela se fait en fonction de l’évolution de l’état de la sécurité sur le terrain.

La KFOR collabore aussi avec :

  • les Nations Unies (ONU);
  • l’Union européenne (UE);
  • d’autres acteurs internationaux.

L’intention est de faire en sorte que la collaboration entre ces groupes favorise la création d’un Kosovo :

  • stable;
  • démocratique;
  • multiethnique;
  • pacifique.

La KFOR remplit d’autres tâches, dont les suivantes :

  • aider les personnes déplacées et les réfugiés à rentrer chez eux ou à se relocaliser;
  • reconstruire et voir au déminage;
  • fournir une aide médicale;
  • protéger la sécurité et l’ordre public;
  • assurer la sécurité des minorités ethniques;
  • protéger les sites patrimoniaux;
  • assurer la sécurité des frontières;
  • aider à enrayer la contrebande d’armes;
  • mettre en place un programme d’amnistie à l'échelle du pays afin de recueillir et de détruire les armes, les munitions et les explosifs;
  • soutenir la mise en place :
    • d'institutions civiles;
    • de l’ordre public;
    • de systèmes judiciaire et pénal;
    • d'un processus électoral;
    • de tout autre rouage de la vie politique, économique et sociale du Kosovo.

La protection des minorités est primordiale. Cette tâche comporte ce qui suit :

  • l’exécution de patrouilles régulières près des enclaves des minorités;
  • l’établissement de points de contrôle pour surveiller les mouvements;
  • l'escorte de groupes minoritaires;
  • la protection des sites patrimoniaux tels que les monastères;
  • la distribution d'aide humanitaire (nourriture, vêtements et fournitures scolaires).

Opération ALLIED FORCE

La KFOR a été mise sur pied après l'opération Allied Force, campagne aérienne que l'OTAN a menée entre le 23 mars et le 10 juin 1999 contre la République fédérale de Yougoslavie, en particulier contre la République de Serbie. L’OTAN a déclenché l'opération Allied Force pour obliger la Serbie à arrêter ses opérations militaires contre l'Armée de libération du Kosovo (Ushtria Çlirimtare e Kosovës), qui avaient produit une catastrophe humanitaire au Kosovo. Le Canada a pris part à la campagne aérienne dans le cadre de l'opération KINETIC.

Origines de la Force pour le Kosovo

La KFOR a été constituée en tant que force de sécurité internationale en vertu de la résolution 1244 adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU le 10 juin 1999. La résolution confiait le mandat suivant à la KFOR :

  • établir et maintenir un environnement sûr au Kosovo et, pour cela, garantir aussi la sécurité et l’ordre publics;
  • surveiller, vérifier et, au besoin, faire respecter :
    • les conditions de l’Accord militaire technique du 9 juin 1999
    • l’Accord de démilitarisation de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK) conclu le 20 juin 1999;
  • apporter une aide à la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK).

La KFOR dans un Kosovo indépendant

Le 17 février 2008, date où le Kosovo a proclamé son indépendance de la République de la Serbie, l'OTAN a confirmé que la KFOR demeurerait au Kosovo, conformément à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU adoptée le 10 juin 1999 et comme en avaient convenu, en décembre 2007,  les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'OTAN.

Date de modification :