ARCHIVÉE - Opération Mobile

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

L’opération Mobile constituait la réponse canadienne des Forces canadiennes au soulèvement populaire contre le régime de Mouammar Kadhafi.

L’opération Mobile a débuté le 25 février 2011 en tant que mission d’évacuation de non-combattants, basée à Malte. Elle est devenue une mission de combat interarmées basée en Italie, comptant des forces navales et aériennes. La phase de combat s’est terminée le 31 octobre 2011, à 21 h 10 UTC.

Contexte de la mission

Conflit en Libye

La vague de soulèvements populaires qui a balayé les pays de langue arabe en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, lors du mouvement du « printemps arabe » de 2011 a débuté en Tunisie, le 18 décembre 2010. Des manifestations ont débuté le 13 janvier 2011 en Libye, pour rapidement donner lieu à une rébellion armée centrée sur Benghazi. Le gouvernement du Colonel Mouammar Kadhafi a répondu par des attaques générales systématiques aériennes et terrestres qui ont fréquemment visé des civils non-combattants.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a réagi avec deux résolutions :

  • la résolution 1970 du 26 février, qui appelait à un embargo international sur les armes à destination de la Libye et à un gel des biens des personnes proches du régime de Mouammar Kadhafi ou impliquées dans des violations majeures des droits de la personne;
  • la résolution 1973 du 17 mars, qui avait pour objectif d’appuyer l’embargo sur les armes et d’imposer une zone d’interdiction de vol au-dessus du territoire libyen pour assurer la sécurité des civils et des zones d’habitation.

Origines de l’opération Mobile

Le 24 février 2011, le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a annoncé que des dispositions avaient été prises pour permettre aux Canadiens en sol libyen de quitter le pays. En outre, le gouvernement du Canada a ordonné à un aéronef de transport aérien stratégique CC-177 Globemaster, basé à Spangdahlem, en Allemagne, de se diriger vers Rome afin de contribuer à une opération d’évacuation de non-combattants (NEO).

L’opération Mobile a débuté le 25 février 2011 avec la formation de la Force opérationnelle interarmées à Malte, la contribution des Forces canadiennes à l’effort pangouvernemental dirigé par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), dont l’objectif était d’évacuer les Canadiens et d’autres ressortissants étrangers se trouvant en Libye.

L’opération Mobile est devenue une mission de combat à compter du 19 mars 2011, lorsqu’une force opérationnelle interarmées de la coalition, menée par le commandement des É.-U. en Afrique dans le cadre d’opération Odyssey Dawn, a déclenché des opérations aériennes visant à faire respecter la zone d’interdiction de vol au-dessus de la Libye afin de protéger les civils et les zone d’habitation libyennes contre les forces du régime de Mouammar Kadhafi. Ces opérations faisaient suite à l’adoption de la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Le 22 mars 2011, la conversion de l’opération Mobile au statut de contribution à une mission de l’OTAN a coïncidé avec le début de l’opération Unified Protector, un opération du Conseil de l’Atlantique Nord.

Origines d’opération Unified Protector

Lancée le 22 mars, l’opération Unified Protector consiste en une mission maritime de l’OTAN visant à faire respecter l’embargo sur les armes imposé à la Libye en vertu de la résolution 1970 du 26 février 2011, qui est elle-même renforcée par la résolution 1973.

Le NCSM Charlottetown, qui a quitté Halifax le 2 mars 2011 pour se joindre au 1er Groupe de la Force navale permanente de réaction de l'OTAN dans la région centrale de la mer Méditerranée, a également fait partie du premier groupe de navires de l’OTAN déployés dans le cadre d’opération Unified Protector.

Le 27 mars 2011, le Conseil de l’Atlantique Nord a été chargé de la campagne aérienne en Libye déclenchée dans le cadre d’opération Odyssey Dawn et d’opération Unified Protector. Le transfert d’autorité sur les ressources aériennes s’est officialisé le 31 mars 2011, à 6h UTC, en faveur du commandant de la Force interarmées multinationale, le Lieutenant-général Charles Bouchard.

Déjà engagé dans la mission aérienne de l’opération Odyssey Dawn, le Canada était aussi l’un des membres originaux de la composante aérienne de la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector.

L’opération Unified Protector a constitué une réussite et s’est conclue le 31 octobre 2011.

Forces opérationnelles deployées dans le cadre de l’opération Mobile

Bon nombre de forces opérationnelles étaient déployées dans le secteur centre de la mer Méditerranée aux fins de l’opération Mobile.

La première était la Force opérationnelle interarmées à Malte (du 25 février au 8 mars 2011), qui avait pour mission d’évacuer les Canadiens et des ressortissants d’autres pays se trouvant à Tripoli, en Libye, pour les mener à Valletta, à Malte.

La phase de combat de l’opération englobait notamment les forces opérationnelles suivantes :

  • Force opérationnelle à Naple, l’élément national de coordination et de soutien en déploiement à Naple, en Italie, pendant la rotation initiale (du 7 mars au 7 août 2011);
  • La composante maritime constituée d’une frégate de classe Halifax en mer :
    • Roto 0 (du 17 mars au 18 août 2011) – Force opérationnel Charlottetown
    • Roto 1 (du 19 août au 31 octobre 2011) – Force opérationnel Vancouver
  • Force opérationnelle Libeccio :
    • Roto 0 (du 19 mars au 7 août 2011) – Composante aérienne de l’opération Mobile
      • Quartier général de la composante aérienne – Poggio Renatico
      • Escadre aérienne de la Sicile, scindée en deux détachements, l’un à Trapani-Birgi et l’autre à Sigonella
    • Roto 1 (du 7 août au 31 octobre 2011) – Intégralité de la composante terrestre de l’opération Mobile
      • Quartier générale de la Force opérationnelle Libeccio, élément national de commandement à Naple
      • Élément de coordination aérienne à Poggio Renatico
      • Escadre aérienne de la Sicile à Trapani-Birgi et à Sigonella

Force opérationnelle interarmées à Malte

Commandant : Lieutenant-colonel Anthony DeJacolyn

Le 25 février 2011, une équipe d’assistance militaire constituée de militaires canadiens hauts gradés qui se trouvaient déjà dans la région dans le cadre d’autres tâches est arrivée à Valletta pour établir des liens avec les alliés régionaux et les partenaires pangouvernementaux. L’équipe d’assistance militaire est devenue l’élément de quartier général de la Force opérationnelle interarmées à Malte, commandée par le Lieutenant-colonel Anthony DeJacolyn, du Quartier général de la 1re Division du Canada et partageant les locaux de l’équipe de diplomates et de personnel consulaire du MAECI. Ce même jour, un Centre de coordination NEO multinational ouvrait à Valetta.

Le CC177 Globemaster en alerte à Rome est arrivé à Valetta à 5 h 35, le 26 février 2011 et a effectué le premier vol d’évacuation canadien dans l’après-midi, conduisant 24 Canadiens et 22 autres ressortissants étrangers depuis l’aéroport international de Tripoli vers une zone sécuritaire, à Malte. Dans ce groupe se trouvaient le personnel de l’ambassade canadienne à Tripoli et trois diplomates australiens.

Le 27 février 2011, les 13 membres de l’Équipe de liaison et de reconnaissance opérationnelle sont arrivés, accompagnés de membres du personnel médical pour aider les personnes évacuées, et de policiers militaires pour assurer la sécurité. Le 28 février, la Force opérationnelle interarmées à Malte était pleinement opérationnelle avec deux Globemaster et deux CC130J Hercules. Faisaient partie de la force opérationnelle environ 70 militaires, incluant les équipages d’aéronefs, le personnel de liaison et les officiers d’état-major ainsi que le personnel médical et les policiers militaires, en plus des équipes au sol en appui aux aéronefs.

Les opérations d’évacuation militaire par air et par mer se sont poursuivies jusqu’à ce que le Centre de coordination NEO ait établi que les vols et transports maritimes commerciaux pouvaient accommoder tous les ressortissants étrangers qui souhaitaient toujours quitter la Libye. Le vol de CC130J Hercules effectué par la Force opérationnelle interarmées à Malte le 8 mars 2011 a été le dernier vol d’évacuation militaire effectué depuis l’aéroport international de Tripoli à destination de Malte.

En 11 jours d’opérations, la Force opérationnelle interarmées à Malte a prêté secours à 61 Canadiens et à 130 ressortissants étrangers à l’aide de six vols d’évacuation – deux par CC177 Globemaster et quatre par CC130J Hercules.

Force opérationnelle à Naples

Commandant : Colonel Paul Ormsby

La Force opérationnelle à Naples a été déployée en Italie, en mars 2011, pour assurer le lien entre le quartier général du COMFEC, à Ottawa, et les forces opérationnelles déployées dans le cadre de l’opération Mobile, et ce, par l’entremise des structures de commandement de l’OTAN et de U.S. AFRICOM. Elle a été démantelée le 7 août, lorsque la Force opérationnelle Libeccio a été redéfinie pour devenir la composante terrestre de l’opération Mobile et comprendre le quartier général déployé, l’élément de soutien et la composante aérienne.

La Force opérationnelle à Naples est une extension de l’équipe de liaison et de reconnaissance qui a été déployée au quartier général du commandement des forces interarmées de l’OTAN, le 7 mars 2011, alors que la Force opérationnelle à Malte effectuait ses derniers vols. Elle est restée sur place pendant que la seconde phase de l’opération Mobile s’organisait. Le 22 mars 2011, après avoir décrit les premières sorties de Trapani effectuées par les chasseurs CF188 Hornet de la Force opérationnelle Libeccio, le ministre de la Défense nationale, Peter Mackay, a annoncé la formation de la Force opérationnelle à Naples devant faire office de composante de coordination nationale pour la participation du Canada aux opérations de l’OTAN relatives à la Libye.

La Force opérationnelle à Naples a permis de résoudre des problèmes de soutien et d’administration en collaboration avec le personnel du quartier général de la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector et d’affecter du personnel au quartier général de la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector, y compris l’état-major personnel du Lgén Charles Bouchard.

Force opérationnelle Charlottetown

Commandant : Capitaine de frégate Craig Skjerpen

Le 1er mars 2011, le Premier ministre Stephen Harper a annoncé que le NCSM Charlottetown (FFH 339) se déploierait depuis Halifax, le 2 mars 2011 pour participer aux opérations canadiennes et internationales déjà en cours en Libye. Le NCSM Charlottetown a quitté Halifax au moment prévu, est passé par Gibraltar et a rejoint le 1er Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG1) le 14 mars pour arriver en poste le 17 mars 2011.

Avec le lancement de l’opération Unified Protector, le 22 mars 2011, le NCSM Charlottetown et les autres navires faisant partie du SNMG1 ont été affectés au Groupe opérationnel multinational (CTG) 455.01, une formation multinationale composée de 16 navires et de deux sous-marins s’articulant autour des activités du porte-avions Giuseppe Garibaldi et du ravitailleur Etna, tous deux de la Marine italienne.

Du 19 mars au 18 août 2011, sous le nom de la Force opérationnelle Charlottetown, la composante maritime de l’opération Mobile, la frégate était sous le commandement opérationnel tactique du commandant de la composante maritime de l’OTAN, par l’entremise du CTG 455.01, tout en demeurant sous le commandement national et le contrôle administratif du Canada par l’entremise du commandant de la Force opérationnelle Libeccio.

Pendant la majeure partie de son déploiement, le NCSM Charlottetown a patrouillé au large de Misourata, en Libye, en soutien à l’embargo sur les armes autorisé par la résolution 1970 du Conseil de sécurité de l’ONU. Le 12 mai 2011, lorsqu’il a été attaqué par des pièces d’artillerie postées sur le rivage, le NCSM Charlottetown est devenu le premier navire de guerre canadien à être la cible de tirs ennemis depuis la fin de la guerre de Corée.

En cinq mois, le NCSM Charlottetown a effectué 313 arraisonnements et cinq abordages de navires d’intérêt, a offert des services d’escorte et de sécurité à des navires vulnérables comme des ravitailleurs et des démineurs et, à plusieurs reprises, a dirigé des groupes d’attaque en surface lors de la défense de Misourata contre des assauts de forces pro-régime lancés depuis de petites embarcations.

Force opérationnelle Libeccio

Commandant : Brigadier-général Derek Joyce

Nommée d’après le puissant vent du Sud-Ouest qui balaie toute l’année la Méditerranée, la Force opérationnelle Libeccio était, à l’origine, la composante aérienne de l’opération Mobile. Elle a finit par comprendre l’intégralité de l’élément terrestre de l’opération Mobile ainsi que le quartier général déployé et la composante aérienne de la participation du Canada à l’opération Unified Protector.

Quartier général de la Force opérationnelle Libeccio

Le quartier général de la Force opérationnel Libeccio était l’élément de commandement déployé qui a commandé, dirigé et gèré les ressources et les effectifs des Forces canadiennes déployés en Italie dans le cadre de l’opération Mobile après le 7 août 2011.

Co-implantée avec le quartier général de la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector, à Naples, en Italie, la FO Libeccio est responsable des éléments suivants :

assurer le lien entre le Commandement de la Force expéditionnaire du Canada (COMFEC) à Ottawa et la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector pour permettre la participation des forces opérationnelles canadiennes aux opérations menées conformément aux dispositions de la résolution 1973;

fournir aux autres forces opérationnelles de l’opération Mobile les fonctions de soutien au combat et de service de soutien de combat comme le renseignement, le génie, les communications, la logistique et la sécurité;

fournir le personnel pour le quartier général de la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector.

Élément de coordination (Air)

Commandant : Colonel Alain Pelletier

La composante aérienne des Forces canadiennes déployée dans le cadre de l’opération Mobile a mené des opérations aériennes sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector par l’entremise du Centre multinational d’opérations aériennes 5 (CAOC 5) de l’OTAN, tout en demeurant sous le contrôle opérationnel et le commandement national du Canada par l’entremise du commandant de la Force opérationnelle Libeccio, du commandant de la composante aérienne et de son état-major dans l’élément de coordination (Air).

L’élément de coordination (Air) partage les locaux du CAOC 5 à Poggio Renatico, en Italie, pour assurer un lien direct de commandement et contrôle opérationnel avec le commandant de l’Escadre aérienne en Sicile.

Escadre aérienne en Sicile

Commandant : Lieutenant-colonel Daniel McLeod

L’Escadre aérienne en Sicile est composée des unités aériennes opérationnelles déployées dans le cadre de l’opération Mobile et de leur organisation de soutien immédiat. Les membres de l’EAE en Sicile proviennent d’unités de la Force aérienne de partout au Canada.

Les aéronefs de l’Escadre aérienne en Sicile opèrent à partir de deux emplacements : Trapani-Birgi, une base de la Force aérienne italienne partageant les locaux de l’aéroport Vincenzo Florio, sur la pointe Ouest de l’île de la Sicile;Sigonella, une importante base aéronavale sur la côte est de la Sicile.

Toutes les missions de l’Escadre aérienne en Sicile servent à faire respecter la zone d’exclusion aérienne ainsi qu’à protéger les civils et les zones d’habitation en Libye. Elles ont également pour but de maintenir l’embargo sur les armes à l’endroit de la Libye ou de soutenir les efforts d’autres contingents nationaux prenant part à l’opération Unified Protector.

  • Détachement de Trapani :
    • Escadrille de CF188 Hornet, comprenant sept appareils (trois paires et un appareil de rechange);
    • Escadrille de CC150 Polaris, comprenant deux appareils servant d’avions-citernes;
    • Escadrille de CC130 Hercules, comprenant deux appareils utilisés comme avions-citernes, en déploiement de mai à septembre 2011, en remplacement d’un CC150 Polaris en cours d’entretien;
    • Escadrille de soutien de la mission.
  • Détachement de Sigonella :
    • Escadrille de CP140 Aurora comprenant deux appareils.

Force opérationnelle Vancouver

Commandant : Capitaine de frégate Bradley Peats

Le NCSM Vancouver a été déployé à partir d’Esquimalt, en Colombie-Britannique, le 10 juillet 2011, à destination de la région centrale de la mer Méditerranée pour se joindre à la flotte de la coalition dirigée par l’OTAN, pour imposer l’embargo sur les armes à l’endroit de la Libye. Le transfert de l’autorité de commandement officialisant l’intégration du NCSM Vancouver à l’opération Mobile en remplacement du NCSM Charlottetown a eu lieu à Palma de Mallorca, en Espagne, le 18 août 2011.

Même si le NCSM Vancouver a mené des opérations maritimes au sein de la Force opérationnelle interarmées et multinationale Unified Protector et par l’entremise du commandant de la composante maritime de l’OTAN et du CTG 455.01, il est demeuré sous le commandement national et le contrôle administratif du Canada par l’entremise du commandant de la Force opérationnelle Libeccio.

Parmi les tâches à accomplir pour le NCSM Vancouver, notons les escortes et la défense aérienne de navires vulnérables comme les ravitailleurs et les démineurs ainsi que la patrouille de la zone d’embargo, dans le but de recueillir de l’information et de veiller à ce qu’aucune marchandise interdite ne traverse les frontières de la Libye.

Date de modification :