ARCHIVÉE - Opération Megaphone

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

30 juin au 6 août 2000

Lorsque les opérations canadiennes au Kosovo se sont terminées (voir l'opération Kinetic), le ministère de la Défense nationale a retenu les services de la société SDV Logistics Canada Ltd. de Montréal en vue du transport des 580 véhicules du contingent, ainsi que des 390 conteneurs maritimes renfermant l'équipement (ce matériel avait une valeur de 223 millions de dollars canadiens) jusqu'au Canada, en plus de trois soldats qui avaient pour tâche de surveiller l'envoi. SDV Logistics a fait appel à un sous-traitant, Andromeda Navigation Co. de Montréal, qui a affrété le navire de charge GTS Katie, qui était immatriculé à Saint-Vincent-et-les-Grenadines et qui appartenait à la société Third Ocean Marine Navigation Co. d'Annapolis au Maryland.

Le GTS Katie a quitté Thessalonique, en Grèce, le 27 juin et il devait arriver à Montréal vers le 15 juillet. Toutefois, pendant le voyage, la société Third Ocean Marine a ordonné au capitaine de ne pas pénétrer dans les eaux canadiennes tant que le litige financier avec Andromeda Navigation, qui découlait d'un contrat précédent, n'était pas réglé. Par conséquent, le Katie a passé près de deux semaines à décrire des cercles dans l'océan Atlantique. Conscients qu'un long retard dans le rapatriement de l'équipement militaire se trouvant à bord du Katie nuirait considérablement à la capacité opérationnelle des Forces canadiennes, les responsables canadiens ont travaillé sans relâche afin de régler le problème. Enfin, après l'échec de toutes les mesures envisagées, on a transmis des notes diplomatiques au gouvernement de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, qui a répondu qu'il n'avait pas d'objection à ce que les autorités canadiennes montent à bord du navire.

Ainsi, le 30 juillet, le destroyer NCSM Athabaskan a reçu l'ordre de garder le contact visuel avec le Katie et, le 31 juillet, la frégate NCSM Montréal s'est jointe à l'opération. À environ 13 h 45, le 3 août, 14 marins du NCSM Athabaskan ont arraisonné le GTS Katie à l'aide d'un assaut héliporté et ils ont forcé le capitaine à continuer son parcours initial en direction de Bécancour, où le Katie est arrivé le 6 août.

Date de modification :