Opération IGNITION

L’opération IGNITION est le rôle joué par les Forces armées canadiennes (FAC) dans une mission de sécurité pour l’Islande. Cette mission s’appelle « Établissement de capacités de surveillance et d’interception aériennes afin de combler les besoins de l’Islande en temps de paix ». L’OTAN surveille l’espace aérien de l’Islande pendant cette mission. L’OTAN se chargera également de la sécurité au besoin.

Les FAC y participent périodiquement. Ce faisant, le Canada aide l’OTAN à mener ses efforts de sécurité régionale. Cette opération aide également le Canada à maintenir de bonnes relations avec l’Islande. De plus, l’espace aérien canadien est plus sécuritaire quand les FAC surveillent et contrôlent la circulation aérienne vers l’Amérique du Nord à partir du Nord-Est.

Attention : Mise à jour

Aucun membre ni aucune ressource des FAC ne prend actuellement part à l’opération IGNITION.

 

Force opérationnelle en Islande

Environ 160 membres des FAC font partie de la Force opérationnelle en Islande quand elle est active. Cette force opérationnelle comprend un détachement de chasseurs CF-188 Hornet. Jusqu’à six aéronefs peuvent être envoyés. La force opérationnelle comprend également une équipe de soutien aux aéronefs. La force opérationnelle se trouve dans la zone de sécurité à l’aéroport international de Keflavik. Celui-ci se trouve à environ 50 kilomètres de Reykjavik, en Islande.

Contexte de la mission

Surveillance et interception aériennes

L’Islande est le seul pays de l’OTAN qui ne possède pas ses propres forces armées permanentes. Ses alliés de l’OTAN envoient périodiquement des chasseurs à Keflavik pour assurer une défense aérienne. L’OTAN offre ce soutien à la demande du gouvernement islandais. L’intention de l’OTAN est que les aéronefs de défense assurent une présence périodique en Islande et dans les environs. La mission aide également les alliés de l’OTAN à demeurer familiers avec la zone d’opération et l’environnement. La première mission pour ce rôle (préparation en temps de paix) s’est déroulée en mai 2008.

La mission comprend des suivis à l’aide de radars et l’identification des aéronefs qui volent au‑dessus et près de l’Islande. Des chasseurs peuvent être envoyés pour aider à l’identification. Ils accompagneront également les aéronefs de passage au besoin. L’Islande possède également un plan en cas de conflit ou de crise. Les États-Unis sont chargés de la défense de l’Islande dans de telles situations.

Les CF-188 Hornet des FAC affectés à la Force opérationnelle en Islande sont en mesure d’effectuer de la surveillance aérienne et d’intercepter d’autres aéronefs. Ils opèrent conformément à la norme « alerte de réaction rapide », ou QRA (de l’anglais quick reaction alert) de l’OTAN. Lorsque cela est déclaré, il s’agit d’une capacité disponible 24 heures par jour, sept jours par semaine.

La force opérationnelle des FAC a maîtrisé les compétences nécessaires pour mener l’Op IGNITION. Ses membres ont acquis ces compétences au fil de décennies d’opérations du NORAD en défense du Canada et de l’Amérique du Nord. Les chasseurs et les équipages des FAC ont également participé à d’importantes missions de combat dans d’autres pays.

Déploiements antérieurs

2013

Force opérationnelle en Islande 2013

Le deuxième groupe de la Force opérationnelle en Islande est arrivé à Keflavik le 18 mars 2013. Les opérations ont cessé le 15 avril 2013. Les chasseurs et la majorité des membres d’équipage de la Force opérationnelle en Islande 2013 provenaient du 425e Escadron d’appui tactique. Cet escadron est basé à la 3e Escadre Bagotville, au Québec.

2011

Force opérationnelle en Islande 2011

Le premier groupe de la Force opérationnelle en Islande est arrivé à Keflavik le 28 mars 2011. Les opérations ont cessé le 30 avril 2011. Les aéronefs et les membres d’équipage provenaient du 409e Escadron d’appui tactique. Cet escadron est basé à la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta.

Liens connexes

Date de modification :